Non c’est non. Petit manuel à l’usage des femmes qui en ont marre de se faire emmerder – Irene Zeillinger

Après avoir suivi une première formation en auto-défense féminine, suivie d’une formation de défense verbale, je me suis attelée à la lecture de ce petit manuel. Et autant dire que je trouve que c’est un parfait complément à celles-ci ou à tout le moins une bonne première approche.

Résumé : En tant que femmes, nous sommes tous les jours les cibles d’interpellations, de harcèlement, d’agressions verbales, physiques ou sexuelles plus ou moins graves, plus ou moins violentes, au travail, dans l’espace public et privé. Souvent nous ne savons pas comment réagir, comment dire non, et comment faire comprendre que, lorsque nous disons non, c’est non.
L’autodéfense pour femmes – qui n’a rien à voir avec du kung-fu -; ce sont tous les petits et grands moyens de se sentir plus fortes, plus sûres de soi et plus aptes à se protéger et à se défendre dans toutes les situations de la vie quotidienne, que ce soit au niveau mental, émotionnel, verbal ou, en dernier recours, physique.
Comment reconnaître et prévenir une situation d’agression ? Comment réagir efficacement, savoir se protéger et éviter la violence ?
Ce guide pratique propose une série d’astuces simples et faciles pour poser efficacement ses limites et se sortir de situations difficiles : identifier le type d’agression et la psychologie de l’agresseur, utiliser et gérer ses émotions, prévenir la violence par la défense verbale et la désescalade du conflit, mobiliser des tactiques de diversion et de fuite, faire jouer la solidarité, savoir où frapper pour faire mal…
Contre tous les stéréotypes qui interdisent habituellement aux femmes de prendre leur sécurité en main, il faut apprendre à dire non et oser se défendre.

IRENE ZEILINGER, sociologue et formatrice d’autodéfense pour femmes, a travaillé avec plus de 3000 femmes depuis quinze ans, dans différents pays dont la France, la Belgique et le Luxembourg. (Babelio)

Mon avis : C’est un livre qu’on devrait toutes lire. C’est déculpabilisant d’un tas de choses, ça ouvre des portes de sortie, des astuces qui, si elles ne nous sauverons pas toujours la vie, nous permettrons de n’avoir pas été qu’une victime.

Par contre, ça ne remplace pas une vraie formation où l’on met en pratique certaines techniques, où on s’entraine et surtout où l’on prépare le corps et l’esprit à certaines situations. Pour celles qui ont déjà suivi de telles formations, ça permet de se rafraîchir la mémoire et peut-être d’enfoncer le clou sur certains points.

Bref, à lire absolument.

Signature

NB : il est aussi disponible en pdf (gratuitement) sur le site de Garance.

Un weekend en mode « défense verbale »

Trois semaines après mon weekend d’auto-défense, j’ai remis ça. Cette fois, avec la défense verbale et j’ai trouvé le stage encore plus intéressant.

Parce que si l’auto-défense donnait quelques trucs pour éviter l’agression physique ou parer tout type de transgression de nos limites personnelles, ça restait plutôt dans un contexte d’agression (ou du moins, c’est comme ça que je l’ai ressenti). Ici, il s’agissait plutôt d’apprendre des outils, des mécanismes pour se défendre face à tout franchissement de nos limites, que ce soit dans la rue, dans la sphère privée ou professionnelle.

J’ai adoré parce que je pense que c’est accessible à toutes et que surtout c’est utile à toutes dans la vie quotidienne. C’est déculpabilisant, « oui, on a le droit de dire non, de dire quand ça ne nous convient pas même si ça peut froisser l’autre » et surtout ça renforce l’image de soi et la confiance de soi.

Que dire d’autre sinon vous conseiller de suivre à votre tour ce petit stage… ou de lire « Non, c’est non – Petit manuel à l’usage des femmes qui ont marre de se faire emmerder sans rien dire » d’Irene Zeilinger. Mais vous pouvez aussi faire les deux !

Toutes les infos : ASBL Garance

Signature

Un weekend en mode « autodéfense »

C’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis longtemps, pas loin de deux ans, je crois. À l’époque, j’avais découvert l’association Garance et ses formations d’autodéfense pour les femmes en lisant « Causette ». Je l’avais noté dans un coin de ma tête, mais s’en jamais sauter le pas ou prendre le temps de regarder les possibilités pour le faire.

Cet été, je me suis donc réveillée et inscrite à deux modules: autodéfense pour femmes et défense verbale, ce dernier je ne le suivrais que début décembre.

Alors, je ne vais pas pouvoir vous en dire grand-chose vu que le contenu de la formation, tant ce qu’on a pu y apprendre que ce qui a pu y être dit par les participantes est confidentiel. Pour plusieurs raisons, toutes tout à fait valables.

Qu’est-ce qu’on y apprend ? Des outils principalement à appliquer dans la vie quotidiennement pour apprendre à poser ses limites face aux autres et quelques « petits » trucs qui pourraient nous aider à nous sortir de situations dangereuses. Plus que des enchaînements, des coups, du sport, il s’agit aussi et surtout de se préparer. Pas de stress donc pour les non-sportives, on ne passe pas le weekend à se taper dessus, bien au contraire.

Et c’était bien ? Oui, trois fois oui. L’ambiance était bonne et respectueuse et on s’est bien amusées malgré la thématique.

Bref, c’est un weekend que je conseillerais à chacune de suivre (et non, ça ne se passe pas que sur Bruxelles ! )

Toutes les infos : ASBL Garance