Julieta

Il est de ces films pour lequels je n’ai nullement besoin de savoir de quoi ils parlent pour décider d’aller les voir. Il me suffit d’un nom. Un acteur, une actrice, le réalisateur, suffisent parfois à me décider. Almodóvar fait incontestablement partie de ceux-là. Donc, lorsqu’une amie m’a dit qu’elle souhaitait le voir, je n’ai pas eu besoin de plus d’une micro-seconde pour dire oui.

Synopsis : Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.
Julieta parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé. (Allociné)

Mon avis : Une rencontre inopinée à un coin de rue va plonger Julieta dans son passé. Du bonheur intense de la rencontre aux heures sombres, à cette vie à deux avec sa fille et puis, la rupture. Cette rencontre, c’est comme un deuxième choc, un effet boomerang de la douleur reléguée par la volonté d’oublier et qui refait surface.

Les aller-retour du passé au présent s’enchaînent de manière fluide et apportent une touche de lumière à un présent assombri, tout en distillant petit à petit les éléments qui nous permettent de comprendre l’état de Julieta et ce qui l’y a mené.

Ça parle de culpabilité, celle que l’on traîne, que l’on n’arrive pas à effacer et que l’on transmet sans le vouloir, d’amitié, d’amour, de rupture difficile et nécessaire, de liens renoués (enfin, on l’imagine et on l’espère plutôt) et de reconstruction. C’est plein d’émotions, d’une touche d’humour de temps à autres, on sourit et l’on s’émeut tour à tour.

Un film à voir, tout simplement.

signature

4 réponses sur « Julieta »

  1. A partir de la minute ’20, je pleuré tout le long du film:-) hahhaha ! Mais il est formidable, mon chéri aussi l’a trouvé super !
    Bonne journée,

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s