À la recherche du jeans parfait : Pearls of Laja

J’ai découvert cette marque italo-allemande il y a quelques mois. Alors que je faisais du shopping, je suis tombée sur un modèle de jeans qui me semblait pouvoir convenir à ma silhouette. Ni une ni deux, je l’emporte en cabine. Malheureusement, ma taille n’étant pas disponible en boutique, j’ai donc noté les références et le nom de la marque afin de me lancer dans des recherches du graal plus tard à l’aide d’internet.

Bon, il faut le dire tout de suite, le point négatif à ce stade, c’est que le site n’est disponible qu’en anglais, allemand et italien et le shop uniquement en allemand. Bref, pas évident-évident de passer commande (mais c’est tout à fait faisable). Super bon point par contre, le suivi des commandes. Lors des deux commandes que j’ai effectuées, Daniela, l’une des deux créatrices de la marque, m’a contactée par mail en anglais pour vérifier avec moi que la taille choisie était adéquate en me demandant mes mensurations et on a donc pu en discuter. Ça, quand on commande pour la première fois dans une marque donnée, c’est quand même plutôt utile d’avoir un avis sur la taille qu’on prend.

Petit bémol pour ma première commande : je pensais avoir commandé un jeans et j’avais en fait commandé un pantalon en velours. Les références étaient les mêmes, les photos peut-être pas suffisamment claires pour moi et le mot « cord » inconnu jusqu’alors de mon vocabulaire anglais, ce fut l’erreur du débutant. J’ai par la suite commandé un deuxième pantalon, un jeans cette fois.

En plus de l’attention au client qui est vraiment excellente, Pearls of Laja est une marque qui a des valeurs éthiques. Les pantalons sont produits en Europe, avec du coton biologique et une attention particulière est portée à la couleur et au traitement des tissus, garantis sans polluants. De plus, les pantalons ne sont pas emballés dans des sachets en plastique mais glissé dans des petits sacs en jeans ou en velours avec le logo de la marque. Je dois aussi ajouter que, si je n’ai pas souvenir du contenant de ma première commande, pour la deuxième il s’agissait d’une boite à chaussures recyclée aux couleurs de la marque, en adéquation avec les valeurs de développement durable qu’elle prône.

J’allais oublier le plus important : la vision de la marque qui vise la confiance en soi des femmes et l’acceptation de leurs courbes, quelques soient leur âge et leur taille. Vous pouvez donc trouver sur chaque descriptif de modèle, le type de silhouette à laquelle il convient le mieux.

Alors, suis-je satisfaite de mes achats ?

Plutôt oui. Le modèle que j’ai acheté, le diva-jeans, est un modèle taille haute, mais vraiment taille haute. Ce qui est parfois inconfortable lorsque l’on s’assied les premières heures, les premiers jours. Une fois que le pantalon se donne, ça va.

Un petit bémol avec celui en velours qui se donne vraiment beaucoup. La matière, la couleur (gris clair) et l’aspect large qu’il prend après deux jours ont, selon moi, un effet un peu grossissant et pas top, en tout cas, moi, j’en raffole pas.

Quant au jeans, l’effet « je te comprime le haut du ventre » les premières heures dure un peu plus longtemps car il se donne moins. Mais, Daniela m’avait prévenue qu’il se donnait moins que le velours et c’est d’ailleurs cet argument qui m’a confirmé dans le choix de prendre la même taille et pas une en plus comme elle me le conseillait. Et même si je sais que je vais souffrir un peu au début, le rendu final est quand même vachement mieux, donc je serre les dents (et déboutonne souvent le premier des trois boutons… taille haute vraiment haute, ça passe inaperçu).

J’ajouterai encore que j’ai commandé par deux fois le modèle que j’avais essayé en magasin et pas le modèle le plus approprié pour ma silhouette (ce sera pour la prochaine fois), donc, ça joue peut-être aussi un peu dans le rendu final. Ah, sans oublier que, suite à l’envoi de mes mensurations et les conseils de Daniela, je suis entre deux tailles : je fais une taille de plus au niveau du ventre qu’au niveau des jambes. Bref, je dois choisir entre être un peu serrée au bidou ou avoir les jambes qui flottent dans mon jeans, et c’est la première option que j’ai choisie en tout état de cause.

Bref, une marque à découvrir et à suivre.

Signature

Acheter un jeans, c’est entrer dans un univers parallèle

Et ce fut un peu mon expérience la dernière fois que je suis partie en quête du graal…

Tout d’abord, si l’introduction des différentes longueurs de jambes est certes un sérieux avantage, c’est quand même un langage un peu crypté. « Il me faudrait un 31-32 dans ce modèle-là, s’il vous plaît ». Et si comme moi, la taille et la longueur de jambes sont proches, les erreurs sont fréquentes…

Je me suis d’abord lancée dans mes boutiques habituelles, mais le rayon jeans ne proposait rien qui ne me plaisait. Et les rares modèles que j’ai essayais ne m’allaient pas.

Bref. Je pensais jeter l’éponge pour ce jour-là et puis, ma vessie m’a obligée à faire un arrêt pipi au Galeria Inn* (l’équivalent belge des Galeries Laf*yette). Et je suis passée en plein dans le rayon femme et jeans. Je traînais un peu dans les rayons en espérant tomber sur une vendeuse pour me guider -il faut dire que le rayon jeans, c’est l’enfer : toutes ces marques, tous ces modèles, toutes ces tailles… qui peut s’y retrouver là-dedans?? – quand j’ai craqué sur un t-shirt. Je passe en cabine, le tshirt ne convient pas et c’est là que je tombe sur une vendeuse. Et zou, c’est parti pour la plus longue séance d’essayage de jeans de ma vie. Je dois en avoir essayé une quinzaine, facile.

Première constatation : d’une marque à l’autre, les longueurs de jambe ne sont pas les même. Chez Le*, c’est impair alors que d’habitude, c’est plutôt pair. Et là, ce fut le début de la catastrophe pour moi. J’essaye plusieurs bootcut, le modèle que je préfère et c’est le drame. La longueur 31 est trop courte mais la 33 est carrément trop longue (et retoucher un bootcut, c’est pas le plus simple non plus). Bref, j’abandonne.

D’essayage en essayage d’autres modèles, on finit par isoler quelques modèles qui me vont bien. Il ne me reste plus qu’alors à trancher. Dans lequel je me sens le mieux d’abord et puis écouter les conseils de la vendeuse sur la manière dont tel ou tel modèle se donne. Petite parenthèse : c’est quand même bien le drame, ça. Le jeans, tu l’essayes et puis, quand tu l’auras porté quelques heures ou, encore pire, lavé, il va se donner. ça donne un peu l’impression d’acheter un chat dans un sac…mais à un sacré prix, parfois, quand même !

Bref, j’arrive à me décider et puis je vois en évidence un modèle couleur bordeau en tête de rayon. Flash sur la couleur. J’essaye…et je l’emporte en sus du premier. Et surtout chapeau à la vendeuse qui m’a conseillée et a répondu à mes doutes et questions (nombreux !) pendant l’heure et quelque que j’ai passé en cabine d’essayage ! Sans oublier, sa demande de revenir dans quelques semaines, lui dire si je suis satisfaite.

Pour l’instant, je n’ai encore porté que le premier (question de couleur, maintenant que le soleil est un peu revenu, je trouve que ce n’est pas trop de saison). Quant à l’autre, pour l’instant, je ne flotte pas exagérément dedans. Verdict final dans quelques semaines.

Et ça continue…

Encore une fois, il m’a fallu acheter un jeans (le précédent avait lâché pour la deuxième fois, ça ne valait plus le coup de le repriser). Et encore une fois, entre le moment où tu l’essayes en cabine et la première fois où tu l’enfiles après le premier passage en machine, eh bien, c’est pas le même résultat.

Et pourtant… J’ai saoulé la vendeuse en lui demandant deux fois si il allait beaucoup se donner. « Non, non, qu’elle me dit, il n’y a que 2% d’élasthane ».

Et donc, ce jeans qui était juste parfait dans la cabine d’essayage est maintenant un poil (ou un peu plus) trop large…

Bref, je ne sais plus à quel saint me vouer pour dégoter le jeans parfait qui ne bougera pas (trop). Serait-ce trop demander ?

Et vous, vous avez ce genre de soucis aussi ? Des bonnes adresses à partager pour dénicher le jeans parfait sur Bruxelles ?

La recherche du Graal

Ou plutôt du jeans qui me va bien.
Et non, ce n’est pas moi 😛
Et ce n’est pas une mince affaire, vu les déboires de ces derniers mois dans mes achats de jeans.
Il y a d’abord le jeans qui est impeccable à l’essayage en cabine et qui le reste le premier jour/les premières heures. Mais qui finit invariablement par se détendre et être un poil trop large pour rester le top jeans. J’en ai au moins trois-quatre comme ça dans ma garde-robe.
Et puis, il y a encore le cas de deux jeans qui n’ont pas tenu leurs promesses. Finitions pas au point, la toile qui se défait au niveau de la couture à l’intérieur des cuisses. Pas hyper apparent mais suffisant pour éviter de les porter ailleurs qu’à la maison.
Alors, hier, je cherchais un jeans. J’en ai finalement acheté deux. Et cette fois, je les ai pris un poil serrant (mais pas trop), histoire qu’ils soient impec’ une fois portés un peu. Et j’espère que le calcul sera juste. 
Finalement, acheter un jeans, c’est un sacré coup de poker. Comment estimer son rendu après avoir été porté quelques heures ? Sans parler de simplement trouver le jeans qui sied à notre silhouette…