Vacances : stop ou encore ?

Au boulot, on doit rentrer nos jours de congé dans le courant du mois de janvier. Autant dire que quand t’as pas d’enfants, que tu envisages potentiellement de partir en vacances avec tes amis (qui ont souvent plus de flexibilité ou un délai plus long pour introduire leurs vacances), c’est compliqué. Parce que franchement, tu sais déjà, toi, en janvier quand et où tu vas partir ? Quelles seront les meilleures dates pour optimiser le prix du billet d’avion ? Ben moi, non.

Bref, l’année passée, je n’avais pas posé toutes mes vacances et puis les aléas (deux congés maternité, des absents pour maladie, etc) ont fait qu’il m’a été impossible de placer ma dernière semaine de congé. Et donc, entre juillet décembre, j’ai pris une ou deux journées et puis des congés éducation en décembre. Autant dire que la fin de l’année fut difficile.

Cette année, je n’ai donc pas attendu et j’ai placé trois périodes de vacances, dont la fameuse semaine de 2014 que j’ai pu reporter jusque mars (ouf!).  Je suis donc partie une semaine chez une amie à Madrid et je m’apprête à partir une dizaine de jours en juin en Espagne (une semaine sur le Chemin de Saint-Jacques et quelques jours chez des amis). Prévoyante, j’ai aussi posé une semaine de congé fin septembre.

Au début, je pensais vraiment partir une troisième fois en vacances, en me disant que je verrais en juillet-août pour la destination et les dates exactes. Et puis, j’y ai réfléchi… est-ce que j’ai réellement besoin de partir une troisième fois ? Non. Est-ce que je peux me le permettre ? Oui, en faisant l’impasse sur d’autres choses pas absolument nécessaires. Et donc, est-ce que j’ai réellement envie de partir ? Oui et non…

Oui, parce que ça fait toujours du bien de changer de décor quelques jours. Non, parce que je me dis que cette année, je n’ai pas envie d’alourdir un peu plus le budget vacances. Si il fait beau, pourquoi pas une journée au littoral belge, voire deux ? Mais partir-partir, je ne crois pas. Et puis surtout, quitte à m’offrir quelques extras, je crois que j’aime autant des choses un peu plus tangibles que de belles photos de vacances.

Et vous, les vacances, vous les organisez et les prévoyez comment ?

 Signature

4 réponses sur « Vacances : stop ou encore ? »

  1. Quelle galère de devoir tout poser en janvier! O_o Et quand tu as des imprévus ou des propositions tardives? Ça te passe sous le nez en fait?

    Moi, ils sont posés dès le début de l’année: je suis tous les congés scolaires, ce qui a des avantages et des inconvénients (je suis obligée de partir en saison haute par exemple)…

    1. Ah ben ça dépend des congés déjà validés de tes collégues: si ça tombe dans une période où personne ou presque est en congé, pas de soucis. Par contre, si il y a déjà deux-trois personnes en congé, tu peux oublier. Et en dernière minute, il faut compter aussi les éventuels malades et autres absences du même genre… L’année passé par exemple, j’ai pu ajouter des jours en juin pour partir au Brésil un à deux mois avant le départ mais après, entre juillet et novembre, pas moyen ! Bref, c’est très variable. Donc maintenant, je fixe au moins la moitié (voire un peu plus) et je ne laisse plus trop de jours pour les envies de dernière minute, trop risqué.

  2. Janvier, c’est super tôt ! :-/

    Travaillant dans l’enseignement, j’ai beaucoup de congés mais je suis assez bloquée quand il s’agit de les placer (5 semaines obligatoires en juillet – août/ 2 à Noël et 1 à Pâques). Du coup, pour prendre des congés, c’est un peu chiant : + cher, plein de monde et beaucoup trop de gosses.

    Pour les récup des heures supplémentaires, on peut les poser un peu plus « librement » mais rarement durant les mois intéressants (soit entre mi-mai et fin octobre, c’est mort), périodes d’inscriptions obligent.

    1. Je ne te le fais pas dire !

      Si je me plains parfois des contraintes de poser mes congés en janvier, j’avoue que les contraintes dans le secteur de l’enseignement m’embêterait nettement plus. Ma soeur travaille dans un pms et trouve souvent le temps long en juillet-août, sans compter qu’il lui est difficile de prendre une journée de récup’ de temps en temps (c’est un souci lorsqu’on se programme un diner à deux ou une offre thalasso ou soin du Fl*ir).
      Bref, chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a ! De toute façon, je pense que le système idéal n’existe pas, donc autant se focaliser sur les bons côtés !

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s