Une soirée internationale

Jeudi, une fois les horaires de séance checkés et le ciné choisi, nous nous étions mis d’accord pour aller voir Elefante Blanco, un film argentin sur les prêtres des bidonvilles avec Jérémie Renier. Reste que j’avais envie d’aller manger un bout avant (la séance était à 21h40) et puis, comme j’ai déjà à plusieurs reprises été manger chez mon loulou, je me suis dit que j’allais l’inviter… Oui, mais où ? En Bruxelloise temporaire, je n’avais aucune idée de l’endroit…
Et c’est là que vendredi après-midi, La dinette des grandes m’a sauvée ! Je rentre, j’allume le pc et hellocoton et je vois l’un de leurs articles dans mon fil d’actu…et il s’avère que le restaurant présenté ce jour se situe juste dans la même rue que le ciné ! En plus, la cuisine indienne, ça fait quelques années que j’ai l’envie d’essayer sans jamais en avoir eu l’occasion. Le temps d’un message pour savoir si ça lui va et zou, je réservais pour le soir-même au Mumtaz, chaussée de Wavre 64 à Ixelles.
La dinette des grandes en parle beaucoup mieux que moi, qui était d’ailleurs totalement novice en la matière. On s’est donc rabattus sur les suggestions du chef et le plat populaire qu’est le poulet tikki massala. Un seul petit bémol pour moi : j’avais envie de goûter leur carrot cake mais il n’y en avait plus… La salle est aussi un peu sombre mais la déco m’a séduite. Et côté assiettes, je les ai trouvées bien garnies et c’était réellement succulent ! Une belle découverte et une adresse où je retournerais sûrement !
Quant au film, Elefante Blanco, on a tous les deux été un peu surpris par une fin que j’ai trouvé abrupte, mais globalement, c’est un bon film.
Résumé : Le « bidonville de la Vierge » dans la banlieue de Buenos Aires. Julian et Nicolas, deux prêtres et amis de longue date, œuvrent pour aider la population. Julian se sert de ses relations politiques pour superviser la construction d’un hôpital. Nicolas le rejoint après l’échec d’un projet qu’il menait dans la jungle, où des forces paramilitaires ont assassiné les habitants. Profondément choqué, il trouve un peu de réconfort auprès de Luciana, une jeune assistante sociale, athée et séduisante. Alors que la foi de Nicolas s’ébranle, les tensions et la violence entre les cartels dans le bidonville augmentent. Quand le ministère ordonne l’arrêt des travaux pour l’hôpital, c’est l’étincelle qui met le feu aux poudres.
Mon avis : Un film proche du documentaire, sans réelle intrigue. Ce sont plutôt des petits bouts de vie dans ce bidonville. On peine à deviner où veut nous emmener le réalisateur. Et pourtant, il y a pleins de petits éléments qui pose des questions et peuvent vous pousser à la réflexion, chacun selon sa sensibilité y verra autre chose que son voisin. Bref, un film qui se révèle éprouvant, d’où l’on sort un peu désorienté mais à voir si ce genre de film ne vous effraie pas.
Advertisements

2 thoughts on “Une soirée internationale

  1. La nourriture n'était pas trop épicée (brûle-palais j'entends) ? En voyant la bande-annonce je trouvais qu'il manquait quelque chose : déjà sans doute, la place choisie par le réalisateur qui oscille entre documentaire et fiction.

  2. Non, les plats étaient juste parfaits … maintenant, j'imagine bien que chacun a sa définition du trop épicée, donc…faut goûter pour le savoir :pMoi, la bande-annonce m'avait plutôt attirée, mais c'est vrai qu'il manque un petit quelque chose… d'où cette sensation un peu particulière, ce sentiment d'être un peu sonné en sortant de la salle.

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s