Un cadeau d’anniversaire unique : le simulateur de chute libre

Pour mon anniversaire, ma plus jeune sœur a convaincu mes autres sœurs de m’offrir un « saut en parachute ». Enfin, pas un vrai, en simulateur. J’avoue que ça me tentait bien, tout en ayant une petite pointe d’appréhension quand même.

Elles ont choisi pour ça celui du Airspace Indoor Skydiving, à Gosselies. Une fois le voucher reçu, il ne me restait plus qu’à choisir une date et un créneau horaire pour mes deux « sauts », d’une minute chacun.

Le jour J est arrivé et nous nous sommes présentés bien à l’avance sur place. L’occasion d’observer les sessions précédentes et les démo des moniteurs. Et puis, surtout, l’occasion de prendre l’option high-fly pour 10€ supplémentaires. Le high-fly, c’est pendant les trente dernières secondes, un vol avec le moniteur. Trois fois s’envoler vers le haut de la turbine et chuter.

J’avais un peu d’appréhension et de stress avant d’arriver et après le briefing de sécurité, j’avais surtout le stress de ne pas y arriver et de ne pas pouvoir profiter de l’expérience. D’autant plus qu’en observant les groupes précédents, on voit ceux qui s’en sortent comme des chefs, ceux pour qui c’est plus compliqué et ceux qui ne semblent pas y prendre trop de plaisir.

Airspace_Photos_AurlieRAACH__MG_2616

Au final, tout s’est bien passé. J’ai adoré l’expérience qui est vraiment dingue. J’ai eu la chance de n’avoir que « deux » autres participants dans mon groupe, qui avaient booké des vols plus longs et plus nombreux (5x2minutes) et ai donc pu réaliser mes deux vols rapidement. J’ai adoré le « high fly ». La sensation de s »envoler vers le haut de la turbine est absolument extraordinaire. Par contre, la chute est plus intense, j’ai senti mon estomac redescendre, un peu comme dans une montagne russe.

Bref, une expérience que je recommande ! D’ailleurs, je n’hésiterai pas à recommencer si l’occasion s’en présente.

signature

Rencontre du temps

Dans mes objectifs de 2015, il y avait, quelque part, faire de nouvelles rencontres. Amicales, tout d’abord, vu les changements des derniers mois dans mon cercle d’amis bruxellois et puis, who knows ?

Pour ce faire, je me suis tout d’abord promenée sur les classiques, connus de tous et toutes, Meet up et OVS. Meet up, la version bruxelloise, semble quand même très expat’ et ce n’était pas du tout ce que je recherchais. Sans parler de ceux qui créent un groupe pour promouvoir leurs activités (cours de zumba par exemple), bof quoi.

Quant à OVS, sa version bruxelloise présente un sacré désagrément (enfin, tout dépend), c’est la moyenne d’âge (45-60 ans). Alors, si bien sûr, l’âge ne prédispose en rien d’une amitié ou d’une entente, ce n’est quand même pas la même chose de sortir avec des 25-40 ans que 45-60 ans. Bref, suite à un message m’invitant à découvrir un site plus « jeune », j’y suis allée jeter un œil et j’ai déserté OVS (sur lequel je n’ai fait que passer brièvement finalement).

J’ai donc atteri sur « Rencontre du temps ». Gros avantage de base : la possibilité d’envoyer des messages gratuitement (payant, au début sur OVS) et puis surtout, les participants, plus raccord avec mes envies et ma tranche d’âge. Rencontre du temps, c’est aussi un forum et un onglet histoire (passé, présent, conditionnel) où chacun peut s’épancher de manière anonyme ou pas.

L’ambiance y est généralement plutôt agréable et j’ai déjà eu l’occasion de passer plusieurs soirées sympas grâce à ce site. Pas mal de sorties ciné notamment, mais aussi des expos, des sorties-sorties, des restos, des soirées jeux, une escape hunt… Si j’ai participé à plus d’activités que je n’en ai organisé, j’ai déjà testé les deux, avec quand même un peu de pression quand je me retrouve organisatrice (l’activité/le film/l’endroit va-t-il plaire ?) Il y en a pour tous les goûts, évidemment.

Bref, même si je n’en tire peut-être pas le maximum (pas facile quand on bosse tôt en semaine et que trois soirées sur sept sont déjà bloquées et que le weekend sont parfois remplis d’autre chose), c’est en tout cas, un site sur lequel je passe régulièrement et qui me permet d’élargir mes horizons.

Signature

Un weekend en mode « défense verbale »

Trois semaines après mon weekend d’auto-défense, j’ai remis ça. Cette fois, avec la défense verbale et j’ai trouvé le stage encore plus intéressant.

Parce que si l’auto-défense donnait quelques trucs pour éviter l’agression physique ou parer tout type de transgression de nos limites personnelles, ça restait plutôt dans un contexte d’agression (ou du moins, c’est comme ça que je l’ai ressenti). Ici, il s’agissait plutôt d’apprendre des outils, des mécanismes pour se défendre face à tout franchissement de nos limites, que ce soit dans la rue, dans la sphère privée ou professionnelle.

J’ai adoré parce que je pense que c’est accessible à toutes et que surtout c’est utile à toutes dans la vie quotidienne. C’est déculpabilisant, « oui, on a le droit de dire non, de dire quand ça ne nous convient pas même si ça peut froisser l’autre » et surtout ça renforce l’image de soi et la confiance de soi.

Que dire d’autre sinon vous conseiller de suivre à votre tour ce petit stage… ou de lire « Non, c’est non – Petit manuel à l’usage des femmes qui ont marre de se faire emmerder sans rien dire » d’Irene Zeilinger. Mais vous pouvez aussi faire les deux !

Toutes les infos : ASBL Garance

Signature

Un weekend en mode « autodéfense »

C’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis longtemps, pas loin de deux ans, je crois. À l’époque, j’avais découvert l’association Garance et ses formations d’autodéfense pour les femmes en lisant « Causette ». Je l’avais noté dans un coin de ma tête, mais s’en jamais sauter le pas ou prendre le temps de regarder les possibilités pour le faire.

Cet été, je me suis donc réveillée et inscrite à deux modules: autodéfense pour femmes et défense verbale, ce dernier je ne le suivrais que début décembre.

Alors, je ne vais pas pouvoir vous en dire grand-chose vu que le contenu de la formation, tant ce qu’on a pu y apprendre que ce qui a pu y être dit par les participantes est confidentiel. Pour plusieurs raisons, toutes tout à fait valables.

Qu’est-ce qu’on y apprend ? Des outils principalement à appliquer dans la vie quotidiennement pour apprendre à poser ses limites face aux autres et quelques « petits » trucs qui pourraient nous aider à nous sortir de situations dangereuses. Plus que des enchaînements, des coups, du sport, il s’agit aussi et surtout de se préparer. Pas de stress donc pour les non-sportives, on ne passe pas le weekend à se taper dessus, bien au contraire.

Et c’était bien ? Oui, trois fois oui. L’ambiance était bonne et respectueuse et on s’est bien amusées malgré la thématique.

Bref, c’est un weekend que je conseillerais à chacune de suivre (et non, ça ne se passe pas que sur Bruxelles ! )

Toutes les infos : ASBL Garance

Un courtier en téléphonie ? bonne ou mauvaise idée ?

Quand j’ai emmenagé en janvier, il fallait installer internet (et accessoirement le téléphone ou la télé) et des amis de ma coloc’ lui ayant conseillé de passer par Ast*l pour ses démarches, c’est ce que nous avons fait. J’avoue qu’au départ j’étais pas hyper emballée par l’idée de passer par un intermédiaire, mais mon expérience, après quatre mois, est plutôt positive.

Le site permet de comparer les différents opérateurs au niveau des tarifs et des promos éventuelles. Il permet aussi de vérifier quels sont les opérateurs actifs dans votre quartier. Au niveau des promos, il y a celles des opérateurs-mêmes et celles qu’Ast*l propose en plus (frais d’activation et/ou installation offerts, cashback).

Vu que la ligne téléphonique n’était plus ouverte dans notre appartement, nous n’avons pas vraiment eu le choix de l’opérateur, il a fallu passer par le prépondérant sur le marché belge et donc nous l’avons fait via Ast*l. Au niveau des contacts concernant la commande, rien à dire. Les opérateurs que j’ai eu au bout du fil ou par mail ont été efficaces et les réponses sont toujours rapides.

Concernant le cashback, il faut savoir qu’il faut communiquer votre numéro de compte en banque au service comptabilité. Je pense que j’avais choisi de ne pas introduire mes coordonnées bancaires dans le formulaire de commande et donc j’ai du envoyer un mail au service client pour demander comment cela se passait. Réponse hyper rapide du service client et travail efficace de la compta, dans la semaine, le cashback était sur mon compte !

Enfin, le dernier point d’importance… Lors de la commande, il nous avait été stipulé que les frais d’activation et d’installation seraient gratuits. Or, lors de notre deuxième facture, l’opérateur nous facture ces montants (129e quand même). Bref, je contacte Ast*l, réponse dans la journée, ils s’en occupent. Dans les deux-trois jours qui ont suivi, je recevais une note de crédit de l’opérateur concernant ces montants. Affaire réglée rapidement. Par contre, là où il est bon d’avoir un intermédiaire, c’est que l’opérateur stipulait quand même dans cette note de crédit qu’ils me faisaient un geste commercial concernant ces montants que je considère injustifiés. Là, j’ai ris jaune en lisant le courrier et je suis bien contente de ne pas avoir eu à me battre moi-même pour obtenir gain de cause…

Bref, je suis satisfaite de ce service. D’ailleurs, si suite aux augmentations de tarifs de mon opérateur mobile prévues début mai, je décide d’en changer, je penserai à passer par Act*l encore une fois.

Et vous, vous connaissiez ce genre de service/société ? Vous en avez déjà profité ?

Bon plan culture à Bruxelles

Le théâtre, le cinéma, les expos… c’est parfois un sacré budget quand on aime ce genre de sorties. Mais sur Bruxelles, il existe un super bon plan pour profiter de celles-ci sans se ruiner. Il s’appelle Arsène 50 et propose des places à 50% !

Seul impératif : les offres ne sont annoncées et actualisées qu’au plus tôt 48h avant. Bref, c’est un bon plan mais plutôt version last minute. Et puis, les places sont uniquement en vente sur le site ou dans le bureau du Bip (Rue Royale 2-4) entre 12h30 et 17h si vous vous rendez sur place et de 14h à 17h30 via web.

Perso, j’ai testé ce weekend pour une représentation de « Tartuffe ou l’imposteur » au Théâtre du Parc. L’occasion de découvrir ce petit mais magnifique théâtre et d’avoir l’eau à la bouche en découvrant la saison 2014…

Et vous, vous connaissiez Arsène 50 ?