[El camino] Rabé de las Calzadas – San Antón

All journeys have secret destinations of which the traveller is unaware

Moral : mais qu’est-ce qui m’a pris d’envisager de marcher 24 km??? Très chouette auberge par contre.

Physique : fatiguée, pleine de courbatures et oh joie, des ampoules à la plante du pied.

Auberge : San Antón – dons.

La première nuit, c’est toujours la pire, j’ai mal dormi et le réveil est un peu difficile. D’autant que ça s’agite dès 5h30-45, bref, il faut vraiment avoir un sommeil de plomb pour parvenir à profiter un peu de sa nuit. Bref, un peu avant 6h, je suis sortie de mon sac de couchage. Une demi-heure plus tard, attablée devant mon petit-déjeuner composé de tostadas et de galletas M*ría, j’ai papoté un peu avec les américaines à côté de moi et les espagnols d’en face. Le chemin est à peine commencé que je saute déjà d’une langue à l’autre et je m’emmêle un peu les pinceaux parfois…

Vers 7h15, je me mets en route. Le soleil n’est pas encore levé mais la visibilité est suffisante. C’est un peu difficile au début, le temps que les muscles se dérouillent et puis, une fois le bon rythme trouvé, c’est tout de suite plus facile.

Le soleil se lève sur la meseta, quelque part entre Rabé de las Calzadas et Hornillos del Camino

Comme la veille, un long tronçon avant de traverser un village, 8 km, ça me semble si long ! D’autant que contrairement à d’autres années, les gens sont moins bavards. Un Buen camino ou Buenos días et c’est à peu près tout quand on se dépasse. Enfin…

Une offrande sur le chemin, gage d'arriver à Santiago de Compostella ?

Une offrande sur le chemin, gage d’arriver à Santiago de Compostella ?

Hornillos del Camino. Première pause. J’achète des fruits secs, des fruits et une bouteille d’eau avant de m’arrêter plus loin pour prendre un C*la-Cao. Petite pause bienvenue, j’en profite pour me tartiner de crème solaire, le soleil est bien haut dans le ciel maintenant.

img_20160910_081257

La meseta et ses champs de blé

Une nouvelle étape de 8-10 km avant d’arriver à Hontanas. Des champs de blé à perte de vue, le paysage semble se répéter à l’infini et pas un coin d’ombre. Le temps d’un petit encas et hop, je reprends ma route.

Et là, mauvaise préparation, j’avais en tête que l’arrêt suivant était à 2 km et je me suis plantée. Il y en avait un peu plus de 5 ! Bref, je ne voyais pas la fin de ces 2 km, j’ai même eu un doute sur l’unité de mesure employée par mon guide en anglais. Je trouvais ça long mais j’étais prête à tirer les 3.5 km en plus jusqu’à Castrojeriz (ce qui m’aurait fait un total de 27 km) mais mes pieds m’en ont empêchés.

Si j’avais bien senti venir une ampoule en m’arrêtant à Hontanas, j’avais pris les devants en dégainant les Comp*ed. Sauf que ceux-ci m’ont lâchée à quelques centaines de mètres de San Antón, impossible d’avancer plus loin. Je me suis donc contentée de ces 24 km pour ce deuxième jour…et j’ai bien fait.

img_20160910_154344

San Antón depuis la route

San Antón, ce sont les ruines d’un ancien couvent. Autant dire que le lieu est particulier. L’auberge compte 3 pièces, la cuisine-salle à manger, le dortoir et une salle de bain. Pas d’électricité ni d’eau chaude (heureusement, j’avais acheté une batterie externe avant mon départ) et elle est tenue par deux volontaires par période de deux semaines. Et ce jour-là, c’étaient Kerri et Sandra, une californienne et une sud-africaine. Super sympathiques et serviables, en arrivant, j’étais déjà sûre d’y trouver ce que je cherchais.

img_20160910_153816

San Antón, de l’intérieur

Après une douche (froide), me voilà donc partie pour soigner mes pieds et déjà, ça commence mal, je suis à court de comp*ed (l’année passée, je n’en avais presque pas eu l’usage, je n’en ai donc pas racheté cette année, pensant le faire sur le chemin). Évidemment, ce n’est pas ici que je vais en trouver, il n’y a que ces ruines et rien d’autres alentour. Pas de 4G non plus, les murs seraient trop épais. Une fois tout cela accompli, je me dirige vers la pièce commune, histoire de commencer à retranscrire ma journée. Il y aura du passage, tant ceux qui jettent un œil aux ruines avant de continuer leur chemin que ceux qui s’y arrêtent. Sans oublier quelques touristes espagnols. Et vers 16h, Kerri nous a préparé des pop corn. Ça semble un peu improbable mais c’était vraiment inattendu et moi, ça m’a plu.

Vers 18h, ouverture exceptionnel du petit bar en face, nous avons été un petit groupe à nous y rendre. Une petite bière avant le souper, accompagnée de chips offertes par Ángel, propriétaire de ce petit local improvisé. Un très chouette moment en tout cas.

Quant au souper… Que dire ? Les tables étaient sorties, histoire de profiter du décor dans lequel nous étions. Des pâtes préparées par un chef italien qui se trouvait parmi nous ce soir-là, une soupe (malheureusement trop épicée pour moi) préparée par les hospitaleras et de la pastèque en dessert. Bonne ambiance et cerise sur le gâteau, un guitariste de passage a proposé de jouer pour nous ce soir (bon, concert sur base donative quand même, et il avait quelques cds à vendre avec lui). Très chouette, d’autant plus que son instrument très particulier, permet de tirer des sonorités de la guitare classique mais aussi de la harpe et du luth, c’est assez magique… Pour vous en donner une idée :

Et en plus d’être musicien, James Kline est aussi sculpteur. J’ai eu l’occasion de voir l’album de photos de son travail et je dois dire que j’aime assez.

Oh, j’allais oublier, en fin de repas, Kerrie nous a offert un petit souvenir de notre séjour à San Antòn. Une carte postale avec une photo des ruines d’un côté et des citations sur le voyage de l’autre. Un cadeau qui a énormément de sens car chacune de ces citations, plus ou générales, peuvent refléter un jour sur le chemin… et je vous en partage d’ailleurs quelqu’unes en introduction de mes aventures sur le chemin.

img_20160911_151711

Bref, des moments précieux dans un cadre extraordinaire. Cela valait bien la peine de se passer d’eau chaude et d’électricité !

signature

Advertisements

One thought on “[El camino] Rabé de las Calzadas – San Antón

  1. Ping : Mon "camino" 2016 | Et cr0quer la vie...

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s