The midnight library – Matt Haig

J’avais entendu parler de ce roman et lorsque ma petite sœur m’a proposé de me le prêter, j’ai sauté sur l’occasion, malgré son peu d’enthousiasme pour ce titre.

Résumé : À trente-cinq ans, Nora Seeds a l’impression d’avoir tout raté. Lorsqu’elle se retrouve un soir dans la mystérieuse Bibliothèque de Minuit, c’est sa dernière chance de reprendre en main son destin. Si elle avait fait d’autres choix, que se serait-il passé ?
Avec l’aide d’une amie bibliophile, elle n’a qu’à prendre des livres dans les rayonnages, tourner les pages et corriger ses erreurs pour inventer la vie parfaite. Pourtant, les choses ne se déroulent pas comme elle l’imaginait.
Avant que minuit sonne, pourra-t-elle répondre à l’énigme la plus importante : qu’est-ce qu’une vie heureuse ? (Goodreads)

Mon avis : Malgré l’avis très mitigé de ma sœur sur ce titre, j’ai adoré retrouver Nora Seeds après chaque interruption de ma lecture. Où allait l’emmener son prochain souhait ?

Chaque vie qu’elle essaye lui apportera son lot d’émerveillement sur ses capacités et possibilités et lui en apprendra plus sur elle-même. Au fur et à mesure de ses « essayages », elle s’apercevra aussi qu’aucune vie n’est parfaite, que chacune a ses bons et mauvais côtés et que tout dépend de la manière dont on perçoit les choses et pas tant de ces choses en elles-mêmes. 

Si ce roman commence de manière assez sombre avec son suicide, il délivre un message plutôt positif au final sans être trop parfait, trop positive vibes only… mais je ne peux en dire plus sous peine de vous en divulgacher la fin. Une lecture que je vous recommande donc complètement !

signature

La maison bleu horizon – Jean-Marc Dhainaut

Une fois encore, voilà une jolie surprise, une jolie découverte qui faisait partie du pack d’ebooks offerts avec ma liseuse.

Résumé : Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ? (Babelio)

518e-2k7nrl._sx195_

Mon avis : Si une phrase du roman m’avait mise sur la piste du twist final, je ne l’avais pas entièrement vu venir. Sans doute, parce très vite j’ai à nouveau été happée par le suspense et l’envie de savoir. Même si les premières pages, lues un soir où j’étais seule dans mon nouvel appartement, m’ont fait un instant douter de l’opportunité de lire ce roman à ce moment précis, me faisant craindre une mauvaise nuit.

Ce que j’ai trouvé intéressant dans cette histoire de fantômes, c’est l’ancrage territorial et historique de la maison hantée. Ces brèves incursions sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, cette critique de la gestion, du commandement de celle-ci, en font plus qu’un « simple » récit de maison hantée.

Et puis, une fois le twist retourné, l’histoire ne s’arrête pas. Et la fin m’a fortement émue. Mais pour savoir de quoi il s’agit, il vous faudra le lire…

signature

Troisième humanité – Bernard Werber

C’est à la faveur d’une promo, encore, que cet ebook a atterri dans ma liseuse. Grande fan de Bernard Werber il y a quelques années (merci la trilogie des fourmis), je m’étais un peu désintéressée de ses derniers ouvrages jusqu’à cette lecture.

Résumé : Nous sommes à l’ère de la deuxième humanité.
Il y en a eu une avant.
Il y en aura une… après.

En Antarctique, le paléontologue Charles Wells et son expédition découvrent, tout au fond d un lac souterrain, les restes de squelettes humains d environ 17 mètres de long.
A Paris, le projet d’étude de son fils David sur le rapetissement humain est sélectionné par un tout nouveau programme de recherches, consacré à « l’évolution de notre espèce ».
Wells père a retrouvé l’ancienne humanité, Wells fils entrevoit la prochaine humanité, mais ils sont loin encore de savoir la vérité.
C’est grâce au soutien et à la passion amoureuse d’une femme, Aurore Kammerer, spécialiste dans la connaissance des Amazones, que sera révélé le plus surprenant des secrets et réalisée la plus folle des expériences, modifiant à jamais l’avenir des générations futures. (Goodreads)

cvt_troisieme-humanite_4440

Mon avis : Autant j’ai eu un peu mal avec Demain les chats, autant j’ai été emballée par celui-ci. Il faut dire que tous les ingrédients sont réunis : un peu de géopolitique, de changement climatique, une certaine vision de l’avenir et une bonne dose de suspens.

Après, on adhère ou pas à cette manière d’envisager les choses, aux théories qui y sont proposées mais l’ensemble a pourtant une certaine cohérence.

Bref, je n’ai pas boudé mon plaisir et compte bien me procurer les tomes suivants de cette trilogie.

signature

The house with chicken legs – Sophie Anderson

Ce livre, je me souviens que Choupette avait râlé, lorsqu’une autre de mes sœurs l’avait choisi comme troisième livre offert. Il faut dire que c’est pas trop son genre de lecture, elle qui ne jure que par John Green et il a finalement atterri entre mes mains.

Résumé : Marinka rêve d’une vie normale, dans laquelle sa maison reste au même endroit assez longtemps pour qu’elle puisse se faire des amis. Mais sa maison a des pattes de poulet et se déplace sans avertissement parce que sa grand-mère est Baba Yaga, elle guide les esprits entre ce monde et le suivant.

Marinka désire changer son destin et tente de s’affranchir de la voie toute tracée dans les pas de sa grand-mère, mais sa maison a d’autres plans… (Essai de traduction de la quatrième de couverture)

cvt_the-house-with-chicken-legs_1521

Mon avis : J’ai passé un agréable moment aux côtés de Marinka, de sa grand-mère, de Jack, son choucas et de cette maison bien particulière. C’est le genre d’univers que j’aime beaucoup découvrir, un brin de fantaisie voire de magie et de la mythologie, slave ici.

Ce roman initiatique brasse tout un tas de thèmes intéressants néanmoins, ce qui m’a personnellement gênée, c’est que l’on sent qu’il s’adresse à un public jeunesse. J’ai parfois eu envie de secouer Marinka et ses réactions un peu enfantines mais bon, je ne suis pas le public cible.

Bref, un moment agréable, plein de fraîcheur et de fantaisie, si ce genre d’univers vous plaît.

signature

Ready Player One

Dimanche après-midi. Malgré le soleil qui brille dans le ciel et les températures plus qu’agréable, je décide de me faire une toile en début d’après-midi. Parmi les options qui s’offrent à moi : Ready Player One. Let’s go !

Synopsis : 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’oeuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant… (Cinénews)

ready-player-one-20180327044435

Mon avis : Autant la bande-annonce ne m’avait pas convaincue ou emballée, autant l’avis de Cathy Immelen (Tellement ciné) m’avait donné envie de le voir. Et je n’ai pas été déçue !

Le rythme est prenant, les héros attachants et le monde virtuel dans lequel Spielberg nous emmène est très riche. Esthétiquement, c’est très réussi aussi.

Et puis, au-delà de la quête et de la lutte manichéenne qui y est dépeinte, il y a aussi une réflexion sur la réalité virtuelle et notre usage des technologies du virtuel.

Sans oublier, de nombreux clins d’œil à la culture pop des années 80 et 90 (même si beaucoup me sont sans doute passés sous le nez), ce qui est assez fun, finalement.

Bref, un bon moment d’entertainment !

signature

The shape of water (La forme de l’eau)

Ça faisait longtemps que nous n’avions plus eu l’occasion de nous faire un ciné et puis, mes cours de néerlandais ayant pris fin, mon agenda s’est libéré et on en a direct profité.

Synopsis : Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence morne et solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… (Cinénews)

la-forme-de-l-eau-20180104015647

Mon avis : J’ai passé un joli moment et me suis laissée attendrir par cette relation qui se crée entre Elisa et la créature (magnifique, soit dit-en passant). Un film inclassable qui mêle poésie, fantastique, espionnage et des personnages pour le moins atypique. Une ode à la différence.

Un film à voir, assurément.

signature