Brèves de déménagement

Je pensais que ma mère exagérait un peu quand elle m’a dit, il y a quelques semaines, qu’elle devrait me filer les gouttes anti-stress de Chouka pour le déménagement afin que ce ne soit pas elle qui ait à les prendre mais en fait non. (Et je pense que c’est un peu de famille, il faut voir dans quel état peut se mettre ma sœur pour son mariage).

Bref, ça a parfois été un peu rock’n’roll, j’ai parfois poussé un peu le bouchon avec mes parents (qui, finalement, en ont fait des tonnes pour ce déménagement) et j’en vois petit à petit le bout. Rien que dimanche, après avoir monté le canapé, le salon commençait à ressembler à un salon, à un endroit habité, en fait. Par contre, avoir toutes mes petites affaires bien en place, ça, ça se sera une autre paire de manches (mais bon, avec une semaine sans télé, je devrais bien trouver le temps d’y mettre un peu d’ordre).

N’empêche que le lendemain d’avoir reçu les clés, juste avant de prendre la route direction le géant suédois du meuble, gros gros FAIL. Je me suis aperçue qu’un lit allait difficilement rentrer dans cette chambre, question longueur (en largeur, je le savais, ce serait un 140 cm). En tout cas, un lit avec un cadre, comme tout ce que j’avais regardé sur le site. Seule solution : les bêtes sommiers avec les pieds en métal ou ce qu’ils appellent les « sommier-tapissier ». La seconde option fut retenue mais la première visite a bien failli tourner court face à cette déconvenue. Et l’objectif « lit » s’est transformé en une table et des chaises…

Et qu’est-ce qu’on a sué pour monter la machine à laver (et les cartons du lit et des canapés) au premier étage sans ascenseur, dans une cage d’escalier étroite. J’ai bien cru qu’on y arriverait pas ! D’ailleurs, c’est bien simple, le contrat de bail est d’un an mais je ne me vois pas déménager à nouveau à la fin de celui-ci. Oh que non. Je ne repasserai pas par tout ça (et ce n’est pas encore fini) dans douze mois !

Le gros bug aussi, c’est quand l’installation internet-télé-téléphone est repoussée parce que l’ancien opérateur doit d’abord vérifier la ligne et que je vais me retrouver sans rien pendant une grosse dizaine de jours. Le plus drôle, c’est quand même encore le coup d’être disponible entre 8h et 17h les deux jours où passeront les deux techniciens. Le premier, juste au cas où il devrait accéder à l’appart’ (mais j’imagine qu’il devra au minimum accéder à la cave, même combat donc) et le deuxième pour l’installation proprement dite avec le nouvel opérateur (heureusement que ça tombe un jour de pont, même si j’aurais préféré l’occuper autrement).

Bref, un déménagement, c’est loin d’être de tout repos (et je n’en suis pas encore sortie). Dites, on peut pas faire avance accélérée jusqu’à, je sais pas moi, dimanche matin (au moins) ?

signature

La cabine de douche – Episode 3000 (au moins)

Je n’en ai pas parlé souvent par ici (mais un peu quand même) mais depuis mon installation à Bruxelles dans cet appart’, la cabine de douche est source de désagréments quotidiens. Pour tout dire, c’est depuis son installation qu’elle cause des soucis suite à une évacuation déficiente.

Je ne vais pas détailler ici les causes possibles de ces soucis (la conception de la douche (ça, ce n’est que mon avis), la tuyauterie originale qui ne serait pas adaptée à une douche etc etc). Ces problèmes durent depuis suffisamment longtemps pour qu’on ait réussi à négocier avec la propriétaire une réduction de loyer depuis maintenant presque un an.

Il faut dire aussi que depuis sa mise en place, ma coloc’ précédente a connu des soucis avec la température de l’eau (le système avait été monter à l’envers ou quelque chose du genre), le mitigeur nous a lâché ou encore tout récemment le tuyau d’arrivée d’eau qui a percé, résultat zéro pression et plus d’eau qui sort du pommeau, pratique pour prendre une douche (mais heureusement le plombier vient demain… alleluia).

Alleluia, car le problème a été identifié dimanche soir, un mail envoyé derechef à la proprio et comme elle ne réagissait pas, je l’ai appelée le lendemain soir. Mardi, elle a d’abord essayé de joindre un plombier qui était déjà venu mais elle tombait à chaque fois sur le répondeur… Renseignement pris de notre côté, il est en vacances jusqu’à la fin du mois, on a donc rappelé la propriétaire qui voulait attendre encore 24h avant de chercher un autre plombier (on voit bien que ce n’est pas elle qui ne peut pas prendre de douche et qui vient de se faire opérer des yeux et doit donc faire super gaffe à chaque shampooing !!). Enfin, bref, un plombier vient demain et je crois que dès son départ, je file sous la douche !!

Pour ce qui reste des soucis d’évacuation, l’affaire est toujours en cours… Début février, un expert était passé et je pense qu’il a rendu son rapport depuis mars au plus tard. Il préconisait un partage 50-50 des frais concernant les travaux à effectuer pour régler les problèmes d’évacuation car, pour lui, les fautes étaient partagées entre la propriétaire et le plombier. Depuis, j’imagine que les avocats des deux parties tentent de trouver un accord sur base du rapport de l’expert mais en attendant, nous, on est pris en otage entre les deux et notre patience arrive tout doucement (mais sûrement) à bout.

Au point que dimanche soir, après un simulacre de douche (!), j’étais limite en larmes. Pour le coup, j’aurais aimé exploser comme mon ancienne coloc’ la dernière fois qu’elle s’est trouvée dans l’impossibilité de prendre une douche (par contre, jurer en italien, j’aurais pas pu).

Bref, j’attends le plombier demain comme le messie (même si ça commence à me courir sur le haricot aussi de prendre toujours une après-midi pour régler ces soucis) et me plie à la demande de la propriétaire d’écrire une lettre de plainte à son avocat pour exprimer notre ras-le-bol de la situation. Je pense qu’elle espère que ça fasse pencher un peu la balance de son côté, moi, tout ce que je souhaite, c’est que ça accélère la procédure et qu’on règle enfin tout ça au plus vite et franchement, je me fous un peu de qui va payer quoi tant que je peux enfin prendre une douche correcte !

Signature

Home Sweet Home

C’est fou comme avec le départ de mon ancienne coloc’ et donc de toutes ses affaires qui encombraient occupaient plus de la moitié de l’espace, j’ai des envies d’acheter toutes sortes de choses. De rendre cet appartement un peu plus « chez moi ». Il faut dire aussi que mon nouveau coloc’ est loin d’être envahissant et me permet d’envisager de stocker certaines de mes affaires ailleurs que dans ma chambre. Dans le placard du petit hall, par exemple.

Par contre, il reste quand même tout un tas de trucs à jeter. Des bouteilles de bière (sans doute périmées). Avec un peu de chance, elles sont consignées…comme le casier et ses bouteilles vides qu’il faudra un jour penser à descendre jusqu’au supermarché pour empocher la consigne qu’elle n’a jamais récupérée.

Bref, ces derniers mois, je réinvestis, voire réinvente l’espace de cet appart’, qu’il soit partagé ou à moi. Comme ces nouveaux tapis pour la salle de bain qui lui donnent un peu de peps.

Et puis, il y a encore ces petites choses qui bougent. Comme le wc qui va enfin être remplacé. Il faut dire aussi que vu les soucis qu’on a avec la douche, on préférait éviter deux chantiers en parallèle et donc, la problématique de l’évacuation franchement pas terrible de la chasse, on l’avait un peu laisser dormir. Mais suite à quelques soucis de fuites du robinet d’arrivée d’eau et de chasse qui coule, on a remis le sujet sur le tapis avec la propriétaire. Si ces deux problèmes ont été rapidement réglés, de manière temporaire, un nouveau wc qui devrait être installé mardi, mettra un point final à ces seaux d’eau qu’il fallait régulièrement jeter…

Petit à petit, je me sens de plus en plus chez moi donc. Et ça fait plaisir.

Et tout recommencer

Comme vous le savez sans doute déjà, depuis une dizaine de jours, j’ai un nouveau coloc’. Parmi les candidats rencontrés, ce fut la première ou deuxième personne que j’ai rencontré. Le feeling était passé, la première impression très bonne mais j’avais l’angoisse, le doute, de me planter en choisissant trop vite. Et puis, au final, c’est lui qui a remporté la chambre.

Depuis une dizaine de jours donc, ma routine a changé… Fini de souper seule le soir, maintenant, on se croise au minimum dans la cuisine, l’un se préparant à manger pendant que l’autre déguste déjà sa pitance et on papote un peu (beaucoup parfois, après). D’ailleurs, le premier soir, on est resté dans la cuisine à papoter jusqu’à une heure du matin !

Il est peut-être encore un peu tôt pour crier définitivement victoire ou annoncer une belle rencontre amicale, toujours est-il qu’on a déjà passé quelques chouettes moments à regarder « The voice » (typiquement le genre d’émission qu’il n’y a aucun intérêt ou presque à regarder si tu n’as pas quelqu’un avec qui commenter les candidats et leurs prestations), à jouer au Jungle Speed à deux (et à devenir presque fous et schizophrènes en jouant avec deux mains, les initiés comprendront) ou plus simplement à discuter.

Bref, pour l’instant, je me réjouis de mon choix…

Changements

2015 pointe à peine son nez, que déjà un gros changement se profile… Ma coloc’ doit quitter Bruxelles début février pour raisons professionnelles et il nous faut donc trouver quelqu’un pour la remplacer.

Même si on est pas devenues très intimes en un an de colocation, je l’apprécie beaucoup et on s’entend bien, ça va me faire bizarre de partager cet appart’ avec quelqu’un d’autre. Sans compter que même si je râle beaucoup sur le fort caractère de son chat, lui aussi va me manquer. Mais bon, pour lui, il est probable que j’ai droit à un petit rab’, il est possible qu’elle me laisse le chat jusqu’à être bien installée dans sa nouvelle vie.

Bref, on a donc commencé à poster des annonces à droite à gauche et j’ai déjà deux visites de programmées d’ici la fin de la semaine. ça me stresse un peu, je n’ai encore jamais mené un « entretien » pour « choisir » un futur colocataire, j’ai toujours été dans l’autre position. Et puis, même si la première impression est bonne, il faut garder la tête froide aussi, ne pas s’emballer trop vite.

Le seul hic, c’est le timing qui est un peu compliqué. Elle ne rentrera de vacances que le 7 janvier et moi, je me fais opérer le 16 et le 23 et ne serais pas à Bruxelles pendant toute cette période-là. Enfin, une chose à la fois. Pour l’instant, ça semble en tout cas bien parti. Wait and see…

Une histoire d’agencement

Depuis que je suis entrée dans cet appart’, j’ai déjà modifié deux fois l’agencement des meubles. Enfin, des meubles, du bureau uniquement vu que le lit, la structure d’armoires qui va avec et les deux garde-robes il n’y a pas vraiment moyen de les mettre autrement.

Pour vous donner un bref aperçu, ma chambre ferait environ 15m2 (selon l’estimation que m’en avait donné celle qui est devenue ma coloc’ à l’époque de ma recherche d’appart’). Il s’agit en fait d’un salon coupé en deux grâce à une cloison.

Quand vous passez la porte, vous avez, à gauche, une large fenêtre qui fait presque toute la longueur de la chambre, la structure du lit (armoires comprises) juste en face de la porte et qui occupe presque toute la largeur de la chambre et les deux garde-robes contre le mur face à la fenêtre. Il faut aussi savoir que les prises sont assez mal réparties : deux autour de la structure de lit et une autre à la droite de la porte, dans le coin. Et l’interrupteur de la lampe est située sur le mur de droite quand vous entrez et pas juste à côté de la porte. ça n’a l’air de rien, mais ce sont des données qui compte quand il s’agit d’installer le bureau et le pc qui va avec. Parce que le mettre contre le mur du fond, c’est à dire à gauche de la porte, ça veut dire que soit, je tends au max l’une des multi-prises du fond de la chambre, soit la porte se trouve entre la prise et le bureau.

Bref, si au début, j’avais donc placé le bureau à gauche de la porte pour une question de luminosité, le problème de la prise m’a poussé à revoir cet agencement. Il est donc venu s’installer entre la garde-robe et la porte, mais se trouve alors en face de la fenêtre, pas top.

Pas totalement convaincue de cette nouvelle localisation, j’envisageais de le remettre dans sa position première. Et puis, alors que j’en discutais avec une amie, elle m’a alors proposé de le laisser où il est mais de le mettre perpendiculaire au mur, et donc à la fenêtre. Je ne sais pas si je me sens convaincue par l’idée, il va falloir que j’essaye.

Niveau avantages, il y a clairement la proximité du bureau avec la prise et le fait de libérer le mur du fond pour y accoler éventuellement d’autres meubles (genre une deuxième étagère/bibliothèque et un meuble à chaussures). Et côté inconvénients, le bureau « caché », « mangé » par la garde-robe et le passage entre le lit et la garde-robe un peu encombré.

Je prendrais sans doute le temps d’y réfléchir un peu d’ici la fin de l’année ou tout début de 2015.