Troisième humanité – Bernard Werber

C’est à la faveur d’une promo, encore, que cet ebook a atterri dans ma liseuse. Grande fan de Bernard Werber il y a quelques années (merci la trilogie des fourmis), je m’étais un peu désintéressée de ses derniers ouvrages jusqu’à cette lecture.

Résumé : Nous sommes à l’ère de la deuxième humanité.
Il y en a eu une avant.
Il y en aura une… après.

En Antarctique, le paléontologue Charles Wells et son expédition découvrent, tout au fond d un lac souterrain, les restes de squelettes humains d environ 17 mètres de long.
A Paris, le projet d’étude de son fils David sur le rapetissement humain est sélectionné par un tout nouveau programme de recherches, consacré à « l’évolution de notre espèce ».
Wells père a retrouvé l’ancienne humanité, Wells fils entrevoit la prochaine humanité, mais ils sont loin encore de savoir la vérité.
C’est grâce au soutien et à la passion amoureuse d’une femme, Aurore Kammerer, spécialiste dans la connaissance des Amazones, que sera révélé le plus surprenant des secrets et réalisée la plus folle des expériences, modifiant à jamais l’avenir des générations futures. (Goodreads)

cvt_troisieme-humanite_4440

Mon avis : Autant j’ai eu un peu mal avec Demain les chats, autant j’ai été emballée par celui-ci. Il faut dire que tous les ingrédients sont réunis : un peu de géopolitique, de changement climatique, une certaine vision de l’avenir et une bonne dose de suspens.

Après, on adhère ou pas à cette manière d’envisager les choses, aux théories qui y sont proposées mais l’ensemble a pourtant une certaine cohérence.

Bref, je n’ai pas boudé mon plaisir et compte bien me procurer les tomes suivants de cette trilogie.

signature

La vallée des oranges de Béatrice Courtot

Il y a des thématiques, des mots qui, glissés sur un quatrième de couverture, me poussent à acquérir un ouvrage sans plus y réfléchir. Ce fut le cas ici, avec une brève (finalement) évocation de la guerre civile espagnole.

Résumé : Marseille, 2016
En démontant le faux plafond d’un hôtel, un ouvrier tombe sur une boîte contenant les souvenirs d’une vieille dame, Magdalena. Son arrière-petite-fille, Anaïs, tenancière du Café de l’Ensaïmada, une institution culinaire à Paris, décide alors de partir à la recherche de ses origines majorquines…
Majorque, 1935
Magdalena, jeune pâtissière, confectionne chaque jour des ensaïmadas, ces brioches majorquines entortillées et saupoudrées de sucre glace. Mais très vite, la guerre civile espagnole frappe aux portes de son village. Au péril de sa vie, Magdalena s’engage alors dans la résistance. Entre Majorque et Marseille, deux destins de femmes bousculées par la Guerre d’Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie. (Quatrième de couverture)

 

41192028._sy475_

Mon avis : La véritable « star » de ce roman, c’est la ville de Sóller, ses oranges, sa gastronomie et ses habitants. Car, en fermant ses pages, c’est le souvenir de sa vallée des oranges, de sa douceur de vivre et de ses rues qui me vient à l’esprit. L’auteure a donc merveilleusement recréé l’ambiance, l’atmosphère et la douceur de vivre majorquine ou, du moins, c’est l’impression que j’en ai, n’ayant jamais mis les pieds à Majorque à ce jour.

Il n’en reste pas moins une jolie saga familiale, où Anaïs part à la recherche des origines de sa grand-mère et va découvrir des secrets de famille. Les chapitres alternent entre la voix de Magdalena de 1936 au début de la Seconde Guerre Mondiale et celle d’Anaïs de 2016 à 2017. Le reste, la romance naissante entre Anaïs et Miquel, est peut-être un peu trop convenu, attendu mais il est vrai que la littérature sentimentale n’est pas mon genre de prédilection.

En bref, une lecture dépaysante et agréable qui m’a fait voyagé et m’a donné l’envie de découvrir Sóller.

signature

Hier encore, c’était l’été et Danser, encore de Julie de Lestrange

Parfois, l’achat d’un livre ne tient qu’à un titre. Un premier élan vers celui-ci, on le retourne, lit le quatrième de couverture et on l’embarque ou l’ajoute au panier. C’est ce qui m’est arrivé avec Danser, encore. J’ai donc aussi acheter le premier tome.

Résumé :

51eq2bsp1al._sx195_

Hier encore, c’était l’été : Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance. Mais lorsque la vieles prend au sortir de l’adolescence, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir apprendre à se battre pour exister. À travers les drames subsistent alors l’amitié, les fous-rires et les joies. Et l’amour, qui les sauvera. (Babelio)

51cjadk0n9l._sx195_

Danser, encore : Alexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Désormais adultes, confrontés au poids du quotidien et des responsabilités, à l’existence et ses tourments, sonne l’heure de faire des choix. Mais qu’advient-il dès lors qu’il n’y a plus de guide? Que reste-t-il des certitudes lorsque le sort frappe au hasard? Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois comme la nécessité de respirer, le besoin de danser et celui de s’aimer. (Babelio)

Mon avis : Deux romans feel good dont les pages se tournent à une vitesse vertigineuse. Je les ai dévorés. J’ai passé un agréable moment, sans plus, avec les protagonistes dans le premier tome. Et c’est le deuxième qui m’a emballée. J’ai sans doute été plus touchée ou je me suis sentie plus proche des préoccupations des personnages dans ce second opus. Peut-être est-ce dû au faut que les personnages y prennent aussi plus de densité, de profondeur et qu’on est plus dans la découverte, la tentative de les cerner.

Bref, une belle petite lecture d’été.

signature

Miss Cyclone – Laurence Peyrin

Ce roman, je ne sais plus si j’ai juste la promo qui m’a poussée à l’acheter ou si j’en avais déjà entendu parler avant. Toujours est-il que je l’ai dévoré.

Résumé : À Coney Island, les manèges sont à l’arrêt. Face à la mer grise, Angela et June partagent une cigarette. C’est l’hiver de leurs 16 ans. L’hiver où John Lennon va mourir. L’hiver où les deux jeunes New-Yorkaises, si différentes mais complices depuis l’enfance, entrent dans l’âge adulte. Un secret, cette nuit-là, décidera de tout : les amours, les mariages, les rêves et les échecs. Tandis que la ville change, souffre ou s’amuse, les deux copines vivent côte à côte cet étrange grand huit : le cyclone de la vie. (Amazon)

34741630

Mon avis : J’ai beaucoup aimé suivre les vies d’Angela et June sur toutes ces années. Voir évoluer leur relation, leur amitié mais aussi leur environnement et la société qui les entoure.

J’avoue aussi m’être fortement attachée au personnage d’Angela qui renferme une certaine force intérieure. Malgré les événements qu’elle semble subir et/ou qui lui sont imposés, elle parvient à en tirer le meilleur et à continuer à avancer, sans s’effondrer. Sans pour autant que cela soit facile et sans douleur mais elle ne renonce pas pour autant.

Il y aussi tous ces questionnements, ces questions parfois existentielles que nous nous posons tous à un moment ou l’autre et auxquels sont confrontés June et Angela. Chacune à sa manière tente d’y trouver sa réponse, ses réponses.

Bref, j’y ai trouvé une histoire et des personnages qui m’ont touché et des moments de vie qui ont fait écho en moi.

signature

Grégoire et le vieux libraire – Marc Roger

Ce livre, ce fut une belle surprise de cette fin d’année 2018. Un Masse Critique privilégiée organisé par Babelio et Albin Michel grâce auquel j’ai pu lire, avant sa sortie, ce roman.

Résumé : Monsieur Picquier a fermé sa librairie, mais il a sauvé ses trois mille livres, qu’il a entassés dans sa petite chambre de la résidence des Bleuets où il a pris sa retraite. Depuis que ses mains de vieux parkinsonien l’empêchent de tenir un roman, il a besoin d’un assistant. Grégoire, l’apprenti cuisinier, est réquisitionné une heure par jour pour lui faire la lecture. Au départ réfractaire, le jeune homme va se laisser séduire par ce charmant monsieur.

C’est que le vieux libraire est un malin, et il connaît son affaire… Grégoire et le vieux libraire est un roman résolument positif sur la transmission, le pouvoir de la littérature, tout en abordant des thèmes difficiles comme la fin de vie, l’exclusion sociale et l’homophobie. (Extrait du mail de présentation du roman pour l’opération Masse Critique)

41tIA05wYdL._SX195_

Mon avis : Quoi de plus alléchant pour qui aime lire qu’un livre sur la lecture, sur le plaisir que celle-ci procure et les portes qu’elle nous ouvre sur d’autres mondes, d’autres univers ?

Et bien, moi, je n’ai pas pu résister. Je l’ai lu avec énormément de plaisir car il s’agit d’une histoire pleine d’émotions dont les personnages ne peuvent que vous toucher.

C’est une histoire de rencontres. Celle de Grégoire avec Monsieur Picquier. Mais aussi sa rencontre avec la lecture. La (re)découverte de sa mère, au côté de qui il vit. Celles des autres pensionnaires de cette maison de retraite, de leur réalité mais aussi de leurs rêves et bonheurs quotidiens. La rencontre avec soi aussi. Car au fil de ses lectures, Grégoire va prendre confiance en lui, en ses capacités, au champ des possibles qui s’ouvre à lui.

C’est un roman initiatique mais aussi une histoire très positive, un peu feel good. Toujours parsemée de quelques extraits de littérature ou de suggestions de titres.

Une belle découverte, pour laquelle je remercie Babelio et Albin Michel, que je vous recommande.

signature

 

 

Y aura-t-il trop de neige à Noël ? – Team RomCom

Ce livre, je l’ai reçu en participant au swap de Noël organisé par Armalite. Et, ce fut finalement une lecture bien plaisante.

Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique !
C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie !
Êtes-vous prêt pour un Noël 100 % comédie, 100 % romantique, 100 % magique ? (Babelio)

511ojCndUOL._SX195_

Mon avis : Eh bien, alors que ni les comédies romantiques ni les nouvelles ne sont généralement pas trop ma tasse de thé, j’ai savouré ce petit recueil de nouvelles.

Six auteures, douze nouvelles et autant de manière d’envisager Noël. J’ai beaucoup aimé que chacune ait écrit deux nouvelles, la seconde se déroulant un an plus tard, avec les mêmes protagonistes. Ça a fortement diminué cette sensation de frustration que je ressens souvent à la fin d’une nouvelle. Retrouver les héros un an après permet de ne pas se sentir abandonné une fois la nouvelle terminée.

Beaucoup d’humour, de légèreté et d’amour dans ces récits, de quoi passer un moment agréable en fin d’année. Ou comment troquer les lectures de plage par les lectures sous le sapin !signature