Lorca : Un poeta en Nueva York – Carles Esquembre

On reste dans le thème « Grenade » avec cette bd retraçant le séjour new-yorkais d’un des grenadins les plus célèbres : Federico García Lorca.

Résumé : « Un poète à New-York » fait partie de l’héritage poétique de l’humanité. Cette bande dessinée nous apporte une vision originale du séjour de Federico García Lorca dans cette ville. Nous nous laissons emporter par les passions et les obsessions de l’écrivain grenadin en abordant sa correspondance et les témoignages de ceux qui l’ont suivi dans cette aventure.

Été 1929. À bord du transatlantique Olympic, accompagné de son ami et mentor Don Fernando de los Ríos, le poète  va se retrouver immergé dans une traversée existentielle tumultueuse.

Troublé par le succès de « Complaintes gitanes », il doit affronter le rejet de ses amis Luis Buñuel et Salvador Dalí, ainsi que le poids d’un amour non réciproque avec Emilio Aladrén. Le séjour du poète dans cette ville et dans ce pays, si différents de l’Espagne de ce début de siècle, stimulera de nombreuses manières sa sensibilité.

De Harlem aux recoins les plus sordides de la grande métropole, aux clubs de jazz animés ou à l’énorme foule de Coney Island, Lorca entreverra un monde insolite de paysages humains. De nouvelles promesses teintées de nostalgie pour le Vieux Monde. (Essai de traduction du quatrième de couverture)

 

33814504

Mon avis : Cette bd, c’est ma prof de littérature qui me l’a conseillé à la suite de notre dernier cours sur la Génération de 27. Selon elle, c’est le meilleur travail fait sur cette période concernant Lorca (ou, à tout le moins, sous ce format).

Personnellement, je connaissais assez peu le personnage ou son œuvre avant Grenade. Et c’est la passion de ma prof qui m’a donné l’envie d’acheter cette bd…que j’ai déniché lors de mon dernier jour à Grenade au Centro Federico García Lorca.

La bd, c’est pas un format dont je raffole. Simplement parce que le rapport prix/durée de lecture est assez défavorable mais je me laisse tenter de temps à autre. Et ici, je n’ai pas été déçue. Même si mes connaissances étaient assez limitées, je ne me suis pas sentie perdue dans « l’histoire ». La bd rend compte d’une atmosphère, d’une période de la vie de Lorca, de ses réflexions et de sa sensibilité exacerbée. C’est, effectivement, un très beau travail.

Et ce qui ne gâte rien, pour une novice comme moi, c’est de pouvoir découvrir à la fin de celle-ci quelques-uns de ses poèmes ainsi que des matériaux, notamment des dessins, que Lorca souhaitait voir figurer dans son recueil « Un poète à New-York ».

Je ne sais pas si il existe une version française, mais, en tout cas, c’est un ouvrage dont je vous recommande la lecture.

signature