La perle et la coquille – Nadia Hashimi

Voilà une belle découverte que je dois à une opération Masse Critique de Babelio. J’avais avoir eu un peu peur en voyant que je recevais la version « Épreuves non corrigées » et franchement, je n’ai vu aucun souci de mise en page ou coquilles flagrantes.

Résumé : Aujourd’hui comme hier, il ne fait pas bon être une femme en Afghanistan. Les destins bouleversants de Shekiba et Rahima en sont la preuve. À croire que rien n’a changé. « Nous donnons des droits aux femmes selon le Coran, mais nous ne voulons pas encourager l’évolution de ces droits comme dans les pays occidentaux », déclarait le chef de la Cour Suprême en 2005. Alors que l’Afghanistan cède à la tentation de l’intégrisme religieux et envisage de rétablir la lapidation, des voix s’élèvent courageusement afin de lutter contre la barbarie.

La plume engagée de Nadia Hashimi vient se joindre à celles d’écrivains comme Khaled Hosseini et Atiq Rahimi pour défendre la cause des femmes, premières victimes du régime taliban. Parce qu’elle est attachée à ses racines et à son héritage familial, Nadia Hashimi met un point d’honneur à rendre la parole à celles que les talibans ont réduites au silence. À un siècle d’intervalle, Shekiba et Rahima sont deux figures de l’émancipation féminine, deux femmes qui se heurtent à des lois injustes sans jamais se décourager, de celles qui, par leur persévérance, pourraient bien finir par avoir raison de l’obscurantisme. (Quatrième de couverture)

Mon avis : J’ai beaucoup aimé. Nadia Hashimi alterne l’histoire de Shekiba, arrière-arrière-grand-mère de Rahima et celle de cette dernière. Deux destins qui illustrent la difficulté d’être femme en Afghanistan, de l’enfance à l’âge adulte, et les difficultés de traitement dont celles-ci sont victimes dans tous les domaines.

C’est un livre plein d’émotion, parfois un peu dur comme avec les mariages arrangés alors que les filles ne sont pas encore majeures et le traitement que celles-ci reçoivent de leur mari et belle-famille. Mais toujours, Nadia Hashimi distille l’espoir et la foi en un futur meilleur. Et puis surtout, l’écriture est fluide, l’histoire prenante et un certain suspens fait que les pages se tournent à une vitesse incroyable.

J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire, ancienne et plus récente, de ce pays à travers ces deux histoires de femmes et surtout, de découvrir ceux et celles qui se sont battues pour l’épanouissement de celles à qui certains voudraient couper les ailes.

C’est un livre qui raconte ces combats, combats collectifs mais aussi individuels, menés et à mener en quête de liberté.

Signature

Advertisements

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s