Mi casa es tu casa… ou pas

ça fait maintenant un peu plus de six ans que je me suis inscrite sur le site de Couchsurfing. À l’époque, je vivais en Espagne. Je m’y étais inscrite car une amie à qui j’avais demandé d’éventuelles bonnes adresses de logement à Barcelone m’avait conseillé d’essayer le couchsurfing. Finalement, j’ai réservé dans une auberge de jeunesse qui proposait la location d’une chambre dans un appartement, bien mieux que la version dortoir.

Par contre, ayant découvert qu’il y avait un groupe actif sur Logroño, je me suis jointe aux activités proposées et quelques mois après mon inscription, j’hébergeais mes premiers couchsurfers. C’est aussi par ce biais que j’ai rencontré ma meilleure amie là-bas. D’autres chouettes expériences et rencontres se sont produites au fil des années, des meetings, des personnes que j’acceptais d’héberger. Pour ma part, je l’ai très peu utilisé pour voyager, à part lors de meetings et j’ai presque toujours été chez des personnes que j’avais déjà rencontrées.

Et depuis que j’habite Bruxelles, les demandes affluent. Bon, il faut que j’avoue aussi que c’est par flux. Si je peux recevoir cinq demandes sur la même semaine, les deux suivantes (minimum) sont nettement plus calmes (heureusement). Mais là où j’ai quand même un énorme ras-le-bol, c’est que la plupart des demandes proviennent de personnes dans le profil sont très peu complétés et avec peu de références. Ce qui donne l’impression de « j’ai entendu parler du système, je compte bien voyager sans avoir à payer mon hébergement ». Impression renforcée lorsque la demande fait trois lignes, est hyper impersonnelle et sent le copier-coller à plein nez et que tu as la preuve absolue que ton profil n’a pas été lu. Ben oui, j’ai semé un « sésame » quelque part dans ma description. Pas de « sésame », pas de couch. Et franchement, 80% des demandes que je reçois arrivent sans le fameux « sésame ».

Et donc, ça, pour moi, ça frôle manque de respect et surtout le non-respect de l’idéologie du site. Le principe, c’est quand même la rencontre et l’échange, alors que plus de 50% des gens ne font déjà pas cet effort lors de leur demande. Je ne suis pas un hôtel, tu viens ici gratis, alors s’il te plaît, prends au moins la peine de lire mon profil et de voir si nous aurions quelque chose à nous dire et à partager. Parce que sinon, c’est même pas la peine d’espérer dormir dans mon « fauteuil ».

Et vous ? vous connaissez le site ? vous êtes inscrit(e)s ? Vous en pensez quoi ?

Le Bilbao Mundiala, c’était biiien

Pour la troisième fois cette année, le groupe de Couchsurfing de Bilbao organisait le Mundiala le deuxième weekend de mars. Un graaaand meeting sur un weekend avec une foule d’activités prévues allant de sports traditionnels basques aux jeux de société, de pinchos à un diner dans une sidreria, d’une visite au Guggenheim à une randonnée ou encore un jeu de pistes à travers la ville. Bref, il y en avait pour tous les goûts (et il vaut mieux, vu qu’il y avait plus de 200 personnes inscrites !).

Le programme était plus qu’alléchant, les retrouvailles prévues avec certains amis, d’autres ont été une vraie bonne surprise, de nouvelles rencontres et des discussions intéressantes, sans oublier Bilbao qui était une ville plus qu’agréable, j’y ai donc passé un super weekend.  D’ailleurs, pour ma part, même si la date n’était pas encore connue et fixée à l’époque, je savais dès septembre que je m’y rendrai.

Il faut dire que les meetings de Couchsurfing dans le nord de l’Espagne, j’y retrouve pas mal d’amis et de connaissances, vu que j’ai, à l’époque, participé à pas mal d’événements de la sorte. Et puis, les activités proposées cette année étaient plus que variées. Pour ma part, j’ai participé à la soirée de bienvenue, tapas et sangria délicieuses au programme; au jeu de pistes qui fut très intéressant mais un peu long sous ce magnifique soleil, au diner dans une polleria, à l’atelier salsa, à la soirée du samedi soir, au flashmob du dimanche matin (à visionner ci-dessous) et aux pinchos à midi.

Et vous, le couchsurfing vous connaissez ? Déjà participé à ce genre d’événements ou simplement accueilli/été accueilli ?

Dudas…et il faudra se décider dans les jours qui viennent

Début mars, aura lieu comme tous les deux ans, le Mundiala, un meeting de Couchsurfing qui se veut international et qui a lieu à Bilbao. J’y étais il y a deux ans, c’était vraiment chouette, et donc je veux y retourner.

Mon premier doute, ça a été la date car il tombait juste sur le dernier weekend des vacances scolaires de février. Apparemment, je vais quand même pouvoir prendre mon vendredi au boulot (ma cheffe me l’a dit) mais tant que ce n’est pas validé officiellement, j’ai peur de prendre les billets d’avion.

Et à propos des billets d’avion, un couchsurfer de la région qui compte s’y rendre en voiture, m’a proposé de l’accompagner. Ce qui veut dire voyage de 13h aller mais aussi retour avec quelqu’un que je ne connais pas. Contre les 150 euros des billets aller et retour, prix d’il y a 15 minutes. Et billets que je n’ose pas acheter maintenant (ou bien si, je tente ?)

Et puis, il reste encore le problème du logement… je n’ai pas encore trouvé de couch et je ne voudrais pas attendre trop longtemps et devoir me rabattre sur un hôtel excentré en dernière minute. Bon, remarquez, j’ai peut-être une troisième option si des amis de Pampelune y vont aussi et louent, comme il y a deux ans, un appart’ pour le weekend. J’attends donc de leurs nouvelles, pour le moment, ils ne savent pas encore si ils iront ou pas…

Bref, pour économiser, il faudrait prendre une décision rapidement et je doute. Vous feriez quoi à ma place ?