La désolation (Arkane, tome 1) – Pierre Bordage

L’un de mes objectifs cette année, c’est d’enfin terminer les ebooks reçus avec la liseuse que j’ai acheté il y a bientôt un an maintenant. Parmi les ouvrages de cette liste, certains se laissent juste lire, certains sont un peu bof et parfois, je tombe sur une pépite.

Résumé : Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu. Là, ont cours intrigues incessantes, empoisonnements, meurtres, magie noire et décadence.
Après le massacre de son clan, Oziel, fille de la maison du Drac, s’enfuit des Hauts de la ville. Elle espère gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné, et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne dans les profondeurs de la cité.
Oziel rencontrera sur son chemin Renn, un apprenti-enchanteur de pierre, et Orik, guerrier venu d’une lointaine contrée… (Babelio)

51dqgzgwt5l._sx210_

Mon avis : Comme je vous le disais plus haut, j’ai plongé dans cet univers totalement par hasard. Et puis, au fil des pages, je me suis laissée happer. Totalement.

Ce premier tome pose les bases de ce monde, de cette époque, qui semble proche de notre Moyen-Âge occidental. La descente d’Oziel à la recherche de son frère nous permet de découvrir les différentes strates de cette société et l’organisation de celle-ci.

Les chapitres alternent les personnages, Oziel, Noy, issus tous deux d’une des sept maisons régnantes; Renn, paysan devenu apprenti enchanteur de pierres et Osrik le guerrier. Les embûches se dressent sur leurs chemins respectifs et le suspense monte graduellement. Quatre personnages principaux mais attachants, chacun à leur manière.

Bref, ce premier tome fut une belle surprise et je me pencherai très probablement sur les suivants.

signature

Les disparus du Clairdelune/ La mémoire de Babel (La passe-miroir (T2/3) – Christelle Dabos

Le premier tome terminé, je n’ai pas attendu longtemps pour me procurer les deux suivants, cette fois en version électronique.

Résumés :

Les disparus du Clairdelune : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité. (Babelio)

bm_20_aj_m_6352

La mémoire de Babel : Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ? (Babelio)

cvt_la-passe-miroir-tome-3-la-memoire-de-babel_3718

Mon avis : Si j’ai aimé retrouver cet univers et en découvrir d’autres parts, j’avoue avoir ressenti un brin d’essoufflement en arrivant au bout du troisième tome. D’autant plus que je pensais que celui-ci marquerait la fin des aventures de Thorn et Ophélie et que j’ai bien dû me rendre compte, au fil des dernières pages tournées, qu’il y aurait encore au moins un tome.

J’ai un peu de mal à me prononcer : si j’aime beaucoup l’univers proposé et les personnages principaux, je reste quelque peu sur ma faim. Il me manque le petit « truc » qui me ferait crier au génie. Et pourtant, cela reste un très bon moment d’évasion et un très bon « page turner ».

signature

 

Les dragonnets ne savent pas voler & autres récits d’à côté – Sybille Marchetto

Ce livre-là, c’est une double surprise. En septembre -oui, ça commence à dater- j’ai participé à la Ronde des poches de la rentrée d’Armalite. Ayant déjà le livre que j’ai reçu de Sybille, elle m’a annoncé sur la page d’Armalite qu’elle me renverrait quelque chose d’autre à la place… Une belle surprise m’attendait quelques jours plus tard dans ma boîte aux lettres : son livre.

Quatrième de couverture : Née en 1973, Sybille rêve d’écrire de grands récits épiques à dix ans, mais, à l’adolescence, elle s’essaie à la forme courte et se passionnera désormais pour la nouvelle.
À dix-sept ans, elle découvre la micro-édition en créant deux fanzines et, en 2000, elle réalise sa première anthologie.
Tout en continuant à explorer l’édition, elle dirige depuis 2015 le festival « Nice Fictions ».
Dans la vraie vie, elle profite du soleil de la Côté d’Azur avec ses fils, joue aux jeux vidéos et regarde trop de séries télé, collectionne les horloges et les petites voitures et rêve que, quand elle sera grande, elle sera une écrivaine célèbre. Ou une pâtissière.

En attendant ce jour prochain, elle a réuni dans « Les dragonnets ne savent pas voler & autres récits d’à côté », une novella, deux poèmes et douze nouvelles dans les genres qu’elle affectionne : fantastique, fantasy et science-fiction. Mais de la blanche s’est peut-être glissée dans le lot…

Plus d’infos : http://www.vagabondsdureve.fr/les-dragonnets-ne-savent-pas-voler-autres-recits-da-cote/

Mon avis : J’ai beaucoup aimé. Pourtant, je ne suis d’habitude pas une grande fan des nouvelles et du fantastique-science-fiction, il faudrait peut-être que je m’y mette un peu plus.

J’ai aimé les différentes histoires, les différents univers proposés par Sybille Marchetto. J’ai trouvé la plupart de ces personnages attachants et bien construits, même si pour certains, on les quitte déjà après quelques pages. J’ai aimé les retournements de situation, les chutes inattendues.

J’ai aimé me sentir tour à tour émerveillée, envoûtée, passionnée et surtout me laisser emporter par sa plume.

Une belle surprise, une très belle découverte, que je ne peux que conseiller !

signature

 

Ce qui nous lie – Samantha Bailly

Le Summer Challenge avance bien, voici déjà le quatrième livre que je termine dans ce cadre ! Pioché parmi les sélections précédentes du club de lecture, c’est celui qui m’attirait le plus…et qui m’a un peu réconcilié avec ma liseuse car à l’occasion de son achat, celle-ci s’est mise à jour et franchement, même si il y a encore des choses à améliorer, la nouvelle interface me plaît plus et a rendu ma lecture plus agréable.

Résumé : « J’ai longtemps voulu être unique. Mais qu’y a-t-il de plus rassurant que le semblable? »

Alice a un don. Elle a la capacité de voir les liens entre les individus. Les attaches lui apparaissent sous forme de fils lumineux, qui tissent une cartographie des relations affectives. Impossible d’expliquer l’origine de ce phénomène. Manifestation surnaturelle? Hallucination ? La jeune femme a appris à vivre avec dans le plus grand secret. C’est alors qu’elle rencontre Raphaël, son nouveau manager. La voilà qui s’éprend du seul homme dont elle ne peut voir les liens… (Babelio)

Mon avis : Le résumé en était alléchant et intriguant et si, globalement, j’ai bien aimé l’histoire, j’aurais apprécié un peu plus de détails sur certains points (comment cela lui est-il arrivé ? pourquoi ? etc).

Les chapitres sont divisés en deux parties : présent et passé, ou futur après un certain moment. D’ailleurs, le premier où le futur est apparu, je ne m’en suis pas rendue compte et j’avais un peu de mal à comprendre où j’en étais dans l’histoire. C’est un découpage particulier mais assez intéressant pour l’intrigue. Par contre, une fois qu’on arrive au moment où les chapitres se divisent en présent et futur, on a un aperçu de qui va arriver après. C’est peut-être gâcher un peu la surprise.

L’intrigue quant à elle, nous parle d’une tranche de la vie d’Alice, d’un moment de doute où elle se sent perdue et dont elle va petit à petit sortir et régler ses comptes avec le passé pour se reconstruire. C’est assez intéressant d’ailleurs de dépeindre les relations, la vie sentimentale sous cet angle.

En résumé, ce fut donc une lecture agréable avec un goût de trop peu cependant, réalisée dans le cadre du Summer challenge #clublectureMS2016 dans la catégorie De bons souvenirs… un roman d’une sélection #clublectureMS précédente.

signature