Le bilan des soldes

Finalement, plus les années passent, plus je me dis que les soldes et moi, c’est loin d’être une histoire d’amour.

Cette année, j’ai vaguement flâné sur les sites de vente par correspondance et finalement, si j’ai déjà du mal à y dénicher quelque chose en temps normal, là, en soldes, le stock un peu pauvre. Rien que niveau chaussures, peu de paires bénéficiaient d’une réduction intéressante. Alors qu’en magasin, en attendant au moins la deuxième semaine, je me suis offerte des bottines Pat*ugas à 50%.

Idem pour le manteau que je souhaitais racheter en soldes. À quoi bon attendre l’hiver prochain et payer le prix plein. Par contre, pour le coup, ça a été un peu galère…vu que je n’ai entamé les recherches que la dernière semaine, mais j’ai quand même fini par trouver mon bonheur.

Quant au jeans, c’est vraiment le hasard si je me suis penchée sur ce rayon l’avant-dernier jour…ou plutôt la faute au précédent qui m’ a traîtreusement lâchée.

Et pour couronner le tout, un sac en tissu, robuste quand même, à 50% chez N*f Naf. Même si le message sérigraphié (love and happiness ! ) n’est pas trop ma tasse de thé, trop girly à mon goût et avec des étoiles pailletées en plus, il est noir plutôt basique, avec quelques poches et juste parfait pour aller au boulot. Et inutile d’ajouter que le coté sérigraphié, j’essaye autant que possible de le tenir contre moi. Tout à fait le genre de sac que je n’aurais pas acheté à prix plein, quoi !

Mood

ça doit au moins faire deux semaines que je cherche ou le temps ou le courage d’écrire par ici, en tout cas autre chose que des brèves jetées sur le clavier le dimanche (ou parfois écrites petit à petit tout au long de la semaine) ou une critique sur le dernier livre que j’ai lu et voilà qu’aujourd’hui, j’ai la motivation, le temps et je regarde l’éditeur de texte, le regard vide. Foutu manque de synchronisation.

Peut-être en profiterais-je pour faire le point sur cette nouvelle année qui démarre ?

Si l’année a superbement bien fini et commencé, en mode « relax » au boulot avec ces jours de congé éducation, là je suis retombée dans une petite routine et depuis deux semaines, peut-être trois,  j’ai un mal de chien à sortir de mon lit le matin. La radio se met en route, un peu après le réveil sonne, puis le gsm et je le retarde encore de 10 minutes. C’est d’ailleurs drôle comme plus la semaine avance, moins l’effort est important et plus tôt j’arrive au boulot.

Un manque d’envie parfois aussi. Qui balance entre la flemme de mettre le nez dehors et le regret de moins voir mes amis (et d’avoir moins de plans le weekend) maintenant que le conjoint de l’un est en Belgique et que l’autre s’est casée. Mais je vous rassure, ils me ménagent des moments où l’on se voit et je sais que c’est tout à fait normal qu’ils aient moins de temps à me consacrer et je ne leur en tiens pas rigueur, loin de là. Et puis, les moments passés ensemble, les invitations ou les propositions de dernière minute sont toujours aussi agréables. À chaque fois, je me dis que je devrais en remercier l’amie qui avait créé cette dynamique dans notre petit groupe. Sans elle, on aurait peut-être fait que se croiser…

Bref, ces dernières semaines ont apporté leur lot de changements, et le plus important a été l’arrivée d’un nouveau colocataire. Des démarches à faire avec le départ de l’ancienne et l’arrivée du nouveau, des choses à racheter, mes marques et un rythme à retrouver… Ces quelques semaines sont passées finalement à une allure sans que j’ai vraiment eu/pris le temps de me poser un peu. Chaque jour, quelque chose à faire, à programmer, à régler, à discuter.

Au final, toutes ces petites choses jouent un peu sur mon moral, sur mon impression d’hiberner légèrement, d’avoir un peu le vague à l’âme de temps en temps… mais les bons moments finissent toujours par prendre le dessus. Et c’est ce qu’il faut retenir.

Stop ou encore

Dernièrement, je trouve peu de temps pour écrire ici. La seule chose à laquelle je me tiens, avec plus ou moins de régularité, ce sont les revues de mes lectures ou des films vus. Ah oui, et aussi cette espèce de récapitulatif de la semaine.

À un moment, j’ai même pensé à changer le nom du blog et à ne plus parler que des livres lus, films vus, restaurants testés (sauf que je ne prends jamais de photos des plats commandés), etc. Et puis, non, ce sera peut-être une page que je tournerai un jour, mais pas maintenant.

Bref. Je ne sais pas très bien si je vais parvenir à être plus régulière ici, alternant les semaines avec trois ou quatre posts et puis un ou deux maxi  par semaine pendant des semaines. J’ai quand même deux-trois choses à coucher, non pas sur papier, mais sur les pages de cet espace virtuel. Une belle découverte à vous faire partager et peut-être deux-trois choses, pas toujours drôles, à vous raconter.

J’ai l’envie aussi de réorganiser mes catégories, qui partent un peu dans tous les sens. Mais plus qu’en refaire une liste bien nette, il faudra après définir chacun des posts ici. Je crois que j’ai un peu la flemme aussi. Et comme d’hab’, plutôt que de prendre mon courage à deux mains et d’écrire, j’ai encore chipoté dans le design. Deux-trois bricoles, mettre les mains dans le html, c’est pas pour moi, une manière de fuir des occupations plus urgentes, plus précises.

Je crois aussi que cette espèce de flottement dans le blog n’est que le reflet d’un espèce de flottement dans ma vie. J’ai des envies, des micro-projets, des choses qu’il faudrait que je liste pour leur donner un brin d’épaisseur, de réalité, mais je ne prends pas ce temps et ça ne reste que des chimères.

Il faut peut-être juste que je me donne un petit bon coup de pied au c*l ?!

Up and down

Humeur du jour. Je crois que j’ai vraiment besoin de dormir, dormir et encore dormir. Fatiguée, je peux craquer pour un rien. Et ça m’est arrivée ce matin avec une affiliée vraiment ch**nte, à insister encore et encore sur quelque chose à quoi j’avais déjà répondu.

Ce fut le petit moment down. Et le up alors ? La présence dans notre bureau de la collègue qui a été engagée en même temps que moi pour quelques semaines. Franchement, ça m’a fait du bien de l’avoir pour chasser ce gros nuage noir ce matin et à part ça, c’est super chouette de l’avoir au bureau d’à côté.

Et un dernier petit up  pour la route ? J’ai quasi bouclé les vérifications de paiement qui devaient être faites quelques jours avant le quinze. J’avoue avoir un peu douté d’y arriver, bref, totale satisfaction.

Allez, dans deux jours c’est le weekend ! Cheer up !

Bajón

Un petit coup de mou, de blues, m’est tombé dessus jeudi dans la soirée.

Symptômes : envie de rien. Même pas cuisiner. Suis descendue au Carref*ur en face attraper un paquet de nouilles. Niveau zéro de la cuisine. Me suis calée devant la télé, un épisode d' »Une famille formidable » que j’avais enregistré. Souvenir, nostalgie des premiers épisodes que je regardais l’été avec ma mère.

Cause(s) : Fatigue, très sûrement. Pas tout à fait récupéré de ma nuit de samedi passé. Trop courte. Et pourtant si agréable à papoter autour d’un verre. Ou plusieurs. La météo aussi, très pluvieuse et le gris qui a envahi le ciel cette semaine, prenant le pas sur le bleu. Et puis, un peu d’insatisfaction concernant ma garde-robe et mon corps. Ma garde-robe, parce que j’ai l’impression de tourner en rond, de mettre tout le temps les mêmes t-shirts. Et pourtant, j’en ai racheté quelques uns ces dernières semaines. (bon, deux sont plutôt clairs et ça me pose un souci en termes de machine, car je porte peu de couleurs claires (voire pas du tout)). Et puis, je pense avoir pris quelques kilos ces derniers mois. Les vacances en juin, les cours de zumba et salsa espacés par les jours fériés de mai et juin, puis arrêtés en juillet-août, le vélo, irrégulièrement et pas mal « d’écarts » depuis le début de l’été.

Rien de très grave donc. Et puis, sur une même journée, ça va ça vient. Et d’ici la fin de la semaine prochaine, ça devrait être complètement passé. Juste un gros nuage à chasser de mon esprit. Et ensuite, prendre quelques mesures pour régler cette insatisfaction vis-à-vis de mon poids. Chaque problème a sa solution !

Comment commencer la semaine en beauté (ironie inside)

Lundi matin. 5h au réveil. Se réveiller en sueur, au-dessus des draps, fenêtre ouverte, malgré les 16°C annoncés pour la nuit. Sortir péniblement du lit vers 6h, se sentir nauséeuse et vraiment pas en état d’avaler quoique ce soit. Attendre un peu pour voir si ça passe et finalement décider d’aller voir un médecin (et prévenir le boulot).

N’ayant pas encore de médecin traitant à Bruxelles, j’ai donc passé une bonne demi-heure à en chercher un près de chez moi (merci internet) et qui reçoive en consultation ce matin. ça n’a pas été facile mais j’ai fini par trouver.

M’y rendre à moitié patraque et ouf, ne voir qu’une seule personne dans la salle d’attente… D’autres ont fait une drôle de tête en étant arrivé plus tard.

Passer chez le médecin, apprendre qu’on a « juste » un petit virus, mais très contagieux. Donc certificat de trois jours, sortie interdite (heureusement que mon frigo est plein !) et des comprimés effervescents pour la fièvre et la douleur.

Voilà. Il ne me reste plus qu’à trouver quoi faire entre mes quatre murs d’ici mercredi…