Géographie des baleines – Manuèle Peyrol

Ce roman faisait partie de la dernière fournée du Masse Critique de Babelio. Comme à chaque fois, j’ai lu attentivement les résumés des nombreux ouvrages et fait ma sélection . Parmi celle-ci, Géographie des baleines était l’ouvrage que je souhaitais le plus recevoir et j’ai eu de la chance, puisque c’est bien un exemplaire de celui-ci que j’ai reçu quelques semaines plus tard dans ma boîte aux lettres.

Résumé : Fille unique de parents qui ne lui ménagent pas leur affection, Bérénice a cinq ans en 1940. Elle vit à Oran dans un bel appartement dominant le port.
La fillette ne boude pas son plaisir d’exister. Mais elle ne peut s’empêcher de poser sur le monde un regard d’une implacable lucidité. Et d’abord sur les adultes, ceux qu’elle appelle les baleines, dont elle débusque jour après jour les postures et les impostures. Impossible pour elle de résister au plaisir de les punir, dans sa tête et parfois pour de bon, à cause de leur bêtise ou de leur lâcheté !
Les mois passant, l’horizon de Bérénice s’élargit. De plus en plus, elle s’intéresse à la guerre qui fait rage de l’autre côté de la Méditerranée, et parfois touche directement l’Algérie. C’est ainsi que les lois anti-juives de Vichy entraînent le départ de l’école de sa meilleure camarade. Plus tard, au printemps 1945, elle entend autour d’elle évoquer à mi-voix les événements terribles qui viennent de se dérouler à Sétif, à l’autre bout de l’Algérie.
Difficile de ne pas se laisser emporter par cette Bérénice si intelligente et sensible, qui, à l’âge où ses pareilles jouent à la marelle, comprend tout du pays des baleines ! (Babelio)

Mon avis : J’avais de grandes attentes de ce roman et je n’ai pas été déçue. On se glisse dans l’histoire comme dans un cocon, on sourit des facéties de Bérénice, on s’émerveille de son esprit si jeune et si éveillé, de son innocence et l’on souhaiterait ardemment revenir en arrière, revenir à cet état de grâce de l’enfance.

Une écriture pleine de tendresse et de poésie qui se fait critique des torts des adultes et de leur horizon si étriqué, ces baleines qui semblent sourdes et aveugles à tant de merveilles et de découvertes. Une lecture agréable qui, sous des dehors qui peuvent paraître légers, soulèvent quelques questions plus graves, touchant à la philosophie et à la vie.

Un livre que je vous recommande, évidemment !

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s