Instantanés #153

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de cette semaine.

Photo de Quu1ed1c Bu1ea3o sur Pexels.com
  • Les hauts et bas de se préparer au voyage au temps du Covid.
  • Premiers efforts en vue de perdre les kilos excédentaires dus à ces derniers mois et déjà voir les premiers résultats.
  • Postuler pour ce poste, en informer ma responsable directe et recevoir son soutien et ses encouragements.
  • Ainsi que ceux de mes collègues directes.
  • Ressortir les robes pour essayer de survivre à ces températures élevées.
  • Ce petit vent jeudi matin, même si la sensation de fraîcheur n’a pas duré.
  • Se réveiller samedi matin et constater que l’orage de la nuit a rendu la température intérieure à des niveaux plus supportables.
  • Croiser une « camarade » de danse dans la file de la boulangerie et en profiter pour papoter un peu en sortant;
  • Terminer la semaine par un petit repas en famille.

Et vous, vous retenez quoi de la semaine écoulée ?

signature

Instantanés #152

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de cette semaine.

Photo de Pixabay sur Pexels.com
  • Première dose de vaccin reçue. Enfin.
  • Ce colis enfin reçu alors qu’il était coincé depuis trois semaines.
  • Cette valise qu’on ne recevra jamais mais dont le remboursement est en cours.
  • Ça y est, on a pris la décision de partir au Maroc à la fin du mois. Je n’y resterai que quelques jours, lui un peu plus de deux semaines. On croise donc les doigts très très fort que les règles ne changent pas d’ici notre départ et nos retours.
  • Ça y est (bis), mon amie espagnole a pris ses billets d’avion et réservé un hôtel pour passer quelques jours dans notre capitale.
  • Ce beau soleil qui fait du bien au moral.
  • Ma mère qui a craqué et réservé un weekend dans un centre de vacances pour TOUTE la famille cet été. (oui, c’est la semaine des réservations pour les vacances 🙂 )
  • Se promener dans des quartiers où nous allons rarement et en profiter pour faire deux découvertes gourmandes.

Et vous, vous retenez quoi de la semaine écoulée ?

signature

Nos elles déployées – Jessie Magana

Ce roman, je l’ai reçu dans le cadre du dernier masse critique jeunesse organisé par Babelio. Le résumé me faisait envie, il a rejoint ma sélection et c’est finalement cet ouvrage que j’ai eu la chance de recevoir.

Résumé :

1974 Des femmes, partout dans la rue. Parmi elles, Solange, quinze ans, qui brandit fièrement les pancartes et reprend à pleins poumons les slogans préparés avec sa mère et ses copines du MLF. Elles le sentent, leur lutte est sur le point de faire basculer l’histoire. Demain, les femmes seront libres de choisir. Pourtant, rien n’est simple pour Solange, qui cherche à exister face à ces modèles et se questionne sur ses désirs nouveaux.

2018 Manifs, AG, une chose est certaine, dans les veines de Sido, la fille de Solange, coule le sang de ses aînées, fières et engagées. À son tour, elle cherche le moyen de faire entendre sa voix… et de trouver sa voie.

Trois générations de femmes veulent révolutionner l’amour, la famille, l’engagement. Une saga féministe bouleversante. (Babelio)

Mon avis : J’ai beaucoup aimé cette saga qui retrace un peu l’évolution des combats féministes. Des années 70 avec le droit à l’avortement et à disposer de son corps aux années 2000 avec #metoo, les questions de genre, les Gilets Jaunes et même le printemps arabe, c’est un bel aperçu des luttes et des convergences de luttes.

Ce roman est divisé en deux parties. La première nous voit en 1974 où l’on suit les combats de Colette ou Coco et comment Solange se construit et se positionne dans cet environnement et la société dans laquelle elle grandit. La deuxième nous plonge en 2018 où l’on découvre Sido qui cherche la manière de porter ses luttes. On est en plein dans les combats et débats actuels, cette partie est terriblement moderne, d’actualité.

Les « adultes » sont ici un peu secondaires, les projecteurs sont sur les adolescentes qu’ont été et sont Solange et Sido. C’est normal, car il s’agit du public cible du roman, mais par moment j’aurais aimé creuser un peu plus les ressentis de Coco et Solange. Néanmoins, le propos est toujours bienveillant et surtout crédible, un reflet fidèle des combats et débats passés et actuels.

Au final, j’ai pris énormément de plaisir à la lecture de ce roman que j’irais jusqu’à qualifier de militant et divertissant. Un mélange étonnant, peut-être, mais qui en fait une belle découverte, pour ma part.

Merci à Babelio et aux éditions Thierry Magnier. signature

Instantanés #151

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de cette semaine.

Photo de Khanh Le sur Pexels.com
  • On ne sait pas encore ou et quand on pourra partir, mais nous avons reçu l’une des deux valises achetées dans une vente privée. Parés dès que cela sera possible donc.
  • Ce soleil et ces températures agréables.
  • Pouvoir enfin prendre rendez-vous pour me faire vacciner.
  • Recevoir le livre gagné dans le dernier masse critique de Babelio.
  • Un dimanche en famille.
  • Une ouverture de frontières annoncée. En espérant que le reste suive.

Et vous, que retenez vous de la semaine écoulée ?

signature

Instantanés #150

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de cette semaine.

Photo de Matthias Zomer sur Pexels.com
  • Profiter d’un lundi férié.
  • Une semaine un peu chahutée au boulot mais qui s’est bien terminée.
  • Une petite balade au parc en soirée, même si les comportements de certains grands groupes m’ont énervée.
  • Profiter d’un café en terrasse avec le soleil enfin.
  • Recevoir cette blouse Zyga, petite marque éthique française, dont j’avais longtemps attendu que ma taille soit à nouveau disponible…
  • et pouvoir enfin porter la robe achetée à 50´% il y a quelques mois.
  • Installer une nouvelle tringle pour les rideaux dans la chambre, contraints et forcés, mais quel changement !

Et vous, que retenez-vous de la semaine écoulée ?

signature

La lengua de los secretos (La langue des secrets) -Martín Abrisketa

Ce roman, il faisait partie d’une sélection de titres au format kindle qui étaient offerts en avril de l’année passée, lors du premier confinement et des ouvrages que j’ai, alors, téléchargés.

Résumé : Martintxo est né dans un fromage : son Arrigorriaga natale qui, perforée par les mines, a poussé tant de gens à venir travailler dans une contrée où les gens élevaient des vaches et parlaient la « langue des secrets » (le basque ndlr). Enfant, il sera témoin de comment la guerre a aussi perforée sa terre avec les bombes allemandes. Séparé de ses parents, il devra prendre en charge ses frère et sœurs et fuir la destruction, à Santander tout d’abord et ensuite dans un petit village des Alpes françaises qui recueillera des réfugiés espagnols de la Guerre Civile.

La lengua de los secretos est un roman émouvant et magique à la fois, capable de nous embarquer dans la sensibilité d’un enfant turbulent et très courageux, qui se voit obligé de protéger ses frère et sœurs et de lutter contre la barbarie de la guerre avec pour seules armes l’imagination et le rêve. (essai de traduction du résumé)


Mon avis : Ce n’est pas le premier livre que je lis sur cette période de l’histoire espagnole, mais celui-ci offre un prisme particulier : la guerre civile est ici vue du point de vue d’un enfant d’une dizaine d’années à peine. L’imagination sans fin de Martintxo transforme donc chaque événement en expérience un peu magique, en jeu malgré le côte tragique des situations vécues. Et même si j’ai parfois eu du mal à adhérer à cette narration de l’imagination et du jeu, on ne peut que s’attacher à cet enfant qui va se battre comme il pourra pour permettre à sa fratrie de survivre à la séparation de leur famille.

Certains chapitres disposent d’un chapitre bis. Ces chapitres particuliers permettent à l’auteur de revenir dans le présent, dans l’élaboration de son ouvrage et à questionner sa relation avec son père. C’est assez intéressant et certains de ces chapitres font partie des plus émouvants à mon avis, notamment celui où son père et sa tante reviennent dans ce village français qui les a accueilli quelques années. 

Bref, un très beau roman que je vous conseille.

signature