Copenhague – Tops, flops, regrets et anecdotes

Quatre jours à Copenhague, c’est passé hyper vite. Petit aperçu de comment nous y avons rempli nos journées.

Arrivés à l’aéroport un peu avant midi, la première chose que nous avons faite fut bien évidemment de déposer nos valises à l’hôtel, le TwentySeven. Anciennement, il y avait un Ice Bar au sous-sol de cet hôtel mais il a fermé depuis environ un an. Cela faisait partie des choses que nous voulions voir, on a pu faire une croix dessus. Au niveau de l’hôtel, les chambres ne sont pas très grandes mais plus que correctes, le personnel très agréable et la situation impeccable. Juste un peu trop proche du carillon. Et ça a son importance quand il sonne tous les quart d’heure de huit heures du matin à minuit. Oui, oui, vous avez bien lu, jusque minuit. La première nuit, on a d’ailleurs cru qu’il ne s’arrêterait pas… Les nuits étaient donc comptées, d’autant plus qu’avec le soleil qui se lève à 4h et des tentures blanches plutôt fines, j’étais réveillée à 6h.

Le premier coup de cœur de notre séjour fut le Tivolihallen. Un restaurant que nous avions choisi car à deux pas de notre hôtel, sur la Vester Voldgade et qui propose les traditionnels smørrebrød. Nous avons tous choisi celui au rosbif et nous nous sommes réellement régalés. Nous y sommes d’ailleurs retournés le dernier jour pour le déjeuner, mais les plats chauds nous ont un peu moins séduits (c’était bon mais pas autant que la première fois).

À faire sans aucun doute, c’est le petit tour de la ville en bateau, comme partout où s’est proposé, ça permet d’avoir un bon aperçu de la ville et d’apprendre quelques petites choses. Si vous choisissez comme nous la compagnie qui le propose en hop on hop off, vous pouvez même y monter et descendre au gré de vos envies de découvertes. Seul hic : un passage toutes les heures, les visites sont donc chronométrées. Nous, on s’est juste posés pour faire le tour complet.

Petit regret ensuite avec le Tivoli. On s’était dit qu’on ne prendrait que l’entrée du parc (sans le pass pour les attractions 100 couronnes de plus) et finalement, moi, je l’ai regretté. Avec toutes les dépenses du premier jour où se sont envolées près de la moitié des mes couronnes, payer 50 couronnes pour un manège, j’avais pas envie. Alors que 100 couronnes pour en faire 3 ou 4, voire en refaire, ben finalement, si, ça vaut la peine. À ne pas manquer, le son et lumière à 22h45, juste magique. Sinon, le parc en lui-même est très kitch mais c’est joli quand même. Agréable promenade, donc.

La journée suivante fut une journée de marche. De Nyhaven, très joli, jusqu’à la petite sirène en passant par le Palais Royal et le Kasttelet. La pluie était au rendez-vous, malheureusement. L’après-midi,on s’est donc réfugié au Statens Museum for Kunsts, musée des Beaux-Arts. Pas mal, mais sans plus. Enfin, l’entrée est gratuite !

Pour l’avant-dernier jour, nous nous sommes rendus à Christiania. Ciel gris, menaces de pluie, c’était un peu vide et mort. On a donc fait un tour rapide avant de retourner vers le centre…et de se perdre dans le magasin Lego !

Gros flop l’après-midi avec le musée d’art et de design danois sur la Bregdgade. Grosse déception. L’entrée, annoncée gratuite dans nos guides, était de 90 couronnes et une grosse grosse partie du musée était fermée suite aux travaux de réfection du toit (qui vont durer jusqu’en novembre) et donc la partie conseillée par nos guides n’était pas ouverte ! Nous avons juste vus une exposition de chaises… Bref, à éviter, du moins jusqu’en novembre !

Belle surprise le dernier jour avec le National Museet. Encore un musée gratuit et plutôt intéressant. Des expositions qui retracent l’histoire du Danemark depuis la préhistoire avec des collections et des matériaux assez impressionnants. Contrairement à ce que nos guides indiquaient, c’est la partie sur l’histoire « moderne » du Danemark qui m’a le plus plu. Limite, sur l’histoire récente, j’en aurais voulu plus. Il y a aussi des expositions temporaires et une exposition ethnologique permanente intéressante. Bref, parfait pour occuper une journée pluvieuse, on peut tout à fait y passer des heures et des heures.

Déception aussi quand nous nous sommes rendus compte que la Carlsberg Glyptotek était fermé le 5 juin pour la fête nationale… De toute façon, vu le temps qu’on a passé au National Museet, on aurait pas eu le temps d’y faire un tour mais on aurait sans doute préféré cela au musée d’art et de design danois de la veille.

Et puis, il était déjà l’heure de reprendre nos valises et de rentrer…

Impressions copenhaguoises

Début juin, je suis partie direction plein nord pour un city trip de quatre jours avec trois amis à Copenhague. Eh bien, j’ai l’impression depuis mon retour, que c’est une destination plutôt à la mode. Entre ceux qui y sont déjà allés, ceux qui vont y aller, ceux qui veulent y aller… Pour nous, ce fut plutôt la destination qui mit tout le monde d’accord.

Tout d’abord, nous avons beaucoup apprécié l’ambiance sereine, relax, tranquille de la ville. Pas trop de circulation, pas trop de foule, pas trop de bruits. C’est très différent d’une ville espagnole, par exemple, où on est comme pris dans le mouvement, où les rues sont pleines de gens, partout, tout le temps. Très agréable finalement.

Et puis, les Danois parlent super bien anglais. Prononciation super claire, accent nickel, on comprend tout facilement. Très serviables aussi. Comme ce gars qui s’est arrêté pour nous demander si nous avions besoin d’aide lorsque nous étions en train de vérifier notre chemin sur la carte. Et plutôt accueillants. Jamais on ne s’est sentis pressés de quitter une table dans un restaurant, une fois notre repas terminé. On a d’ailleurs failli faire la fermeture un jour…

Les vélos (et les cyclistes) sont omniprésents. Plus qu’à Amsterdam, il me semble. On a d’ailleurs l’impression parfois de voir passer des « troupeaux » de cyclistes au carrefour. Tous les hôtels ont d’ailleurs l’air de proposer des vélos à la location (150 couronnes, 21€, dans le nôtre par exemple). Mais il faut dire que tout est pensé pour, il n’y a qu’à voir les pistes cyclables qui sont hyper larges et bien aménagées.

Par contre, qu’est-ce que c’est cher ! On avait été prévenu, mais à ce point-là, on ne l’aurait pas cru ! 35 couronnes (5€) le ticket de métro ou le café, 20 couronnes (3€) la bouteille d’eau minérale minimum, 200 couronnes (pas loin de 30€) pour un resto « normal » le soir, bref, notre budget a fondu assez vite et s’est révélé un peu juste alors que nous n’avons fait aucun excès. Ah, et autant vous prévenir, il vaut mieux maîtriser sa table de 7 avant le départ vu le taux de change actuel (7 couronnes=1€), sinon c’est le meilleur moyen pour la réviser !