Les derniers jours de nos pères – Joël Dicker

Quand ma sœur m’a proposé de me le prêter, je n’ai pas hésité, j’ai tout de suite dis oui. Et je n’ai pas été déçue, loin de là.

Résumé : Londres, 1940. Soucieux de pallier l’anéantissement de l’armée britannique à Dunkerque, Winston Churchill a une idée qui va changer le cours de la guerre: créer une branche noire des services secrets, le Special Operation Executive (SOE), chargée de mener des actions de sabotage et de renseignement à l’intérieur des lignes ennemies et dont les membres seraient issus des populations locales pour être insoupçonnables. Du jamais vu jusqu’alors.

Quelques mois plus tard, le jeune Paul-Émile quitte Paris pour Londres dans l’espoir de rejoindre la Résistance. Rapidement recruté par le SOE, il est intégré à un groupe de Français qui deviendront ses compagnons de cœur et d’armes. Entraînés et formés de façon intense aux quatre coins de l’Angleterre, ceux qui passeront la sélection se verront bientôt renvoyés en France occupée pour contribuer à la formation des réseaux de résistance. Mais sur le continent, le contre-espionnage allemand est en état d’alerte…

L’existence même du SOE a été longtemps tenue secrète. Soixante-cinq ans après les faits, Les Derniers Jours de nos pères est un des premiers romans à en évoquer la création et à revenir sur les véritables relations entre la Résistance et l’Angleterre de Churchill. (Babelio)

Mon avis : Joël Dicker m’avait habituée à du thriller et du suspens, et son premier livre joue dans une toute autre catégorie.

Je m’attendais à une histoire d’espionnage, au moins un tout petit peu. Et si effectivement, il y décrit quelques missions de ses héros, c’est toujours de manière très brève.

En fait, il s’agit plutôt de s’attacher ici à un groupe de volontaires, entraînés par le SOE, qui vont petit à petit devenir amis. Des liens vont se tisser, des caractères vont s’affirmer au fil des épreuves et aucun ne sortira indemne de cette guerre.

On les voit évoluer, grandir et se questionner sur leur rôle dans cette guerre et sur la guerre en général. Pourquoi, oui, pourquoi ? Des questionnements universels qui trouveront un écho en chacun de nous.

Dans ce roman, personne n’est ni blanc ni noir, il y a un large spectre de toutes les nuances de gris. N’en attendez pas une histoire d’espionnage, mais préparez-vous à prendre une claque et à détester un personnage adoré pour un mauvais pas, une inattention.

Une lecture que je vous recommande, sans hésitation aucune !signature

Advertisements

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s