Les pépites

Une fois de plus, j’ai été agréablement surprise par une séance de cinéma en aveugle. J’avais entendu dire que ce film était très bien, j’ai donc filé en salle obscure sans prendre la peine d’en lire les compte-rendus et synopsis.

Synopsis : Aujourd’hui, ils ont 25 ans et finissent leurs études ou commencent à travailler. Tous, lorsqu’ils étaient enfants, devaient fouiller dans la décharge « à ciel ouvert » de Phnom-Penh, au Cambodge, pour survivre. C’est là que Christian et Marie-France, un couple de voyageurs français, les rencontrent, il y a plus de vingt ans. Ils décident alors de se battre sans limite pour sortir ces enfants de cet enfer. À ce jour, ils ont permis à près de 10.000 enfants d’accéder à l’éducation pour se construire un avenir. (Cinénews)

Mon avis : Alors, autant vous prévenir tout de suite, il faut s’accrocher quand même un peu. Les témoignages de ces enfants devenus grands sont parfois glaçants d’effroi mais le contraste entre leur histoire passée et le futur qu’ils ont construit/construisent grâce à l’action de Christian et Marie-France et aux contributions des « parrains » en devient lumineux.

J’avoue avoir été un peu sceptique au début en voyant la présentation de ce couple de français et de leur famille, de leur périple familial en camping car à travers le monde mais leur projet, leur action tient parfaitement la route. Bouleversés par ce spectacle des enfants travaillant dans la décharge de Phnom-Penh, ils ressentent le besoin de faire quelque chose. Oui, mais quoi ? Ils ont alors simplement posé la question suivante à ces enfants : de quoi avez-vous besoin ? Les réponses ont été simples : un repas par jour et pouvoir aller à l’école. D’une simple paillote dans la décharge où les enfants pouvaient recevoir un repas et des soins à ce centre scolaire qui encadre les enfants de la maternelle à la formation professionnelle, c’est l’histoire d’un petit miracle, tout en respectant et en intégrant dans la constitution du projet les acteurs et bénéficiaires de celui-ci.

Et puis, la petite chose qui m’a beaucoup marquée, c’est cette réflexion : Après le départ des Khmers Rouges, tout n’a pas été résolu. Le pays s’est retrouvé quasi sans enseignants avec tout une frange de la population traumatisée par les événements. Ces gens, cassés, brisés, par ce qu’ils avaient vu, vécu ont eu des enfants qui ont souffert et souffrent encore de ces événements passés à travers les blessures de leurs parents. Et sans doute, le plus impactant, c’est que cette petite réflexion s’applique très certainement à de nombreux endroits du monde…

Un film émouvant et impactant, à voir.

signature

Advertisements

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s