Liseuses : mon expérience

Au début, je me suis tournée vers une liseuse pour la légèreté et la facilité de transport. Quoi de plus léger qu’une liseuse à glisser dans un sac à dos lorsque l’on part une semaine sur le chemin de Saint-Jacques ?

Pour ce premier achat, il y a maintenant un peu plus de cinq ans, je me suis tournée vers une kindle, la Paperwhite de l’époque (qui n’est plus disponible aujourd’hui). Commandé via le site américain, car les versions française et anglaise ne permettaient pas la livraison de ce type de produits en Belgique. À l’époque, mes lectures « papier » étaient fortement majoritaires. En ebooks, j’achetais principalement des classiques gratuits et je profitais des offres du mois ou promo du jour. C’était donc quelque chose d’assez ponctuel. Notamment, parce que dans un premier temps, je ne voyais pas l’intérêt de payer le même prix voire plus un ebook qu’un « vrai » livre.

a l interieur apprendre bibliotheque bibliotheques
Photo de Perfecto Capucine sur Pexels.com

Et puis, au fil des années et peut-être sans doute après mon avant-dernier déménagement il y a trois ans, j’ai commencé à trouver plus d’intérêt à l’ebook. Et je me sentais un peu limitée par le système d’Amazon… Qui, l’air de rien, ferme la porte à tout un tas de possibilités, dont notamment le prêt. Oui, je sais il y a Calibre…mais franchement, passer mon temps à chipoter sur mon pc pour télécharger un livre puis le convertir… bof. Surtout qu’avec la conversion, certaines fonctionnalités se perdent (et donc on perd l’intérêt de la liseuse). J’ai donc cherché une alternative. 3 ans plus tard, il y avait nettement plus d’options sur le marché. Et je me suis décidée pour une TEA (the ebook alternative), rebaptisée par la suite Vivlio.

Je possède donc actuellement une Kindle Paperwhite de 2015 et une Vivlio Touch HD Plus. Après une utilisation plus intensive pendant le confinement et avec le glissement progressif vers de plus en plus d’achats « électroniques », voici un petit comparatif des ces deux liseuses.

Niveau technologie, écran, taille et poids, il y a 3 ans entre les deux, je ne pense pas qu’il soit judicieux de tenter une comparaison. La Vivlio est évidemment plus petite, plus légère et permet de régler l’éclairage en intensité et en « smartlight » pour la lumière bleue mais je pense que les dernières kindle doivent être à ce niveau plutôt comparables.

Au niveau de l’utilisation, la Vivlio dipose de quatre touches alors que mon modèle de Kindle ne dispose que d’un bouton marche-arrêt. J’ai d’ailleurs eu un peu de mal au début à retenir quelle fonction correspondait à quelle touche. D’autant plus que comme je passais de l’une à l’autre, et que les systèmes sont assez différents, j’avais parfois besoin d’un temps de réadaptation à l’une ou l’autre. Est-ce que j’ai une préférence pour l’une ou l’autre sur ce point ? Pas vraiment. Je tourne les pages sur ma Vivlio aussi bien via l’écran tactile que via les touches. Les touches « menu » et « accueil » sont probablement un peu plus intéressantes à ce niveau-là.

Niveau fichiers compatibles, ma Vivlio est évidemment gagnante. D’autant plus, qu’elle permet aussi de stocker et écouter des livres audios ou des photos. Je ne sais pas ce que proposent les Kindles plus récentes, par contre. Et surtout, en visitant d’autres plateformes, je me suis aperçue que les prix et les promos d’Amazon ne sont finalement pas si intéressants que ça. J’ai trouvé certains ouvrages en « promo » moins cher ailleurs…

Reste un avantage indéniable de la Kindle, c’est la facilité de téléchargement. Synchronisée avec mon compte client, je n’ai qu’à activer le wifi pour que mes derniers achats se téléchargent. Je pourrais aussi acheter directement depuis la Kindle mais je préfère choisir plus tranquillement et aisément mes prochaines acquisitions via le pc. C’est peut-être là l’unique faiblesse que je trouverais à ma Vivlio : le passage par Adobe Digital Editions recommandé par tous les sites et que j’ai donc suivi religieusement. au début. Jusqu’à rencontrer un bug et tenter de télécharger mes ebooks directement via le navigateur internet de ma Vivlio, ce qui est finalement tout à fait possible. On peut aussi lier ses comptes clients de différentes librairies partenaires, mais je n’ai pas encore exploré cette possibilité. Ce téléchargement plus direct n’est cependant pas aussi direct que celui offert par la Kindle.

En définitivement, je suis plutôt satisfaite de mes deux liseuses. Je pense qu’il est important avant d’envisager l’achat de savoir ce que l’on veut lire et comment. Et surtout l’usage que l’on va en faire.

Et vous, vous avez déjà passé le pas de l’ebook ?signature

4 réponses sur « Liseuses : mon expérience »

  1. Oui, j’ai une vieille liseuse Sony (PRS T2) qui doit avoir facilement 6 ou 7 ans maintenant.
    Je ne l’utilise que très rarement (surtout qu’elle est devenue assez lente) mais j’ai du mal à m’y tenir. En gros, je la promène avec moi, lorsque je suis en déplacement et de temps en temps, je lis un bouquin reçu grâce à Netgalley. Ca s’arrête là.
    De manière générale, je trouve que je suis moins ancrée dans ma lecture quand je lis sur liseuse que sur papier.
    Je trouvais cela intéressant pour lire en anglais car il y a le dictionnaire intégré.
    Sinon, elle est assez peu réactive pour la prise de note ou les surlignements, donc ça a tendance à m’énerver.
    Parfois, je me dis que je lirais davantage sur liseuse avec une nouvelle qui permet de lire dans le noir ou de surligner correctement mais j’ai dit que je garderais celle-ci jusqu’à ce qu’elle meurt car donc je patiente (pour une fois qu’un outil techno ne meurt pas au bout de ses années de garantie :D).

    1. C’est vrai que les liseuses ont la peau relativement dure… Je pensais aussi attendre la fin de vie de ma Kindle avant de tenter un autre système et finalement, j’ai sauté le pas. Sans regret, je bénéficie des avantages des deux.
      Et oui, un énorme avantage de la liseuse que j’ai oublié, c’est le dictionnaire intégré. Je n’ai jamais utilisé la prise de notes par contre, mais le surlignement bien et sans trop de difficultés d’ailleurs.

  2. Je trouve aussi que la liseuse est parfaite lorsque l’on voyage ! Gain de place, de poids,… ça devient très facile de lire beaucoup sans embarquer pleins de livres. Par contre, je dois avouer que dans ma vie quotidienne, je préfère les livres papier car le plaisir n’est pas le même !

    1. C’est ce que je pensais aussi… Et puis, au fil des années, je me suis prise à apprécier voire à préférer lire sur ma liseuse. D’autant plus depuis que j’ai découvert et testé l’emprunt en bibliothèque d’ebooks. Plus besoin de se déplacer physiquement pour prendre et rendre un emprunt. Le seul inconvénient par contre, c’est de ne pas pouvoir partager mes découvertes en prêtant mes lectures…

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s