Us (Nous)- David Nicholls

Alors, celui-là, c’est vraiment un livre que je voulais emporter avec moi sur le chemin. Le seul doute fut le choix de la langue : français, anglais ou espagnol ? Et comme sur la liseuse, c’est le prix qui l’emporte, je l’ai donc lu en anglais.

Résumé : Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. Le Louvre, le musée Van-Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondées : l’été s’annonce chargé pour les Petersen.
Douglas, le père, est extatique.
Connie, la mère, est plus mesurée.
Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c’est carrément l’enfer.

Et pour tous, c’est peut-être l’occasion d’un nouveau départ.

Douglas le sait, c’est sa dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père superfun.
Connie, elle, va devoir affronter le souvenir de celle qu’elle était, cette étudiante en art qui sillonnait l’Europe en quête de folles expériences. Et celle qu’elle est devenue, une épouse rangée qui voudrait bien passer à autre chose.
Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arrivera-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes ?

Crise de la cinquantaine, crise de couple, crise d’adolescence : Nous, c’est vous. (Belfond)

Mon avis : Contrairement à « One day » dans lequel j’ai eu un peu de mal à entrer, là, je suis rentrée tout de suite dans l’histoire. ça aurait pu être un vrai coup de cœur, sauf que je n’ai pas accroché au personnage de Douglas, le narrateur. ça ne m’a empêché d’espérer une double réconciliation, avec sa femme et son fils et de prendre plaisir à ce tour d’Europe.

Chaque chapitre se déroule dans une ville différente et est divisé en différentes parties où s’alternent le présent et les étapes de ce voyage mais aussi les souvenirs de Douglas d’un voyage précédent avec Connie au même endroit ou simplement les souvenirs des moments importants, fondateurs de leur couple. On suit ainsi au fil des pages, des jours et des années l’évolution de leur relation.

C’est un livre assez intéressant et agréable à lire même si il n’a pas suscité chez moi un enthousiasme débordant.

Signature

One day (Un jour) – David Nicholls

Et on continue dans la série des livres que j’ai reçus de Xel0u le l0up. Encore une fois, je n’ai pas été déçue de mon choix, même si j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Sans doute parce que je l’ai commencé dans une période où j’étais fatiguée et que parfois, certains mots en anglais m’échappaient un peu.

Résumé : A Londres et à Edimbourg, mais aussi dans le Yorkshire, en Inde, en Italie, en Grèce et même à Paris, de 1988 à 2007. Après la fête de fin d’année, Emma et Dexter passent une nuit ensemble. Lui, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant, frivole, dilettante ; elle, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions politiques.Commence alors une amitié improbable, une drôle d’histoire d’amour sur près de vingt ans. Dexter voyage et collectionne les aventures ; Emma travaille comme serveuse dans un mauvais tex-mex. Dexter devient animateur télé et court les soirées branchées ; Emma renonce à ses ambitions artistiques et enseigne l’anglais et le théâtre dans un collège difficile. Dexter se marie avec Sylvie, beauté froide et ambitieuse et lui fait un enfant ; Emma finit par vivre avec Ian, aspirant humoriste qui ne fait rire personne… Dexter et Emma mènent des vies séparées alors que tout les ramène l’un à l’autre. A moins que le destin, encore une fois, ne se joue d’eux… (Babelio)

Mon avis : Malgré quelques difficultés au début, je me suis laissée emporter par l’histoire. Encore une fois, la faute à une certaine barrière de la langue, conjuguée à un peu de fatigue. Mais après quelques chapitres, la lecture se fait plus aisée et l’intrigue prend les pas sur tout le reste.

Si j’ai beaucoup aimé le Dexter des premiers chapitres, celui de tout le milieu du livre, je l’ai détesté. Et même si l’on sent qu’il n’est pas heureux dans cette vie qu’il s’est construit, son attitude absolument imbuvable, le rend insupportable. Tout au long des chapitres du milieu, on a l’impression qu’il accumule erreur sur erreur, à la limite de l’auto-destruction qu’il finira d’ailleurs par frôler.

De son côté, Emma, si elle n’a pas su éviter certains écueils, est un personnage nettement plus attachant. Pleine d’idéalisme et de rêves, alors qu’on la voyait se perdre à la sortie de l’univ’, elle trouve peu à peu sa voie et s’y épanouit.

Tout au long des années, Emma et Dexter vont se croiser, se frôler, s’éloigner, s’attirer et se déchirer. Jusqu’à trouver une certaine stabilité, le dénouement que l’on attendait tous. Jusqu’à ce qu’arrive l’imaginable…

Au-delà de l’intrigue, le fait de retrouver Dex et Em tous les ans à la même date crée à la fois un sentiment de frustration, de ne percevoir que quelques fragments de leur vie, mais aussi une dynamique et une ambiance particulière. Une certaine attente peut-être aussi… Est-ce que l’année prochaine… ? Quand vont-ils enfin…?

Et puis, il y a de nombreux moments plein d’émotion et d’humour entremêlés dans cette histoire d’amour pas banale et pas mièvre pour deux sous.

Bref, encore une fois, si j’ai eu du mal à démarrer, j’en ai dévoré les derniers chapitres avec énormément de plaisir.