Un millón de gotas (Toutes les vagues de l’océan) – Víctor del Árbol

J’avais beaucoup aimé « La Tristeza del Samurai » de cet auteur, donc, quand je l’ai aperçu sur un stand de la Foire du Livre, je n’ai pas hésité longtemps. Et franchement, je n’ai pas été déçue, loin de là !

Résumé : Gonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa soeur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’ un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.
Cet homme idéaliste, parti servir la révolution dans la Russie stalinienne, a connu dans l’enfer de Nazino l’incarnation du mal absolu, avec l’implacable Igor, et de l’amour fou avec l’incandescente Irina. La violence des sentiments qui se font jour dans cette maudite “île aux cannibales” marque à jamais le destin des trois protagonistes et celui de leurs descendants. Révolution communiste, guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, c’est toujours du côté de la résistance, de la probité, de l’abnégation que ce parangon de vertu, mort à la fleur de l’âge, a traversé le siècle dernier. Sur fond de pression immobilière et de mafia russe, l’enquête qui s’ouvre aujourd’hui à Barcelone rebat les cartes du passé. La chance tant attendue, pour Gonzalo, d’ébranler la statue du commandeur, de connaître l’homme pour pouvoir enfin aimer le père.
Toutes les vagues de l’océan déferlent dans cette admirable fresque d’un xxe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines. (Babelio)

Mon avis : Comment dire, on est aspiré par l’intrigue, on tente de deviner où le passé finira par rejoindre le présent, quels sont les liens qui unissent, parfois à leur insu, les différents personnages et les secrets plus ou moins bien gardés de leur vie.

Difficile d’en faire un compte-rendu fiable sans dévoiler certains ressorts de l’histoire tant celle-ci est dense. Le puzzle semble immense mais chaque pièce y trouve finalement sa place. Le suspens est parfaitement maîtrisé, les passages un peu gore n’y sont pas du tout présenté gratuitement et toujours dans une certaine retenue, une certaine pudeur.

On s’attache au personnage de Gonzalo, à cette croisade, pas tout à fait la sienne, dans laquelle il s’est lancé. On revit l’histoire, plutôt sombre, de son père et l’auteur nous amène à nous questionner sur la question du bien et du mal, de la nature humaine et de la survie dans des conditions historiques et de vie tout simplement extrêmes. L’horreur n’est jamais loin, elle plane, là, tout près, on la ressent sans jamais vraiment la voir en face.

Et puis, il ne faudrait pas oublier de saluer le travail de recherches de l’auteur : sur l’URSS, la période des purges, des déportations en Sibérie et de ce camp de Nazino, sur les camps de réfugiés espagnols en France après la Guerre Civile, bref sur une bonne tranche de l’histoire contemporaine européenne.

C’est donc un roman très riche à tout point de vue, dont le suspens vous coupera le souffle et qui est magnifiquement écrit. Un vrai coup de cœur que j’ajoute au Summer Challenge 2016 #club lectureMS dans la catégorie « Dolce farniente-un gros pavé (livre de 600-700 pages ou plus) ».

signature

Advertisements

2 thoughts on “Un millón de gotas (Toutes les vagues de l’océan) – Víctor del Árbol

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s