Lire, oui, mais sur quel(s) support(s) ?

Depuis quelques années, j’alterne dans mes lectures les livres papier et numériques. J’ai fait l’acquisition d’une liseuse lors de mon premier tronçon sur le Chemin de Saint-Jacques, histoire de partir avec quelques livres mais légère, et depuis, je jongle entre ces deux supports.

Et au fil des années, je remarque que mon comportement de lecture change. Petit à petit, mon quota de livres lus sur la liseuse augmente et j’achète de moins en moins de livres papier. Par contre, je continue de prêter et d’emprunter pas mal de titres avec ma famille et mes amies. C’est sans doute ce qui me permet de dire que je lis toujours plus sur papier que sur liseuse.

Au niveau de mon comportement d’achats, il diffère actuellement selon le support. Je profite souvent des promos sur la plateforme de ma liseuse et d’ailleurs, je pense que plus de 75% de mes livres numériques ont été acheté en promo, et achète donc rarement des titres récents via ce canal. C’est sans doute en parti dû au fait que ma liseuse ne permet pas la lecture, aisée, d’autres fichiers que les siens, et donc cette plateforme conditionne un peu mon comportement. En papier, mon choix se porte plus sur une couverture, un titre qui m’attire, m’intrigue, m’inspire ou dont j’ai entendu parler.Et puis, jusqu’il y a peu, je trouvais idiot d’acheter presque aussi cher un fichier numérique que son équivalent papier.

Jusqu’il y a peu, car malgré l’achat d’une nouvelle étagère, mes livres débordent (et encore, j’en ai laissé un tas chez mes parents). Et ces livres, je les relis très très rarement. À quoi bon donc les garder pour prendre la poussière ? Même si j’ai un peu de mal à m’en « débarrasser », la raison voudrait quand même que je fasse un peu de place. D’autant que mon appartement n’est pas grand. Si j’ai déjà tenter à plusieurs reprises de les revendre dans une enseigne bien connue des bruxellois, souvent, je repars quand même avec quelques ouvrages qui ont été refusés (pas de demande ou stock trop important). J’ai jeté un œil à Mom*x et là, j’ai été refroidie. Pas mal de mes ouvrages ne les intéressent pas et ils m’offrent 15 centimes/pièce pour la grande majorité de mes livres… Sans doute parce qu’une fois que mes livres papier ont fait le tour de mon entourage, ils ne sont plus récents, plus tendance et plus autant demandés.

Bref, je suis en train de réfléchir, d’envisager de me tourner de plus en plus vers le livre numérique. Mon seul regret serait de ne pas pouvoir partager aussi aisément mes lectures avec mon entourage. Du moins, tant que j’utiliserai ma liseuse actuelle. Il faudra peut-être que j’envisage de réétudier le marché de la liseuse et des différents formats dans un avenir plus ou moins proche.

Certains crieront peut-être à l’hérésie, mais après quelques années d’utilisation de la liseuse, j’avoue que je ne suis pas sûre que le papier me manquerait tant que ça. La facilité de transport, le dictionnaire intégré quand je lis dans d’autres langues, la facilité d’accès, la gratuité des classiques, le poids, l’ajustement de la police et de l’éclairage… Autant d’avantages qui font que mon cœur penche doucement vers ce support.

Et vous, plutôt papier, numérique ou les deux ?

signature

 

Petites péripéties d’un achat sur internet quand on habite en Belgique

C’est une envie qui me trottait dans la tête depuis un bon bout de temps, un an ou deux, je pense. Je n’avais pas creusé le sujet plus loin, car j’ai toujours de quoi lire sous la main (ou presque). Et puis, avec ce départ sur le chemin de Saint-Jacques, c’était l’objet pas tout à fait nécessaire mais que j’avais envie d’avoir, qu’il me fallait. Un gain de poids formidable, n’empêche, une liseuse au lieu de 2-3 bouquins, y a pas photo.

Bref, la première étape a été de faire un choix. Entre la Kindle d’Amaz*n et la Kobo de la Fn*c. Dans un premier temps, la première me tentait plus (beaucoup de bugs rapportés sur la deuxième). Et puis, impossible de la commander sur le site français pour une livraison en Belgique, je devais alors me rabattre sur le site américain, plus cher à la base d’une dizaine d’euros et avec des frais de port plus élevés sans oublier les frais de douane… Je me suis alors de nouveau intéressée à la deuxième… mais elle a un inconvénient majeur pour un utilisateur linux : elle se configure via pc ou mac (pas la moindre info pour linux). Risqué donc, de payer une centaine d’euros pour me retrouver avec un bel objet que je ne sais pas utiliser.

Le choix final s’est donc porté sur la Kindle. Bon, déjà j’ai méchamment râlé sur le prix plus cher et les différents frais en plus, merci le site américain (nb : par après, quand j’en ai discuté autour de moi, les gens m’ont dit « mais pourquoi tu n’as pas essayé le site britannique ou espagnol ? », j’avoue, je n’y ai pas réfléchi, le site français me renvoyait à l’américain, j’ai suivi). Et puis, ensuite la livraison par U*S, quelle blague ! Pour pouvoir reprogrammer une livraison, il faut créer un compte sur leur site (jusque là, ça va) mais pour activer le dit compte, il faut un code d’activation…envoyé par courrier postal. Autant dire que tu peux le prendre comme tu veux, mais il est juste impossible de recevoir ce maudit code avant que les trois tentatives de livraison aient été effectuées. J’ai donc fait appel à ma gentille voisine et laissé un mot au livreur sur le vidéophone…mais celui-ci a quand même sonné chez moi. Comble de chance pour moi, il est passé juste quand mon coloc était à l’appart !

Mais sinon, la première prise en main de la bête s’est bien passée. C’est un très bel objet, assez intuitif et je crois pouvoir affirmer que son futur usage sera agréable. Reste que je n’ai pas compris comment et pourquoi ils m’ont relié la Kindle à Amaz*n Espagne… Aucun souci vu que j’ai pu choisir la langue d’utilisation mais les propositions de livres en promo concernent des titres en espagnol. Si je n’ai aucun souci avec cela, j’aurais quand même préféré que l’on me propose des livres en français ! Mais bon, il faut peut-être que je me plonge un peu dans le manuel d’utilisateur pour régler ce souci qui n’en est pas vraiment un.

Et vous, a priori tenté(e) ou pas par le livre électronique ?

Signature

Faire peau neuve (encore)

En fin d’après-midi-début de soirée, une fois encore, j’avais un peu de temps devant moi et je n’ai pas pu résister à l’envie de tester de nouvelles possibilités pour ce design. Et une fois encore, je me suis emportée et laissée emporter.

Je pense que depuis que je suis sous WordPress, c’est la version qui me plaît le plus.

Seul hic au tableau, c’est qu’avec WordPress, le rendu varie d’un navigateur à un autre et d’une version à une autre.

Sous Firefox, j’ai deux colonnes (la bulle titre et les onglets d’un côté, les widgets de l’autre) et les polices ne passent pas. Sous Chrome ancienne version, je n’avais qu’une colonne, les widgets se trouvant sous la bulle titre et les onglets, et puis avec la dernière version, deux colonnes aussi mais, oh miracle par rapport à Firefox, les polices ont le bon rendu.

(Edit : apparemment, l’histoire des colonnes c’est pas Firefox versus Google Chrome mais plutôt la barre d’outils Hellocoton, qui « mange » la deuxième colonne (et pour une fois, c’est ma version préférée))

Et chez vous, ça s’affiche comment ? Des commentaires sur la version que vous propose votre navigateur ? Des suggestions ? Et vous, vous utilisez quoi comme navigateur ?

Un courtier en téléphonie ? bonne ou mauvaise idée ?

Quand j’ai emmenagé en janvier, il fallait installer internet (et accessoirement le téléphone ou la télé) et des amis de ma coloc’ lui ayant conseillé de passer par Ast*l pour ses démarches, c’est ce que nous avons fait. J’avoue qu’au départ j’étais pas hyper emballée par l’idée de passer par un intermédiaire, mais mon expérience, après quatre mois, est plutôt positive.

Le site permet de comparer les différents opérateurs au niveau des tarifs et des promos éventuelles. Il permet aussi de vérifier quels sont les opérateurs actifs dans votre quartier. Au niveau des promos, il y a celles des opérateurs-mêmes et celles qu’Ast*l propose en plus (frais d’activation et/ou installation offerts, cashback).

Vu que la ligne téléphonique n’était plus ouverte dans notre appartement, nous n’avons pas vraiment eu le choix de l’opérateur, il a fallu passer par le prépondérant sur le marché belge et donc nous l’avons fait via Ast*l. Au niveau des contacts concernant la commande, rien à dire. Les opérateurs que j’ai eu au bout du fil ou par mail ont été efficaces et les réponses sont toujours rapides.

Concernant le cashback, il faut savoir qu’il faut communiquer votre numéro de compte en banque au service comptabilité. Je pense que j’avais choisi de ne pas introduire mes coordonnées bancaires dans le formulaire de commande et donc j’ai du envoyer un mail au service client pour demander comment cela se passait. Réponse hyper rapide du service client et travail efficace de la compta, dans la semaine, le cashback était sur mon compte !

Enfin, le dernier point d’importance… Lors de la commande, il nous avait été stipulé que les frais d’activation et d’installation seraient gratuits. Or, lors de notre deuxième facture, l’opérateur nous facture ces montants (129e quand même). Bref, je contacte Ast*l, réponse dans la journée, ils s’en occupent. Dans les deux-trois jours qui ont suivi, je recevais une note de crédit de l’opérateur concernant ces montants. Affaire réglée rapidement. Par contre, là où il est bon d’avoir un intermédiaire, c’est que l’opérateur stipulait quand même dans cette note de crédit qu’ils me faisaient un geste commercial concernant ces montants que je considère injustifiés. Là, j’ai ris jaune en lisant le courrier et je suis bien contente de ne pas avoir eu à me battre moi-même pour obtenir gain de cause…

Bref, je suis satisfaite de ce service. D’ailleurs, si suite aux augmentations de tarifs de mon opérateur mobile prévues début mai, je décide d’en changer, je penserai à passer par Act*l encore une fois.

Et vous, vous connaissiez ce genre de service/société ? Vous en avez déjà profité ?

Non, je ne succomberai pas… ou en tout cas, je résisterai un maximum !

ça fait déjà quelques mois que j’ai déchanté en ce qui concerne mon smartphone. Le gros point noir : sa mémoire rikiki qui fait que je ne peux télécharger que très très peu d’applications. Un problème que j’avais sous-estimé à l’achat, persuadée que ce n’était pas un critère important, vu que l’on pouvait augmenter la mémoire avec une carte SD. Las, peu d’applications peuvent y être déplacées et jamais entièrement.

Bref, de temps en temps, l’envie de changer de smartphone vient me titiller. Tout récemment, c’est surtout avec l’envie de Choupette d’un nouveau gsm (elle en est encore à son tout premier) et donc, le fait de me plonger, même superficiellement, dans les différents modèles et comparatifs qui m’y pousserait. Sauf que…

Que le mien a à peine un peu plus d’un an. Et qu’à part son big problème de mémoire, tout fonctionne impeccablement. Ce n’est donc pas un vrai besoin, juste une envie. Très forte, par moment, c’est vrai, mais de là à claquer 150 euros minimum, je ne crois pas que j’y succomberai. Sauf sur le coup d’une folie passagère ou d’une pub un peu trop présente (comme celle de ce modèle S*msung en promotion pour la Saint-Valentin) que l’on voit partout pour le moment.

Allez, je résiste…encore quelques mois voire un an !

Les écouteurs maudits… ou pas

Depuis quelques temps, j’avais noté un souci au niveau de l’écouteur droit de mon mp3. Le son partait et revenait, c’était assez désagréable.
Il y a deux semaines, j’ai donc décidé d’en acheter de nouveaux. Persuadée que le problème venait des écouteurs, j’ai hésité à racheter les mêmes et c’est finalement ce que j’ai fait. Et à la première écoute, le même problème : le son qui va et vient au niveau de l’écouteur droit.
Je retourne donc au magasin les échanger cette semaine et j’en rachète. Toujours la même marque mais un autre modèle et hop, même souci à l’écouteur droit. Et là, j’ai un déclic. Parce que j’ai quand même du mal à croire que j’ai le même souci au même écouteur avec trois paires différentes ou alors, c’est que je suis victime d’une malédiction. Je me dis donc que ça vient peut-être du mp3. J’essaie les écouteurs avec le mp3 de ma soeur et là aucun souci. Je vérifie en mettant ses écouteurs sur mon mp3 et hop, le son qui part sur l’écouteur droit.
Verdict : alors que j’ai presque jeté deux paires d’écouteurs, le problème venait du mp3. Il ne me reste plus qu’à en acheter un neuf !