Instantanés de vacances#2

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de mes vacances.

  • Arriver à destination après deux vols, un trajet en autobus et une montée dans l’albayzín avec les valises. Ouf !
  • Premières impressions de l’albayzín et premiers panoramas à couper le souffle.
  • Cette odeur de jasmin et de fleurs d’oranger dans les rues.

  • Découvrir le flamenco. Très technique et compliqué. Je ne suis franchementpas sûre d’aller plus loin que ce cours d’initiation.
  • Comme prévu, je suis seule au cours de littérature. Mais la prof est passionnée et le cours intéressant, ça passe tout seul.
  • Prendre des petites habitudes, parfois en changer.
  • Participer à une visite guidée en groupe et ne jamais voir arriver les autres participants, alors qu’ils avaient payé. Et donc, avoir la guide pour moi toute seule.
  • Déjeuner en terrasse et premier resto ou presque de mon séjour.
  • Aller au hammam. Qué gozada!
  • Aller dans un tablao voir du flamenco.
  • Assister à une improvisation entre élèves . Un beau moment.
  • S’émerveiller devant l’alhambra.

Et par chez vous, c’était comment cette semaine ? signature

Advertisements

Razzia

J’aime lorsque le cinéma me fait voyager et m’invite à entrer dans la vie quotidienne, dans la réalité des autres. Et c’est sans doute l’une des raisons qui m’a poussée à aller le voir. Découvrir une réalité différente de la mienne.

Synopsis : Entre le passé et le présent, au Maroc. Des êtres reliés sans le savoir : Abdallah, Salima, Joe, Hakim et Inès. Différents visages, différentes luttes, mais un seul souffle. Et une ville, Casablanca, comme un fragment du réel, comme le mythe aussi d’un film entièrement tourné en studios à Hollywood, que la réalité vient se réapproprier. (Cinenews)

razzia-20180322012322

Mon avis : Des personnages complexes, qu’on suit plus ou moins longtemps. Chacun a son propre combat à mener, des choix à prendre. Des destins, des histoires juxtaposés et qui se croisent sous fond de mouvement de révolte.

Si je me suis laissée conter les histoires de Salima, Yto, Joe et Abdellah, qui se croisent à certains points, ainsi que celle de Hakim, j’avoue ne pas avoir trop compris l’arrivée du personnage d’Inès dans l’intrigue. C’est aussi le personnage qui m’a le moins touché. Jusque là, les histoires se mêlaient, se croisaient, parfois sans que les protagonistes ne le sachent. C’est le petit grain de sable arrivé au deux-tiers du film qui m’a un peu déstabilisée, perdue. Peut-être parce qu’elle semble faire partie d’une autre galaxie…

À part ça, j’ai trouvé ce film, ces points de vue intéressants. Chacun des personnages a un background et vit dans un environnement différents, ce qui nous permet de voir diverses facettes de la vie à Casablanca. Il y a des moments très touchants aussi. Comme celui où Hakim chante I want to break free et où Nabil Ayouch nous propose, comme dans un clip, l’ensemble des personnages à un moment charnière. C’est une séquence qui m’a beaucoup touchée, jusqu’à en avoir la chair de poule.

Bref, un film que je vous conseille de voir.

signature

Cuando la vida era nuestra (La vie quand elle était à nous) – Marian Izaguirre

Voilà encore un livre qui fait partie de mon butin de décembre, lors de cette virée à Lille avec des amies. Un titre et un quatrième de couverture qui m’ont rapidement séduites.

Résumé : Madrid, 1951. Lola regrette le temps où son existence était peuplée de promesses et d’illusions, de livres et de discussions enflammées, d’amour et de projets pour bâtir une Espagne démocratique. L’espoir de 1936. Il ne lui reste de cette époque qu’une petite librairie dans les ruelles sombres d’un quartier de Madrid. C’est là que Lola fait la connaissance d’Alice, une Anglaise dont elle partage la passion pour la littérature. Intriguée par un livre en vitrine, Alice entraîne Lola dans une lecture singulière et bouleversante de La Fille aux cheveux de lin, l’histoire de Rose, soupçonnée d’être la fille du duc d’Ashford. Lola et Alice l’ignorent encore, mais cette histoire pourrait bien lier leur destin pour toujours… (Fnac)

23272935

Mon avis : Deux destins qui se croisent. Celui de Lola, dont les espoirs et les rêves sont morts avec la fin de la Guerre Civile et celui d’Alice/Rose.

L’auteur nous balade entre des flashbacks dans la vie de Rose, qui sont en fait des chapitres d’un livre « La jeune fille aux cheveux de lin », et la vie actuelle de Rose à Madrid ainsi que de sa rencontre avec Lola et Matias.

Outre ses personnages et le côté historique de ce roman, on y retrouve l’amour des livres et de la lecture. Très vite, jee me suis laissée toucher et emporter par l’histoire de ces trois personnages attachants et j’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, que je vous conseille donc.

signature

Campeones

Si lors de mes dernières vacances en Espagne, j’ai été au théâtre et j’ai bien mangé, j’ai aussi été au cinéma. Et n’étant pas au fait des dernières sorties en Espagne, je me suis laissée guider vers ce film que pas mal de mes amis avaient déjà vu.

Synopsis : Marco se considère comme un mec normal, même si il n’est clairement pas très optimiste et qu’il refuse de s’engager. Il est assistant entraîneur d’une équipe professionnelle de basket-ball. Suite à un accident en état d’ébriété, il se voit dans l’obligation de réaliser des travaux d’intérêts généraux et d’entraîner une équipe de jeunes avec un handicap mental. À contre-cœur commence alors ce qui représente pour Marco un travail forcé. Pourtant, plus il passera de temps avec eux, plus il se rendra compte qu’au-delà de leur handicap, ces jeunes sont heureux et indépendants.  Qui donc est « normal » ? (Adapté et traduit de Sensacine)

mv5bytu1mzmxytatndg2yy00odhjlwezzdctmtu3ymi2ndg5yje5xkeyxkfqcgdeqxvymjq3nzuxotm-_v1_uy268_cr30182268_al_

Mon avis : C’est une comédie pleine de bons sentiments, sans que cela en devienne trop sirupeux, à la fois prévisible et imprévisible. Prévisible dans les changements qui vont s’opérer en Marco, qui m’a semblé un personnage absolument antipathique au début du film. Imprévisible peut-être dans la fin de ce championnat (mais je ne peux pas en révéler plus sous peine de vous spoiler).

Un chouette feel good movie, avec des acteurs et des personnages attachants, qui nous amène à réfléchir aussi sur nous-même. Bref, si il sort par chez nous, n’hésitez pas à aller le voir !

signature

Instantanés#17

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de ma semaine.

  • Malgré une semaine courte mais costaud au boulot, se marrer avec les collègues et notamment se lancer dans un « pierre, papier, ciseaux » pour savoir qui allait reprendre la tâche d’une autre collègue sur le planning.
  • Passer une heure au téléphone avec ma sœur. Un appel inattendu et plein de petits papotages.
  • Ce mail d’une amie espagnole qui m’annonce sa visite en juillet. Quelques jours plus tard, elle m’annonce qu’elle postpose quelque peu ses projets, en attente de confirmation (ou pas) de son contrat. Elle attend donc de savoir ce qu’il en est avant de fixer une date. Ce sera en juillet de toute façon.
  • Ces moments passés avec Lui.
  • Lire en espagnol. Ça faisait longtemps et l’histoire m’a beaucoup plu.
  • Ces trois derniers jours de long weekend. Qu’est-ce que ça fait du bien. Grasse mat’, prendre le temps et profiter.
  • Me promener dans le centre de Bruxelles, entre la place Fontainas et la rue du Midi, un quartier qui mérite de s’y promener de temps en temps. Jeudi, sous le soleil, la balade m’a paru agréable (plus que sur le boulevard où les travaux du piétonnier n’en finissent pas).

Et par chez vous, elle était comment cette semaine ?

signature

Sapiens, une brève histoire de l’humanité – Yuval Noah Harari

Ce livre, j’en avais eu de bons échos. Alors, à quelques jours de mes vacances et prévoyant un loooong voyage en bus (4h aller-4h retour), j’ai sauté sur une promo de livres audio pour en faire l’acquisition. Et je ne l’ai pas regretté.

Résumé : L’histoire a commencé quand les hommes ont inventé les dieux. Elle s’achèvera quand ils deviendront des dieux.

Cette Brève histoire de l’humanité déroule notre histoire globale, des premiers hominidés à aujourd’hui et interroge l’avenir qui nous attend. Comment l' »Homo Sapiens » a-t-il réussi à dominer la Terre ? Quelle singularité nous a permis de s’unir pour créer villes et empires, l’idée de religion, les concepts politiques de nation ou plus récemment des droits de l’homme ? Pourquoi cette dépendance et cette croyance que notre bonheur dépend de l’argent et de la possibilité de consommer ? Que voulons-nous pour ce troisième millénaire ?

Mêlant Histoire et Science, cet essai provocateur, érudit et audacieux déconstruit les idées reçues à l’aube d’une nouvelle révolution cognitive de l’humanité qu’Harari voit pointer dans le développement des neurosciences et de l’intelligence artificielle, entre autres. Quel sera notre dessein ?

Sapiens, un essai brillant et provocateur sur notre histoire globale, qui interroge chacun de nous sur notre avenir et nos choix, à l’aube d’une révolution cognitive décisive qui touchera le monde entier. (Audible)

bm_184036_aj_m_260

Mon avis : J’ai beaucoup aimé. C’est plein de références, allant de l’histoire à l’économie, de la biologie à la sociologie, en passant par la politique… autant dire que ça ratisse large. Et ce n’est pas du tout pesant. Ça se laisse écouter, dans mon cas, et on y trouve même quelques traits d’humour. Je devais avoir l’air fine à laisser échapper un petit rire, à l’écoute de ces derniers, ou hocher de la tête pour marquer mon accord avec l’une ou l’autre idée développée. C’est donc à la fois intelligent et intéressant mais aussi divertissant, une belle gageure.

Plus que d’interroger notre histoire, ce livre porte aussi des questions de choix de société totalement actuels qu’il pose à l’aune de toute cette histoire, justement. J’ai beaucoup aimé cet aspect-là aussi. Il ne s’agit pas uniquement de s’intéresser au passé de l’humanité mais d’éclairer aussi des pistes de réflexion concernant son futur, notre futur.

Je n’ai pas regretté mon choix. Peut-être juste le format. 15h de lecture, ça fait un paquet d’heures quand même. D’autant plus qu’en train ou en bus, j’ai parfois l’esprit qui vagabonde et j’ai perdu le fil à plusieurs reprises (quand je ne suis pas tombée endormie, merci le bus !).

Bref, si le format ne me correspond peut-être pas, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette « lecture » et j’envisage de me procurer la version ebook ou poche dans un futur plus ou moins proche. Histoire de prendre plus le temps d’intégrer l’ensemble du propos.

Une lecture que je vous conseille ab-sol-lu-ment !

signature