Je veux de la couleur !

Parfois, il suffit de poser un regard neuf sur les choses pour s’apercevoir de ce qui cloche. Et pourtant, jusque là, on y avait pas prêté attention.

Il y a deux semaines, à l’occasion d’une petite soirée à la maison où l’on devait sortir après, une amie a voulu jeter un regard à ma garde-robe en ayant en tête de me faire porter quelque chose de plus coloré. Et ses premiers mots ont été : « Mais il n’y a que des couleurs sombres ! « .

Et c’est là que je me suis rendue compte qu’elle n’avait pas tout à fait tort… Depuis l’achat d’un pantalon rouge/rouille, j’ai beaucoup cherché et acheté des blouses noires, grises, bleues marines. Moi, qui avant, n’achetais que de la couleur (ou presque).

Bref, petit électrochoc…maintenant je me focalise sur les couleurs ! Et vous, plutôt couleur ou plutôt noir-blanc ?

Le bilan des soldes

Finalement, plus les années passent, plus je me dis que les soldes et moi, c’est loin d’être une histoire d’amour.

Cette année, j’ai vaguement flâné sur les sites de vente par correspondance et finalement, si j’ai déjà du mal à y dénicher quelque chose en temps normal, là, en soldes, le stock un peu pauvre. Rien que niveau chaussures, peu de paires bénéficiaient d’une réduction intéressante. Alors qu’en magasin, en attendant au moins la deuxième semaine, je me suis offerte des bottines Pat*ugas à 50%.

Idem pour le manteau que je souhaitais racheter en soldes. À quoi bon attendre l’hiver prochain et payer le prix plein. Par contre, pour le coup, ça a été un peu galère…vu que je n’ai entamé les recherches que la dernière semaine, mais j’ai quand même fini par trouver mon bonheur.

Quant au jeans, c’est vraiment le hasard si je me suis penchée sur ce rayon l’avant-dernier jour…ou plutôt la faute au précédent qui m’ a traîtreusement lâchée.

Et pour couronner le tout, un sac en tissu, robuste quand même, à 50% chez N*f Naf. Même si le message sérigraphié (love and happiness ! ) n’est pas trop ma tasse de thé, trop girly à mon goût et avec des étoiles pailletées en plus, il est noir plutôt basique, avec quelques poches et juste parfait pour aller au boulot. Et inutile d’ajouter que le coté sérigraphié, j’essaye autant que possible de le tenir contre moi. Tout à fait le genre de sac que je n’aurais pas acheté à prix plein, quoi !

Derniers coup de cœur, derniers achats

Si je vous avais déjà parlé des deux jeans que j’ai achetés il y maintenant un mois il y a peu, j’ai eu d’autres coups de cœur, d’autres achats dont je suis hyper satisfaite.

La première, c’est ce sweat/veste B*nch. À la base, je cherchais un bon gros sweat pour aller aux Wallos sans prendre froid. Et puis, en magasin, je l’ai vu. C’est un peu entre le veste et le sweat. L’extérieur est en laine, fourré polaire à l’intérieur. Je le porte aussi bien sur un simple t-shirt ou sur un pull, selon le temps. Les manches se terminent en mitaine, il y a une capuche et des poches. C’est presque le vêtement doudou de cet automne. Et ce qui est assez marrant, c’est que ma coloc’ en a un tout à fait similaire…

Ensuite, il y a les chaussures. Si j’ai un peu galéré à me dégoter une paire de bottines, j’ai finalement trouvé mon bonheur. Premier coup de cœur, une paire de Kick*rs. Malheureusement, et ça j’aurais du le savoir, elles baillaient au niveau des chevilles.

Les « Georges » de Kick*rs

Et puis, je suis tombée sur celle-ci en magasin et ce fut le coup de foudre :

Les « Trudi » de Ri*ker

Petit talon super confortable, on le sent à peine et on ne l’entend pas (!) et surtout légèrement fourrées à l’intérieur. Parfait en hiver, quoique un peu chaud pour l’instant certains jours.

Et last but not least, ce petit sac d’Octopurse. Découverte via le blog de Christelle et Gabrielle, 2girls1mag (ce blog, c’est le mal, elles présentent des créateurs et des marques pas toujours hyper connus mais superbes, ton portefeuille va souffrir si tu vas y faire un tour, je t’aurais prévenu 😉 ). ça faisait un bout de temps que je cherchais ce genre de modèle de sac et là, j’ai trouvé mon bonheur. Alors, en plus quand c’est fait en Belgique et que la créatrice est hyper disponible, c’est encore mieux !

Voilà le modèle sur lequel s’est porté mon choix… Sauf que j’ai demandé à Daphné la taille au-dessus.

Et puis, en demandant la taille au-dessus, je n’ai pas fait attention à la taille de la bandouilère, plus petite. J’ai donc recontacté Daphné qui m’a alors proposé de la retrouver lors de l’événement « L’appartement » à Saint-Gilles pour l’acheter afin d’économiser les frais d’envoi.

Alors, vous les trouvez comment mes coups de ❤ ?

Acheter un jeans, c’est entrer dans un univers parallèle

Et ce fut un peu mon expérience la dernière fois que je suis partie en quête du graal…

Tout d’abord, si l’introduction des différentes longueurs de jambes est certes un sérieux avantage, c’est quand même un langage un peu crypté. « Il me faudrait un 31-32 dans ce modèle-là, s’il vous plaît ». Et si comme moi, la taille et la longueur de jambes sont proches, les erreurs sont fréquentes…

Je me suis d’abord lancée dans mes boutiques habituelles, mais le rayon jeans ne proposait rien qui ne me plaisait. Et les rares modèles que j’ai essayais ne m’allaient pas.

Bref. Je pensais jeter l’éponge pour ce jour-là et puis, ma vessie m’a obligée à faire un arrêt pipi au Galeria Inn* (l’équivalent belge des Galeries Laf*yette). Et je suis passée en plein dans le rayon femme et jeans. Je traînais un peu dans les rayons en espérant tomber sur une vendeuse pour me guider -il faut dire que le rayon jeans, c’est l’enfer : toutes ces marques, tous ces modèles, toutes ces tailles… qui peut s’y retrouver là-dedans?? – quand j’ai craqué sur un t-shirt. Je passe en cabine, le tshirt ne convient pas et c’est là que je tombe sur une vendeuse. Et zou, c’est parti pour la plus longue séance d’essayage de jeans de ma vie. Je dois en avoir essayé une quinzaine, facile.

Première constatation : d’une marque à l’autre, les longueurs de jambe ne sont pas les même. Chez Le*, c’est impair alors que d’habitude, c’est plutôt pair. Et là, ce fut le début de la catastrophe pour moi. J’essaye plusieurs bootcut, le modèle que je préfère et c’est le drame. La longueur 31 est trop courte mais la 33 est carrément trop longue (et retoucher un bootcut, c’est pas le plus simple non plus). Bref, j’abandonne.

D’essayage en essayage d’autres modèles, on finit par isoler quelques modèles qui me vont bien. Il ne me reste plus qu’alors à trancher. Dans lequel je me sens le mieux d’abord et puis écouter les conseils de la vendeuse sur la manière dont tel ou tel modèle se donne. Petite parenthèse : c’est quand même bien le drame, ça. Le jeans, tu l’essayes et puis, quand tu l’auras porté quelques heures ou, encore pire, lavé, il va se donner. ça donne un peu l’impression d’acheter un chat dans un sac…mais à un sacré prix, parfois, quand même !

Bref, j’arrive à me décider et puis je vois en évidence un modèle couleur bordeau en tête de rayon. Flash sur la couleur. J’essaye…et je l’emporte en sus du premier. Et surtout chapeau à la vendeuse qui m’a conseillée et a répondu à mes doutes et questions (nombreux !) pendant l’heure et quelque que j’ai passé en cabine d’essayage ! Sans oublier, sa demande de revenir dans quelques semaines, lui dire si je suis satisfaite.

Pour l’instant, je n’ai encore porté que le premier (question de couleur, maintenant que le soleil est un peu revenu, je trouve que ce n’est pas trop de saison). Quant à l’autre, pour l’instant, je ne flotte pas exagérément dedans. Verdict final dans quelques semaines.

Et ça continue…

Encore une fois, il m’a fallu acheter un jeans (le précédent avait lâché pour la deuxième fois, ça ne valait plus le coup de le repriser). Et encore une fois, entre le moment où tu l’essayes en cabine et la première fois où tu l’enfiles après le premier passage en machine, eh bien, c’est pas le même résultat.

Et pourtant… J’ai saoulé la vendeuse en lui demandant deux fois si il allait beaucoup se donner. « Non, non, qu’elle me dit, il n’y a que 2% d’élasthane ».

Et donc, ce jeans qui était juste parfait dans la cabine d’essayage est maintenant un poil (ou un peu plus) trop large…

Bref, je ne sais plus à quel saint me vouer pour dégoter le jeans parfait qui ne bougera pas (trop). Serait-ce trop demander ?

Et vous, vous avez ce genre de soucis aussi ? Des bonnes adresses à partager pour dénicher le jeans parfait sur Bruxelles ?

Le changement de saison…et ses questions existentielles

Le printemps est à nos portes, le soleil haut dans le ciel, et l’envie de renouveler ma garde-robe se profile. Enfin, renouveler est un bien grand mot. J’ai besoin de certaines choses (des pulls, quelques blouses), envie d’autres (pourquoi ne pas tenter de porter plus de jupes et robes) et puis surtout, j’ai envie et besoin de chaussures.

Et là, je trouve le choix des chaussures hyper compliqué. Pas question de m’acheter deux paires le même mois (ou même sur deux mois) donc il faut bien y réfléchir et ne pas se tromper.

Il y a peu, dans la vitrine de Ge*x, m’ont fait de l’œil deux paires. La première, des baskets compensées, LA tendance de l’année dernière à laquelle je n’ai pas (encore ?) succombé et la seconde, une paire de bottines toutes simples, talons entre 3 et 5 cm. Et donc, outre le coup de cœur, je m’interroge… Laquelle sera plus facile à porter « tous les jours » ? S’avéreront-elles jupes/robes friendly ou ce sera juste impossible (et nécessitera alors l’achat d’une autre paire) ?

 

Baskets compensées Eleni de Ge*x
Baskets compensées Eleni de Ge*x Existent aussi en rose… d’ailleurs, je me tâte concernant la couleur

 

Bottines Elixir de Ge*x
Bottines Elixir de Ge*x

Et puis, je les trouve sympa aussi, les baskets en toile Pall*dium… Sans compter que cet été, j’ai bien envie de craquer sur une paire de sandales.

Et vous, vous allez/avez craquer sur quel type de chaussures ce printemps ? Pour porter avec quoi ? Un conseil à me donner (dans le genre valeur sûre qui flatte autant le pantalon que la jupe) ?