La commode aux tiroirs de couleurs – Olivia Ruiz

Ce roman, j’avais très envie de le lire. Il était d’ailleurs dans ma liste de réservation d’ebooks de la bibliothèque. La liste d’attente était longue, l’obtention du fichier était prévue pour juin, une amie s’est donc proposée de m’en prêter son exemplaire en me l’envoyant par courrier postal, vu la situation actuelle.

Résumé : À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

La commode aux tiroirs de couleurs signe l’entrée en littérature d’Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies familiales et tourments de l’Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l’exil. (Goodreads)

41pjcxpusl._sx195_

Mon avis : Et bien, je n’ai pas été déçue du voyage que nous propose Olivia Ruiz ici, en nous emmenant dans les pas de l‘abuela, Rita; de l’exil à cette nouvelle vie qu’elle se construira en France.

J’y ai retrouvé, en partie, l’atmosphère qui se dégageait dans Ines y la alegria d’Almudena Grandes. L’exil, le camp où Rita ne reste pas longtemps heureusement, la vie en « communauté » que se récrée les premiers émigrés, ceux qui font des aller-retour entre les lignes de front et ce pays qui les tolère plus ou moins.

Et puis, je me suis attachée à Rita, qui, confrontée au racisme, voudrait effacer sa différence et souhaite passer pour une véritable petite française. Avant de renouer avec ses racines et éteindre les rancœurs qui l’habitaient. J’ai vibré avec elle dans son abandon passionné auprès de cet homme, avant la perte innommable qui la poussera à retrouver sa famille. Je l’ai revu se réinventer, se (re)construire une nouvelle vie, se battre pour sa fille et pour continuer à vivre, malgré les douleurs et les pertes.

Une belle histoire qui doit beaucoup au personnage de Rita, solaire et forte, et à l’écriture délicate d’Olivia Ruiz.

signature

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s