Une autre vie – S. J. Watson

Et voilà encore l’un des prises de mon butin de la Foire du Livre de cette année. Ayant beaucoup aimé « Avant d’aller dormir » du même auteur, c’est presque automatiquement que celui-ci s’est glissé parmi mes achats.

Résumé : Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ? (Babelio)

cvt_une-autre-vie_2548

Mon avis : Et bien, personnellement, je l’ai moins apprécié que « Avant d’aller dormir ». Sans doute est-ce dû au personnage principal, Julia, qui semble se fourrer dans une situation inextricable et faire à chaque fois les mauvais choix. Très vite, on ressent un peu d’agacement et on a dû mal à éprouver de l’empathie pour ce qui lui arrive.

Après, on a une magnifique histoire de manipulation dont la fin m’a légèrement surprise, mais qui finalement semble assez logique. La tension n’est pas très apparente, je l’ai peu ressentie, et donc pas d’effet page-turner. Et puis surtout, tout est basé sur une aventure hors-mariage assez malsaine donc la lecture n’est pas toujours très agréable.

Bref, un bon thriller mais pas exceptionnel.

signature

En attendant Doggo – Mark Mills

Ça faisait longtemps, mais revoila un roman reçu dans le cadre d’une opération Masse Critique de Babelio. Un Masse Critique « privilégié » auquel j’ai répondu sans très bien savoir si ce livre allait me plaire ou non.

Résumé : « Je te quitte. Je te confie le chien. Et surtout ne touche pas à ma petite sœur. »
Tel est en substance le contenu de la lettre que Clara vient de laisser à Dan, mettant fin à quatre années de vie commune. Une claque pour le jeune homme : sans boulot, sans copine, comment maintenir sa vie en équilibre ? Et, surtout, que faire de ce chien dont Clara s’était entichée quelques semaines plus tôt ?
Alors qu’il s’apprête à confier l’affreux toutou, mi-Pékinois, mi-épagneul, aux bons soins de la SPA, Dan est soudain pris d’angoisse lorsque la véto lui propose de le castrer. Hors de question de sacrifier la virilité du pauvre animal ! Dan assumera donc ce nouveau compagnon à poils. Et Doggo a plein d’atouts. À commencer par un immense capital sympathie qui se vérifie dans la nouvelle agence de pub où Dan vient d’être recruté. Doggo devient rapidement la mascotte du bureau. Et séduit même la jolie Edith… Au grand dam de Tristan, l’ambitieux collègue et amant de la belle, bien décidé à étouffer dans l’œuf cette complicité.
Nouveau job, nouvel amour… Et si la tornade Doggo se révélait le plus inattendu des porte-bonheur ? (Babelio)

Mon avis : Eh bien, alors que mes attentes n’étaient pas très élevées, j’ai été positivement surprise par ce roman, que j’ai d’ailleurs terminé en deux jours.

L’intrigue est prenante, pleine d’humour à l’anglaise et la romance, si elle est attendue, n’en est pas pour autant trop mièvre. Le personnage de Dan est plutôt attachant, un mec normal qui, bousculé par la vie, retrouve petit à petit ses marques et reprend sa vie en main. Sans oublier Doggo, personnage à part entière du roman, qui pourrait presque faire craquer une pro-chat comme moi (ce qui ne veut pas dire que je n’aime pas les chiens, mais je les préfère chez les autres).

Bref, une lecture plus qu’agréable dans le style comédie anglaise. Merci à Babelio et aux Éditions Belfont pour cette petite douceur.

Signature