Le dernier tour de mes grand-parents

Bon, ça fait maintenant quelques articles que j’écris sur mes grand-parents maternels et sur le tournant qu’a pris ma/notre relation avec eux. Et bien, cette semaine ils ont encore fait fort…

Alors qu’ils avaient promis à ma mère qu’ils lui feraient un versement fin du mois et que cet été, juste avant mon anniv’, ils avaient décidé que moi et ma sœur n’aurions plus rien car on travaille, là, ils viennent de nous verser à chacune 100€ avec en communication « Fêtes de fin d’année ». Nos autres sœurs n’ont rien reçu et ma mère non plus…

Évidemment, quand j’ai vu le virement, je ne savais encore rien de tout le reste et j’ai direct appelé ma mère. C’est après que j’ai su pour mes sœurs. Sur le coup, par contre, ça m’a tout de suite énervée… Il y a quelques mois, on apprend par des voies détournées qu’on ne recevrait plus rien et puis, tout d’un coup, on est les seules à recevoir. Sans oublier le montant… On n’a jamais reçu plus de 10 à 25 € à la fois de mes grand-parents, dès lors c’est presque un virement pour toutes les occasions de l’année.

Et donc, voilà un nouveau coup donné à notre relation avec nos grand-parents. Le caractère un peu aléatoire et totalement inégal de leur « générosité » et l’impression d’un foutage de gueule complet ou d’une manipulation, bref, si j’avais déjà des sentiments contradictoires et zéro envie de décrocher quand ils m’appellent, maintenant, ça va être carrément pire…

Signature

La cabine de douche – Episode 3000 (au moins)

Je n’en ai pas parlé souvent par ici (mais un peu quand même) mais depuis mon installation à Bruxelles dans cet appart’, la cabine de douche est source de désagréments quotidiens. Pour tout dire, c’est depuis son installation qu’elle cause des soucis suite à une évacuation déficiente.

Je ne vais pas détailler ici les causes possibles de ces soucis (la conception de la douche (ça, ce n’est que mon avis), la tuyauterie originale qui ne serait pas adaptée à une douche etc etc). Ces problèmes durent depuis suffisamment longtemps pour qu’on ait réussi à négocier avec la propriétaire une réduction de loyer depuis maintenant presque un an.

Il faut dire aussi que depuis sa mise en place, ma coloc’ précédente a connu des soucis avec la température de l’eau (le système avait été monter à l’envers ou quelque chose du genre), le mitigeur nous a lâché ou encore tout récemment le tuyau d’arrivée d’eau qui a percé, résultat zéro pression et plus d’eau qui sort du pommeau, pratique pour prendre une douche (mais heureusement le plombier vient demain… alleluia).

Alleluia, car le problème a été identifié dimanche soir, un mail envoyé derechef à la proprio et comme elle ne réagissait pas, je l’ai appelée le lendemain soir. Mardi, elle a d’abord essayé de joindre un plombier qui était déjà venu mais elle tombait à chaque fois sur le répondeur… Renseignement pris de notre côté, il est en vacances jusqu’à la fin du mois, on a donc rappelé la propriétaire qui voulait attendre encore 24h avant de chercher un autre plombier (on voit bien que ce n’est pas elle qui ne peut pas prendre de douche et qui vient de se faire opérer des yeux et doit donc faire super gaffe à chaque shampooing !!). Enfin, bref, un plombier vient demain et je crois que dès son départ, je file sous la douche !!

Pour ce qui reste des soucis d’évacuation, l’affaire est toujours en cours… Début février, un expert était passé et je pense qu’il a rendu son rapport depuis mars au plus tard. Il préconisait un partage 50-50 des frais concernant les travaux à effectuer pour régler les problèmes d’évacuation car, pour lui, les fautes étaient partagées entre la propriétaire et le plombier. Depuis, j’imagine que les avocats des deux parties tentent de trouver un accord sur base du rapport de l’expert mais en attendant, nous, on est pris en otage entre les deux et notre patience arrive tout doucement (mais sûrement) à bout.

Au point que dimanche soir, après un simulacre de douche (!), j’étais limite en larmes. Pour le coup, j’aurais aimé exploser comme mon ancienne coloc’ la dernière fois qu’elle s’est trouvée dans l’impossibilité de prendre une douche (par contre, jurer en italien, j’aurais pas pu).

Bref, j’attends le plombier demain comme le messie (même si ça commence à me courir sur le haricot aussi de prendre toujours une après-midi pour régler ces soucis) et me plie à la demande de la propriétaire d’écrire une lettre de plainte à son avocat pour exprimer notre ras-le-bol de la situation. Je pense qu’elle espère que ça fasse pencher un peu la balance de son côté, moi, tout ce que je souhaite, c’est que ça accélère la procédure et qu’on règle enfin tout ça au plus vite et franchement, je me fous un peu de qui va payer quoi tant que je peux enfin prendre une douche correcte !

Signature

Les f*lies namuroises

Samedi soir, sur l’esplanade de la Citadelle de Namur, se dressait un énorme chapiteau qui abritait une soirée

annoncée comme faisant partie des incontournables de la région…

Par contre, pour ma part, j’en ai un avis plutôt mitigé…
Tout d’abord, arrivées sur place vers 23h30, nous n’avons pu entrer dans le chapiteau qu’à une heure du matin passée ! Et pourtant, nous avions des préventes ! Autant dire que piétiner pendant deux heures, en avançant de quelques pas tous les quart d’heure (et encore), ça ne donnait plus vraiment envie de faire la fête… Et le hic dans ces cas-là, c’est qu’on est tenu par cette prévente. Alors, on attend même si on râle…
Pour le reste, j’ai envie de dire une soirée sympa mais pas de quoi casser trois pattes à un canard. Quelques artistes qui réalisent quelques numéros (on en a vus deux), mais du déjà-vu. Ou alors, c’est moi qui, refroidie par les deux heures d’attente, n’avait pas la tête à m’extasier.
Bref, pas franchement une expérience à retenter pour ma part. Et je me suis aussi rendue compte que ce genre d’énormes soirées, c’est pas vraiment ma tasse de thé. Si j’aime me déhancher sur le dancefloor, je préfère de loin les petites boîtes ou cafés.

Parfois, j’ai l’impression qu’on nous prend pour des c**s

Un exemple ?
Au mois de janvier, j’achète des billets d’avion avec ma carte V*sa. En février, cette même carte expire. Je la ramène à la banque et j’en reçois une nouvelle.
Premier « couac ». Sans que l’on m’ait demandé mon avis, la limite passe de 600 euros à 2500. Petit mail pour rectifier l’affaire, j’ai coupé la poire en deux entre les deux… ou presque.
En mars, suite à un gros gros changement d’horaires concernant mes vols, la compagnie me propose de les annuler et de me faire rembourser via le mode de paiement de l’achat. J’accepte. Je reçois confirmation de la réception du remboursement et pense donc avoir un crédit de 200 et des euros à dépenser ce mois-là.
Il y a deux jours, je reçois ma facture où il n’est pas fait mention de la déduction de ce solde positif. Ce matin, en retirant des sous, je me rends compte qu’on a pas du tout tenu compte de ce solde positif dont on aurait dû déduire mes achats.
Et puis, mon franc tombe. Normal, je n’ai plus la même carte vu que la première a expirée. Je contacte donc V*sa pour savoir comment je peux récupérer mon remboursement… et bien en leur envoyant un courrier pour demander l’annulation de la première carte qui a expiré afin de recevoir sur mon compte la dite somme dans un délai d’un mois à dater de la réception du courrier!! 
Y’a pas quelque chose qui vous choque là ? Premièrement, je dois demander l’annulation d’une carte qui est expirée depuis deux mois et deuxièmement, cette même carte je l’ai rendue à ma banque… ce n’est pas la banque qui aurait dû l’annuler ? Sans compter que… si je ne l’annule pas moi-même, ça veut dire qu’elle est toujours valable ou pas ?
Bref, j’enverrai un courrier recommandé et ensuite, je me plaindrai auprès de ma banque. Par contre, la leçon de cette histoire, c’est qu’il faut rester vigilant… j’aurai pu perdre 200 euros et des poussières avec cette c*nnerie !

No smoking, please !

Vendredi soir, ma Best ayant congé, nous sommes sorties dans une petite boîte dans le namurois. Une bonne soirée dans l’ensemble. Mais, il y a un énorme mais…
Ce n’est pas la première fois et moi, ça me dérange fortement. Depuis 2011 il me semble, il est désormais interdit de fumer dans de tels lieux. Sauf que là-bas, ce n’est pas respecté. Soit. J’imagine qu’il est difficile de mettre quelqu’un derrière chaque client pour surveiller qu’il ne fume pas dans la salle et que les serveurs et videurs ne peuvent pas les voir tous.
Reste que l’absence criante de signes « Interdit de fumer » dans la salle même me gêne. Une certaine tolérance, quand un couple change de place au bar pour aller fumer « plus discrètement » mais commande un deuxième verre. Clope à la main sous le bar, halo de fumée et paquet de cigarette bien en évidence devant eux. Et ce n’est qu’un des nombreux exemples vus…
Alors, je peux comprendre qu’ils n’aient pas envie de sortir fumer. Mais bon, peut-être éviter d’en griller trois ou quatre par heure, ce n’est pas trop demander, si ?
Ce qui me gêne, c’est tout d’abord la gorge qui pique à cause de la fumée et puis l’odeur qui reste accrochée aux cheveux. J’ai sans doute énormément de mal à le supporter alors qu’en Espagne, presque plus personne ne fume dans les bars et discothèques !
Et puis, surtout, c’est le manque total d’attention aux gens à côté. J’ai des amis fumeurs que j’accompagne parfois dehors lorsqu’ils veulent fumer et je les ai toujours vus faire attention à expulser la fumée dans une direction opposée à moi… Et ça, c’est quelque chose qu’on ne voit pas en boîte. Pas de chance si tu te retrouves à côté d’un fumeur compulsif, tu vas en prendre plein le nez !
Bref, en fin de soirée, ça m’a complètement énervée…