Maman a tort – Michel Bussi

Encore une fois, il s’agit d’un livre prêté par ma Best, qui me fournit à peu près la moitié des livres que je lis chaque année et une plutôt belle surprise.

Résumé : Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant.
Quand Malone, du haut ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire le croit.
Il est le seul… Il doit agir vite.
Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.
Le compte à rebours a commencé.
Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Quel les masques tombent. Qui est Malone ? (Babelio)

9782266265843

Mon avis : Un enfant qui clame que sa mère n’est pas sa mère, c’est troublant et ça intrigue. Voilà, ce que nous propose cette fois Michel Bussi.

Et comme souvent dans ses romans, il nous promène du début à la fin de l’histoire, en semant des miettes de la solution tout au long des chapitres.

Ici, il mélange donc la psychologie du jeune enfant, le banditisme, les contes et la manipulation. Le tout, avec des personnages auxquels on s’attache assez vite, même si certains masques tomberont dans les derniers chapitres.

L’intrigue est bien ficelée et certaines idées sont intéressantes. Comment imaginer en effet que les histoires que le doudou de Malone lui raconte tous les soirs contiennent la solution à ces énigmes ?

Bref, un tout bon Bussi, à savourer.

signature

Fleur de cimetière – David Bell

Actes Sud, c’est l’un des stands que j’aime à visiter lors de la Foire du Livre. Pour le côté un peu différent des auteurs qu’ils éditent et pour ces fameuses couvertures rouges.

Résumé : Tom et Abby Stuart avaient tout pour être heureux : un mariage parfait, une vie confortable et une merveilleuse petite fille de douze ans, Caitlin. Jusqu’à ce que Caitlin disparaisse sans laisser de traces. Pendant un temps, le couple s’accroche à tous les espoirs, toutes les fausses pistes, mais cette vaine attente et le poids de la culpabilité finissent par avoir raison de leur union.

Quatre ans plus tard, au lendemain des funérailles organisées en sa mémoire, Caitlin réapparaît – sale, hirsute, étrangement calme. La jeune fille refuse d’expliquer ce qui lui est arrivé. Et lorsque la police arrête un suspect lié à l’affaire, Caitlin refuse de témoigner contre lui, laissant les Stuart face à une seule alternative : abandonner l’espoir que justice soit faite ou prendre les choses en main. Tom se lance dans une quête obsessionnelle de la vérité, mais rien de ce qu’il a vécu jusqu’alors ne l’a préparé à ce qu’il est sur le point de découvrir.

Savez-vous réellement qui sont vos enfants ? Croyez-vous sincèrement pouvoir les protéger ? Êtes-vous vraiment ce qu’il y a de mieux pour eux ? Avec ce premier roman, David Bell signe un suspense psychologique implacable en forme de huis clos familial et s’affirme d’emblée comme un maître du polar en chambre froide. (Babelio)

41kvkg-uihl-_sx210_

 

 

Mon avis : N’en attendez pas un thriller classique où il faut retrouver la fille et découvrir ce qui lui est arrivé. Ici, on est plutôt dans le psychologique. Comment ces parents, en tant que couple et en tant qu’individus, affrontent ce drame et puis l’inespéré. D’ailleurs, on en apprendra assez peu sur ce qui lui est réellement arrivé.

Tout l’intérêt de l’intrigue repose ici sur l’obsession de Tom à découvrir la vérité et à essayer de recréer un lien avec sa fille. Jusqu’où est-il prêt à aller pour savoir ? Et le veut-il vraiment ?

Attention toutefois, l’ambiance générale du roman est assez noire et vous procurera un sentiment de malaise diffus mais ce roman vaut la peine d’être un peu bousculé.

signature

L’amant double

Lorsque ma comparse de ciné m’a proposé cette avant-première, comme souvent, je n’ai pas hésité, j’ai réservé ma place. Et comme souvent, je ne savais pas trop ce que j’allais voir…

Synopsis : Chloé, une jeune femme fragile, entreprend une psychothérapie et tombe amoureuse de son psy, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité. (Cinenews)

l-amant-double-20170526021646

Mon avis : Globalement, on ressent un certain malaise tout au long du film. On ne sait pas très bien ce qu’il en est. Est-ce Chloé qui se fait des films ? Est-ce Paul qui la manipule ? Louis existe-t-il vraiment ?

Et ce malaise est accentué par certaines scènes, carrément violentes, et ce climat de tension qui s’installe. Chacun, même la voisine, devient suspect. Mais suspect de quoi ?

Par contre, si il y a bien une chose qui m’a horripilée ce sont les scènes de psychanalyse dans le bureau de Paul. Mon dieu, j’ai eu l’impression de voir s’enfiler les pires clichés. Et puis, quand on découvre Louis, mais quel personnage imbuvable et odieux ! On se demande pourquoi et comment Chloé y retourne.

Plus le film avance, plus l’on tente de démêler les fils et ce n’est pas toujours si évident. La fin apporte cependant une ébauche de réponse et un nouvel éclairage sur l’histoire.

Bref, c’est un film plutôt intéressant à voir, je n’ai pas détesté mais pas adoré non plus et puis, il faut quand même souligner l’esthétique de l’image, très travaillée.

signature

Une autre vie – S. J. Watson

Et voilà encore l’un des prises de mon butin de la Foire du Livre de cette année. Ayant beaucoup aimé « Avant d’aller dormir » du même auteur, c’est presque automatiquement que celui-ci s’est glissé parmi mes achats.

Résumé : Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ? (Babelio)

cvt_une-autre-vie_2548

Mon avis : Et bien, personnellement, je l’ai moins apprécié que « Avant d’aller dormir ». Sans doute est-ce dû au personnage principal, Julia, qui semble se fourrer dans une situation inextricable et faire à chaque fois les mauvais choix. Très vite, on ressent un peu d’agacement et on a dû mal à éprouver de l’empathie pour ce qui lui arrive.

Après, on a une magnifique histoire de manipulation dont la fin m’a légèrement surprise, mais qui finalement semble assez logique. La tension n’est pas très apparente, je l’ai peu ressentie, et donc pas d’effet page-turner. Et puis surtout, tout est basé sur une aventure hors-mariage assez malsaine donc la lecture n’est pas toujours très agréable.

Bref, un bon thriller mais pas exceptionnel.

signature

Get Out

Il faut croire qu’en ce moment, j’aime sortir de ma zone de confort. Ce film, étiqueté « horreur », je n’aurais pas été le voir si on ne me l’avait pas proposé. Et franchement, j’aurais manqué quelque chose…

Synopsis : Couple mixte, Chris et sa petite amie Rose filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle famille, Missy et Dean lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable. (Cinenews)

get-out-20170419034107

Mon avis : Et bien, j’ai adoré. L’amie, qui nous avait proposé d’aller le voir, l’avait déjà vu un première fois et je dois dire que moi non plus, ça ne me dérangerait pas de le revoir.

Le malaise et la tension s’installent petit à petit, on sent bien qu’il y quelque chose qui cloche mais on a dû mal à mettre le doigt dessus, à le définir, jusqu’au moment où… Bon, là, je dois avouer que mon côté rationnel a pris le dessus et j’ai un peu douté du procédé (mais bon, c’est un film, hein).

Et puis, il faut noter aussi les petites notes d’humour, glissées ici et là dans le long-métrage, qui permettent de faire retomber un peu la pression. Sans oublier, la question du racisme, sous-jacente tout au long du déroulement de l’intrigue.

Bref, l’un des films à voir cette année, sans aucun doute.

signature

Invisibles et remuants – Nicolas Ancion

Un sujet intéressant, un quatrième de couverture qui donne envie d’ouvrir le livre et un auteur belge que j’apprécie, voilà les raisons pour lesquelles ce livre s’est glissé dans mon butin de la Foire du Livre de cette année.

Résumé : « Nous sommes entrés en résistance. Nous avons pris les armes. Vos armes. Et nous allons les retourner contre vous. » Le photographe Bruno Wagner accepte, pour un magazine prestigieux, de réaliser un reportage sur l’Espagne ravagée par la crise économique. Il retrouve dans les ruines du capitalisme spéculatif les représentants d’une humanité à vif, lessivée par des années de précarité et de colère, animés d’une rage décuplée par les humiliations. Le colonel Stadtler, lui, à la tête d’une unité des services secrets français, suit les traces d’un bioterroriste susceptible de déclencher une épidémie mortelle de masse. Entre paranoïa et crainte d’un massacre aveugle, il devra mettre à l’épreuve ses ressources et son intégrité afin d’éviter la catastrophe. Nicolas Ancion nous livre ici un roman haletant, au carrefour des genres, pointant sous le thriller les rouages implacables de notre modernité. (Babelio)

cvt_invisibles-et-remuants_2830

Mon avis : Voilà un roman complexe, à la croisée des genres et jouissif.

Tour à tour, on se trouve plongé dans un thriller, une critique de notre société de consommation, du système économique dans lequel on vit et enfin, presque, un documentaire, le tout sous fond de craintes bien actuelles.

Le mélange des genres peut paraître déstabilisant mais la recette prend bien et les pages se tournent sans qu’on s’en aperçoive.

En bref, peut-être un ovni, mais un ovni délicieux, que l’on prend plaisir à parcourir.

signature