Lui

Ça fait quelques mois maintenant que l’on s’est rencontrés. Un coup de cœur, un coup de folie, un « on verra bien où ça mènera ». À part un bref début d’histoire en avril de l’année passée, qui s’est avérée n’être qu’un feu de paille, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas jetée à l’eau comme ça.

Et pour une fois, je crois que le plongeon en valait la peine. On se voit au minimum une fois par semaine, plus si nos emplois du temps et nos horaires de boulot nous le permettent. On s’envoient des messages quotidiennement et c’est assez équilibré.

Je me sens bien en sa compagnie, dans ses bras. Il est super attentionné, tendre, parfois peut-être un peu trop protecteur, et on s’apprivoise petit à petit. J’aime le fait qu’il fasse des choses pour me faire plaisir, comme m’accompagner à ce spectacle de danse orientale ou à cette pièce de théâtre à laquelle on va la semaine prochaine.

J’aime sa façon de me demander si ça va et si ça me convient, d’autres ne s’embarrassent pas de ce genre de préoccupations.

En bref, j’ai l’impression, pour une fois, d’être « tombée » sur quelqu’un qui tient à moi et qui le montre. Vraiment. Pas seulement par quelques éclats d’esbroufe, quelques promesses qui finiront oubliées mais par de petits gestes. Et ça, j’aime beaucoup…

De quoi l’avenir sera fait ? Je ne sais pas, je ne vois pas jusque là. Pas à pas, jour après jour, c’est comme ça que j’envisage les choses pour l’instant.

 

Advertisements

Ceux qui restent – Marie Laberge

Ayant beaucoup aimé la trilogie Le goût du bonheur de cette auteure, quand je suis tombée sur ce roman, je n’ai pas hésité.

Résumé : Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissé quand il s’est donné la mort.
Ce ut un geste soudain et,comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie. (Quatrième de couverture)

cvt_ceux-qui-restent_5845

Mon avis : Woaw. C’est un roman dont les pages filent, sans que l’on s’en aperçoive. Les personnages sont tous très différents et à la fois se complètent parfaitement. On passe un moment agréable en leur compagnie, malgré les circonstances.

Et puis, quel plaisir de retrouver l’écriture de Marie Laberge. C’est plein d’émotion, fort, puissant et très très plaisant.

À lire. Ab-so-lu-ment !

signature

Instantanés#13

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de ma semaine.

  • Une semaine de quatre jours avec le début de mes congés vendredi. Qu’est-ce que ça fait du bien. Même si point de grasse matinée, vu que j’attendais le passage du chauffagiste pour l’entretien de la chaudière.
  • Un sms de ma sœur, ravie d’avoir testé une adresse (Home, dans Malasaña) que je lui avais conseillé à Madrid (mais que je n’avais, moi-même, pas testée pour cause de manque de temps). Ils avaient l’air tellement emballés, que je sais où je vais aller manger vendredi midi (à moins que je ne reste sur du déjà testé et approuvé avec le Lolina)
  • Une après-midi shopping avec ma mère et mes sœurs, même si j’accompagnais juste.
  • Ma visite éclair à Madrid qui prend forme.
  • Quelques petites choses qui se préparent à Bruxelles avant mon départ à Madrid. Autant dire que la semaine à venir va être joliment remplie.
  • Une après-midi à la fois simple et magnifique avec Lui.
  • Una cena siciliana chez des amis. En bonne compagnie et avec une lasagne et des canoli à tomber. J’ai trop mangé et ai eu du mal à m’endormir, pour la peine.
  • Une soirée cinéma avec une amie. Depuis qu’on ne va plus ensemble au cours de néerlandais, on essaye de se voir une fois par mois environ pour un ciné ou un resto.
  • Goûter la glace italienne du glacier qui a ouvert près de chez moi. Un régal.

Et vous, elle a été ensoleillé par quels événements, votre semaine ?

signature

Ready Player One

Dimanche après-midi. Malgré le soleil qui brille dans le ciel et les températures plus qu’agréable, je décide de me faire une toile en début d’après-midi. Parmi les options qui s’offrent à moi : Ready Player One. Let’s go !

Synopsis : 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’oeuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant… (Cinénews)

ready-player-one-20180327044435

Mon avis : Autant la bande-annonce ne m’avait pas convaincue ou emballée, autant l’avis de Cathy Immelen (Tellement ciné) m’avait donné envie de le voir. Et je n’ai pas été déçue !

Le rythme est prenant, les héros attachants et le monde virtuel dans lequel Spielberg nous emmène est très riche. Esthétiquement, c’est très réussi aussi.

Et puis, au-delà de la quête et de la lutte manichéenne qui y est dépeinte, il y a aussi une réflexion sur la réalité virtuelle et notre usage des technologies du virtuel.

Sans oublier, de nombreux clins d’œil à la culture pop des années 80 et 90 (même si beaucoup me sont sans doute passés sous le nez), ce qui est assez fun, finalement.

Bref, un bon moment d’entertainment !

signature

Dernières lectures

Ça fait un petit moment que je n’ai pas parlé de mes lecture ici. Il faut dire qu’après un roman plutôt pesant, j’avais besoin de légèreté. Et j’ai donc avalé les pages et parmi celles-ci ceux des trois livres suivants :

The glass magician – Charlie N. Holmberg

Résumé : Trois mois après avoir rendu son cœur au magicien Emery Thanes, Ceony Twill est bien partie pour devenir Plieur. Malheureusement, toutes ses pensées ne sont pas uniquement tournées vers la magie du papier : bien qu’on lui ait prédit une histoire d’amour, Ceony n’a toujours pas réussi à dépasser la barrière étudiant-professeur qui la sépare d’Emery, en dépit de leur intimité grandissante.

Lorsqu’un magicien revanchard est persuadé que Ceony possède un secret, il fait le vœu de le découvrir… même si cela doit compromettre l’essence même de leur magie. Ceony comprend qu’elle devra trouver les vraies limites de ses pouvoirs quand ceux qu’elle aime le plus se retrouvent victimes d’une série d’attaques dirigées contre elle… tout en faisant en sorte que son savoir ne tombe pas entre de mauvaises mains. (Babelio)

512bijj6qofl-_sx195_

Mon avis : Il s’agit ici du deuxième tome de The paper magician. J’avais lu le premier tome il y a quelques mois. Comme pour le premier tome, la lecture est agréable, les pages se tournent vite, l’univers qui y est dépeint est intéressant mais il manque un petit quelque chose pour que la magie prenne, justement. Je lirai très probablement le tome suivant, mais à l’instar des deux premiers, j’attendrai une promo.

Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels – Ovidie et Diglee

Résumé : « La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie

Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications… le sexe n’a jamais été aussi omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ? Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous « foutre la paix » dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant. (Goodreads)

41zldqb2udl-_sx195_

Mon avis : Comme elles l’annoncent en prélude, il s’agit d’un anti-guide. Pas de formule magique donc, juste des pistes de réflexion pour questionner notre rapport au corps et au sexe. C’est plein d’humour, déculpabilisant et intelligent. À mettre entre toutes les mains (mais pas trop jeunes).

T’en souviens-tu, mon Anaïs ? et autres nouvelles – Michel Bussi

Résumé : Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards…

Dans les romans de Michel Bussi, vous étiez surpris jusqu’à la dernière page… Dans ses nouvelles, vous le serez jusqu’à la dernière ligne. (Babelio)

51nkh1phqpl-_sx195_

Mon avis : Ce fut une lecture agréable et rapide. Certaines chutes sont plus que prévisibles et pour d’autres, je me suis laissée surprendre avec délice pour certaines.

signature

Instantanés#12

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de ma semaine.

  • Terminer à l’heure vendredi. Ça n’arrive pas si souvent, donc c’est toujours appréciable. Et encore plus quand j’ai prévu d’aller diner avec une amie.
  • Diner qui fut bon et très agréable. Un bon moment papote. Et qui m’a permis d’éviter de louper la visite de l’Alhambra pour faute d’entrées épuisées aux dates de mon séjour. Encore merci !
  • Une après-midi shopping ensuite et un souper avec ma mère et mes sœurs.
  • Ce message d’un ami perdu de vue qui propose qu’on se voit prochainement.
  • Ce mail de mon amie à Madrid qui m’informe qu’elle a réservé les places de théâtre et me propose quelques options pour souper. Sans oublier le lien des expos en cours. On peut toujours compter sur elle pour organiser au mieux un séjour.
  • Commencer un bon livre et s’en délecter à chaque page, qui file.
  • Boire un café au Léopold, près de chez moi. Plus de place en terrasse, mais l’ambiance à l’intérieur étai,t pour la peine, super agréable pour un samedi. Calme, zen, la musique jazz en fond sonore pas couverte par les bavardages des uns et des autres. L’un dans l’autre, je n’ai pas perdu au change.
  • Profiter du soleil en faisant mes courses à pied dans le quartier. Une habitude qui est d’autant plus agréable quand le temps est de la partie.

Et chez vous, elle était comment cette semaine ?

signature