Encyclopédie de la cuisine végétarienne – Estérelle Payany

Ce livre de cuisine, je me  le suis offert il y a maintenant un peu plus de deux ans. C’est l’article de Victoria qui m’a donné l’envie de l’acquérir.

Quatrième de couverture : L’encyclopédie de référence de la cuisine végétarienne

  • 200 gestes et tours de main expliqués en pas à pas
    • toutes les techniques indispensables à la réalisation des préparations de base : tofu, lait d’amande, sauces végétales, graines germées…
    • le temps de cuisson optimal des aliments : légumes, riz, légumineuses…
  • près de 40 planches produits détaillées et commentées
  • plus de 100 recettes illustrées, originaires du monde entier classées par famille de produits (légumes, graines, soja…)
    • les plus classiques : soupe de quinoa, tartare d’algues, veggie makis et soupe miso, tian de ratatouille au petit épeautre, sablés croquants au sésame…
    • les plus gourmandes : risotto d’orge aux champignons de Paris, portobello burgers et chips de kale, chakchouka, pad thaï, tapioca à la noix de coco, petits gâteaux au pavot
  • identification des recettes végétaliennes ou sans gluten
  • une auteure pédagogue et passionnée : auteure de nombreux livres de cuisine, Estérelle Payany est journaliste culinaire pour Elle, Régal, Télérama Sortir.
  • la contribution de grands chefs étoilés

61bo05ytwal-_sx195_

Mon avis : Un peu plus de deux ans par son achat, je n’ai encore réalisé aucune « vraie » recette. Par contre, je l’ouvre régulièrement pour vérifier le type et la durée de cuisson optimale de légumes, pour la préparation, le nettoyage et la découpe de certains légumes ou encore pour me rafraîchir la mémoire pour « rôtir des légumes » (je crois que c’est d’ailleurs grâce à cette fiche technique que j’ai mangé des panais pour la première fois. Et c’est moi qui les avais préparés).

Bref, si je ne peux pas rendre un avis sur les recettes proposées vu que je ne les ai pas encore testées, je suis par contre entièrement satisfaite des fiches techniques que j’utilise plus que régulièrement. Elles sont bien expliquées, étape par étape et sont agrémentées de photos. Aucun doute possible sur les gestes à effectuer donc.

Le cahier pratique qui détaille les différents types d’aliment (céréales, légumineuses, fruits, légumes, corps gras végétaux, produits sucrants, etc) est très intéressant. De plus, il remplit tout à fait son rôle pédagogique, avec les planches photos illustrant ceux-ci. Histoire de ne pas avoir l’air bête lorsque vous cherchez un légume particulier, que vous n’avez jamais consommé, au supermarché. Au moins, vous avez une idée de ce à quoi il ressemble.

Pourquoi je n’ai encore réalisé aucune recette ? Certaines parce qu’il me manque le matériel spécifique (et si je ne suis pas sûre d’aimer la recette ou de réutiliser l’outil, je n’en ai pas fait l’investissement). D’autres, parce que pour réaliser une recette pour une personne, je suis obligée d’acheter une quantité trop importante d’un ingrédient et se pose après la question de le réutiliser rapidement afin d’éviter d’avoir à le jeter par la suite. Surtout si quelque chose de nouveau et que je ne suis pas sûre d’aimer.

Bref, je pense qu’il s’agit d’un bon investissement, ne fusse que pour les deux premières parties.

signature

Cuisiner juste pour soi, c’est pas toujours attrayant

Cuisiner juste pour soi, c’est pas toujours évident. Entre les proportions à évaluer (mais ça, c’est pareil seul ou à plusieurs) et les efforts à fournir pour juste « soi », on n’a pas toujours le courage de s’y mettre. Et quand en plus on se retrouve avec des restes, on ne sait pas toujours quoi en faire…

Par exemple, un truc qui me reste souvent, c’est du riz. Même les sachets individuels, je ne les termine pas. Et l’année passée, un livre de cuisine de mon ancienne coloc’, « Cuisine en solo » ou quelque chose comme ça, m’a apporté une solution.

Bref, il te reste du riz de la veille ? Eh bien, fais-en des boulettes de riz. (Bon, là, je n’ai plus le bouquin sous la main vu que ma coloc’ vit maintenant sous d’autres cieux, donc ce qui suit est tiré de mes vagues souvenirs et de l’inspiration d’hier soir).

Ce qu’il te faut ? Du riz de la veille, un œuf, des herbes de Provence et hier, j’y ai aussi ajouté une échalote.

La marche à suivre ? Super easy. J’ai commencé par émincer l’échalote et la mélanger au riz. Ensuite, j’ai battu un œuf dans une assiette et j’y ai ajouté les herbes de Provence, du sel, du poivre. Et puis, ce fut le tour du riz. J’ai alors versé un peu d’huile d’olive dans une poêle, et une fois celle-ci suffisamment chaude, j’ai formé des petites boules/galettes avec le mélange œuf-riz que j’ai déposé dans la poêle. J’ai laissé dorer et puis je suis passée à la dégustation.

En accompagnement hier, il y avait des haricots princesse que mon coloc’ actuel avait cueilli chez ses parents le weekend dernier, bref, diner végétarien en prime.

Il va de soi que cette recette super simple peut-être customisée à l’envi. D’ailleurs, si vous vous lancez, je serais curieuse de découvrir vos variations.

Et vous, la cuisine en solo, trop d’efforts ou ça vous inspire ?

Signature

En cuisine !

Si il y a bien une chose qui a changé depuis mon déménagement à Bruxelles, c’est le fait que je dois cuisiner.

Si le fait de m’y remettre au début m’a paru un peu difficile, cette semaine, j’ai vraiment apprécié ces moments en cuisine et surtout le fait d’aller acheter mes légumes au marché du dimanche matin. Y’a pas photos, ça rend les repas nettement plus savoureux !

Rien d’extraordinaire au menu cependant. Seulement que le chou-fleur et les chicons achetés au marché cette semaine étaient largement meilleurs que les chicons et le brocoli achetés au supermarché la semaine précédente.

Par contre, mercredi soir, j’ai testé une recette « piquée » dans un livre de cuisine pour célibataire que ma coloc’ a laissé traîner quelques jours dans la cuisine. À nouveau, ce n’est pas de la haute gastronomie, mais c’est goûtu et puis surtout ça change. Mais qu’est-ce que je me suis donc cuisiné ?

Et bien, des croquettes de riz à base des restes de riz de la veille, une recette qui prend cinq minutes. Il faut juste : du riz déjà cuit de la veille, un ou deux œufs selon la quantité de riz, des herbes de Provence ou fines herbes et du sel et poivre. On bat l’œuf/les œufs avec les épices, on y ajoute ensuite le riz. On forme des boulettes que l’on fait dorer à la poêle dans un peu de beurre et voilà un accompagnement qui change du riz réchauffé au micro-ondes pas toujours top ! J’ai accompagné ces croquettes d’un steak végétal aux graines de pavot et curry et de carottes jaunes. Un vrai régal !

Et vous, des petites astuces pour agrémenter les restes ?