Sapiens, une brève histoire de l’humanité – Yuval Noah Harari

Ce livre, j’en avais eu de bons échos. Alors, à quelques jours de mes vacances et prévoyant un loooong voyage en bus (4h aller-4h retour), j’ai sauté sur une promo de livres audio pour en faire l’acquisition. Et je ne l’ai pas regretté.

Résumé : L’histoire a commencé quand les hommes ont inventé les dieux. Elle s’achèvera quand ils deviendront des dieux.

Cette Brève histoire de l’humanité déroule notre histoire globale, des premiers hominidés à aujourd’hui et interroge l’avenir qui nous attend. Comment l' »Homo Sapiens » a-t-il réussi à dominer la Terre ? Quelle singularité nous a permis de s’unir pour créer villes et empires, l’idée de religion, les concepts politiques de nation ou plus récemment des droits de l’homme ? Pourquoi cette dépendance et cette croyance que notre bonheur dépend de l’argent et de la possibilité de consommer ? Que voulons-nous pour ce troisième millénaire ?

Mêlant Histoire et Science, cet essai provocateur, érudit et audacieux déconstruit les idées reçues à l’aube d’une nouvelle révolution cognitive de l’humanité qu’Harari voit pointer dans le développement des neurosciences et de l’intelligence artificielle, entre autres. Quel sera notre dessein ?

Sapiens, un essai brillant et provocateur sur notre histoire globale, qui interroge chacun de nous sur notre avenir et nos choix, à l’aube d’une révolution cognitive décisive qui touchera le monde entier. (Audible)

bm_184036_aj_m_260

Mon avis : J’ai beaucoup aimé. C’est plein de références, allant de l’histoire à l’économie, de la biologie à la sociologie, en passant par la politique… autant dire que ça ratisse large. Et ce n’est pas du tout pesant. Ça se laisse écouter, dans mon cas, et on y trouve même quelques traits d’humour. Je devais avoir l’air fine à laisser échapper un petit rire, à l’écoute de ces derniers, ou hocher de la tête pour marquer mon accord avec l’une ou l’autre idée développée. C’est donc à la fois intelligent et intéressant mais aussi divertissant, une belle gageure.

Plus que d’interroger notre histoire, ce livre porte aussi des questions de choix de société totalement actuels qu’il pose à l’aune de toute cette histoire, justement. J’ai beaucoup aimé cet aspect-là aussi. Il ne s’agit pas uniquement de s’intéresser au passé de l’humanité mais d’éclairer aussi des pistes de réflexion concernant son futur, notre futur.

Je n’ai pas regretté mon choix. Peut-être juste le format. 15h de lecture, ça fait un paquet d’heures quand même. D’autant plus qu’en train ou en bus, j’ai parfois l’esprit qui vagabonde et j’ai perdu le fil à plusieurs reprises (quand je ne suis pas tombée endormie, merci le bus !).

Bref, si le format ne me correspond peut-être pas, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette « lecture » et j’envisage de me procurer la version ebook ou poche dans un futur plus ou moins proche. Histoire de prendre plus le temps d’intégrer l’ensemble du propos.

Une lecture que je vous conseille ab-sol-lu-ment !

signature

La Maison de l’Histoire Européenne

Il y a quelques mois déjà que ce nouveau musée lié au Parlement Européen a ouvert à deux pas de celui-ci, au cœur du Parc Léopold. À son ouverture, alors que j’habitais à moins de cinq minutes à pied, l’envie d’en pousser les portes m’avait déjà titiller. Et ce fut chose faite ce weekend à l’initiative d’une amie.

Première chose à savoir, aucun panneau n’accompagne les objets exposés. La raison en est fort simple : les textes descriptifs/explicatifs dans les 24 langues de l’Union, ça occuperait trop d’espace. La solution : une tablette dont les contenus changent automatiquement en fonction de l’endroit où l’on se situe. C’est assez pratique mais il faut quand même un petit moment d’adaptation, histoire de comprendre le principe de fonctionnement et d’agencement des espaces représentés sur la tablette.

Le musée comporte six ou sept étages (j’ai un doute) et abrite des expos temporaires, en plus de l’exposition permanente. Chaque étage correspond à une période, plus ou moins longue, de l’histoire. C’est assez riche et dense, en deux heures, nous n’avions parcouru que deux étages (le site web indique comme durée de visite 90 minutes, j’imagine que c’est en visite guidée car dès l’accueil, on nous a prévenu, on peut facilement y passer la journée).

Tout comme le Parlementarium, c’est un musée entièrement gratuit, dans lequel on pourrait passer des heures. Nous avons d’ailleurs évoquer la possibilité d’y retourner prochainement pour compléter cette première visite.

Il est à noter encore que le bâtiment qui abrite la Maison de l’Histoire Européenne vaut le détour, situé dans l’ancien jardin zoologique royal, aujourd’hui Parc Léopold.

Bref, si l’histoire de l’Europe vous intéresse, c’est un musée qu’il vaut la peine de visiter.

La Maison de l’Histoire Européenne, Rue Belliard 135, 1000 Bruxelles

signature