Mi casa es tu casa… ou pas

ça fait maintenant un peu plus de six ans que je me suis inscrite sur le site de Couchsurfing. À l’époque, je vivais en Espagne. Je m’y étais inscrite car une amie à qui j’avais demandé d’éventuelles bonnes adresses de logement à Barcelone m’avait conseillé d’essayer le couchsurfing. Finalement, j’ai réservé dans une auberge de jeunesse qui proposait la location d’une chambre dans un appartement, bien mieux que la version dortoir.

Par contre, ayant découvert qu’il y avait un groupe actif sur Logroño, je me suis jointe aux activités proposées et quelques mois après mon inscription, j’hébergeais mes premiers couchsurfers. C’est aussi par ce biais que j’ai rencontré ma meilleure amie là-bas. D’autres chouettes expériences et rencontres se sont produites au fil des années, des meetings, des personnes que j’acceptais d’héberger. Pour ma part, je l’ai très peu utilisé pour voyager, à part lors de meetings et j’ai presque toujours été chez des personnes que j’avais déjà rencontrées.

Et depuis que j’habite Bruxelles, les demandes affluent. Bon, il faut que j’avoue aussi que c’est par flux. Si je peux recevoir cinq demandes sur la même semaine, les deux suivantes (minimum) sont nettement plus calmes (heureusement). Mais là où j’ai quand même un énorme ras-le-bol, c’est que la plupart des demandes proviennent de personnes dans le profil sont très peu complétés et avec peu de références. Ce qui donne l’impression de « j’ai entendu parler du système, je compte bien voyager sans avoir à payer mon hébergement ». Impression renforcée lorsque la demande fait trois lignes, est hyper impersonnelle et sent le copier-coller à plein nez et que tu as la preuve absolue que ton profil n’a pas été lu. Ben oui, j’ai semé un « sésame » quelque part dans ma description. Pas de « sésame », pas de couch. Et franchement, 80% des demandes que je reçois arrivent sans le fameux « sésame ».

Et donc, ça, pour moi, ça frôle manque de respect et surtout le non-respect de l’idéologie du site. Le principe, c’est quand même la rencontre et l’échange, alors que plus de 50% des gens ne font déjà pas cet effort lors de leur demande. Je ne suis pas un hôtel, tu viens ici gratis, alors s’il te plaît, prends au moins la peine de lire mon profil et de voir si nous aurions quelque chose à nous dire et à partager. Parce que sinon, c’est même pas la peine d’espérer dormir dans mon « fauteuil ».

Et vous ? vous connaissez le site ? vous êtes inscrit(e)s ? Vous en pensez quoi ?

2 réponses sur « Mi casa es tu casa… ou pas »

  1. je ne connais pas ce site mais les demandes dont tu parles me font penser à juste des bons plans pour pas aller à l’hôtel en ce moquant totalement de toi

    1. Tout à fait ! Et si j’aime accueillir des personnes avec qui l’on peut échanger et passer un agréable moment, si on ne fait pas montre d’un minimum d’efforts et d’intérêts, je réponds non.

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s