Grégoire et le vieux libraire – Marc Roger

Ce livre, ce fut une belle surprise de cette fin d’année 2018. Un Masse Critique privilégiée organisé par Babelio et Albin Michel grâce auquel j’ai pu lire, avant sa sortie, ce roman.

Résumé : Monsieur Picquier a fermé sa librairie, mais il a sauvé ses trois mille livres, qu’il a entassés dans sa petite chambre de la résidence des Bleuets où il a pris sa retraite. Depuis que ses mains de vieux parkinsonien l’empêchent de tenir un roman, il a besoin d’un assistant. Grégoire, l’apprenti cuisinier, est réquisitionné une heure par jour pour lui faire la lecture. Au départ réfractaire, le jeune homme va se laisser séduire par ce charmant monsieur.

C’est que le vieux libraire est un malin, et il connaît son affaire… Grégoire et le vieux libraire est un roman résolument positif sur la transmission, le pouvoir de la littérature, tout en abordant des thèmes difficiles comme la fin de vie, l’exclusion sociale et l’homophobie. (Extrait du mail de présentation du roman pour l’opération Masse Critique)

41tIA05wYdL._SX195_

Mon avis : Quoi de plus alléchant pour qui aime lire qu’un livre sur la lecture, sur le plaisir que celle-ci procure et les portes qu’elle nous ouvre sur d’autres mondes, d’autres univers ?

Et bien, moi, je n’ai pas pu résister. Je l’ai lu avec énormément de plaisir car il s’agit d’une histoire pleine d’émotions dont les personnages ne peuvent que vous toucher.

C’est une histoire de rencontres. Celle de Grégoire avec Monsieur Picquier. Mais aussi sa rencontre avec la lecture. La (re)découverte de sa mère, au côté de qui il vit. Celles des autres pensionnaires de cette maison de retraite, de leur réalité mais aussi de leurs rêves et bonheurs quotidiens. La rencontre avec soi aussi. Car au fil de ses lectures, Grégoire va prendre confiance en lui, en ses capacités, au champ des possibles qui s’ouvre à lui.

C’est un roman initiatique mais aussi une histoire très positive, un peu feel good. Toujours parsemée de quelques extraits de littérature ou de suggestions de titres.

Une belle découverte, pour laquelle je remercie Babelio et Albin Michel, que je vous recommande.

signature

 

 

Advertisements

Lire, oui, mais sur quel(s) support(s) ?

Depuis quelques années, j’alterne dans mes lectures les livres papier et numériques. J’ai fait l’acquisition d’une liseuse lors de mon premier tronçon sur le Chemin de Saint-Jacques, histoire de partir avec quelques livres mais légère, et depuis, je jongle entre ces deux supports.

Et au fil des années, je remarque que mon comportement de lecture change. Petit à petit, mon quota de livres lus sur la liseuse augmente et j’achète de moins en moins de livres papier. Par contre, je continue de prêter et d’emprunter pas mal de titres avec ma famille et mes amies. C’est sans doute ce qui me permet de dire que je lis toujours plus sur papier que sur liseuse.

Au niveau de mon comportement d’achats, il diffère actuellement selon le support. Je profite souvent des promos sur la plateforme de ma liseuse et d’ailleurs, je pense que plus de 75% de mes livres numériques ont été acheté en promo, et achète donc rarement des titres récents via ce canal. C’est sans doute en parti dû au fait que ma liseuse ne permet pas la lecture, aisée, d’autres fichiers que les siens, et donc cette plateforme conditionne un peu mon comportement. En papier, mon choix se porte plus sur une couverture, un titre qui m’attire, m’intrigue, m’inspire ou dont j’ai entendu parler.Et puis, jusqu’il y a peu, je trouvais idiot d’acheter presque aussi cher un fichier numérique que son équivalent papier.

Jusqu’il y a peu, car malgré l’achat d’une nouvelle étagère, mes livres débordent (et encore, j’en ai laissé un tas chez mes parents). Et ces livres, je les relis très très rarement. À quoi bon donc les garder pour prendre la poussière ? Même si j’ai un peu de mal à m’en « débarrasser », la raison voudrait quand même que je fasse un peu de place. D’autant que mon appartement n’est pas grand. Si j’ai déjà tenter à plusieurs reprises de les revendre dans une enseigne bien connue des bruxellois, souvent, je repars quand même avec quelques ouvrages qui ont été refusés (pas de demande ou stock trop important). J’ai jeté un œil à Mom*x et là, j’ai été refroidie. Pas mal de mes ouvrages ne les intéressent pas et ils m’offrent 15 centimes/pièce pour la grande majorité de mes livres… Sans doute parce qu’une fois que mes livres papier ont fait le tour de mon entourage, ils ne sont plus récents, plus tendance et plus autant demandés.

Bref, je suis en train de réfléchir, d’envisager de me tourner de plus en plus vers le livre numérique. Mon seul regret serait de ne pas pouvoir partager aussi aisément mes lectures avec mon entourage. Du moins, tant que j’utiliserai ma liseuse actuelle. Il faudra peut-être que j’envisage de réétudier le marché de la liseuse et des différents formats dans un avenir plus ou moins proche.

Certains crieront peut-être à l’hérésie, mais après quelques années d’utilisation de la liseuse, j’avoue que je ne suis pas sûre que le papier me manquerait tant que ça. La facilité de transport, le dictionnaire intégré quand je lis dans d’autres langues, la facilité d’accès, la gratuité des classiques, le poids, l’ajustement de la police et de l’éclairage… Autant d’avantages qui font que mon cœur penche doucement vers ce support.

Et vous, plutôt papier, numérique ou les deux ?

signature

 

Instantanés #36

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici les petites perles de cette semaine.

  • Manger la galette des rois en famille ce weekend. Oui, oui, une semaine plus tard mais il fallait s’adapter au rythme de Choupette qui est en examens.
  • Un ciné entre collègues avec ce B*ngo qu’on a gagné il y a quelques mois. On est allées voir Mary Poppins et on a adoré et tellement ri.
  • Un cours de yoga qui m’a fait un bien fou.
  • Le retrouver avec sa sœur deux soirs cette semaine. Bon, j’ai fini la semaine complètement crevée mais c’était de chouettes moments.
  • Le voir aux petits soins alors que je tousse tousse et tousse encore.
  • Une petite séance de shopping, même si je n’ai acheté qu’une pièce…de la nouvelle collection.
  • Tester la nouvelle adresse du café en face de chez moi. Ambiance plus calme, sans doute suite à l’ouverture récente, ça valait la peine de faire le déplacement.

Et vous, vous retenez quoi de cette semaine ?

signature

Y aura-t-il trop de neige à Noël ? – Team RomCom

Ce livre, je l’ai reçu en participant au swap de Noël organisé par Armalite. Et, ce fut finalement une lecture bien plaisante.

Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique !
C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie !
Êtes-vous prêt pour un Noël 100 % comédie, 100 % romantique, 100 % magique ? (Babelio)

511ojCndUOL._SX195_

Mon avis : Eh bien, alors que ni les comédies romantiques ni les nouvelles ne sont généralement pas trop ma tasse de thé, j’ai savouré ce petit recueil de nouvelles.

Six auteures, douze nouvelles et autant de manière d’envisager Noël. J’ai beaucoup aimé que chacune ait écrit deux nouvelles, la seconde se déroulant un an plus tard, avec les mêmes protagonistes. Ça a fortement diminué cette sensation de frustration que je ressens souvent à la fin d’une nouvelle. Retrouver les héros un an après permet de ne pas se sentir abandonné une fois la nouvelle terminée.

Beaucoup d’humour, de légèreté et d’amour dans ces récits, de quoi passer un moment agréable en fin d’année. Ou comment troquer les lectures de plage par les lectures sous le sapin !signature

 

Capharnaüm

Ce film, on en a vu la bande-annonce à la télé et on était d’accord, on voulait le voir. Ni une, ni deux, c’est ce qu’on a fait.

Synopsis : À l’intérieur d’un tribunal, ZAIN, un garçon de 12 ans, est présenté devant LE JUGE. LE JUGE : « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? » ZAIN : « Pour m’avoir donné la vie ». Capharnaüm retrace l’incroyable parcours de cet enfant en quête d’identité et qui se rebelle contre la vie qu’on cherche à lui imposer. (Cinénews)

capharnaum.20181026033834

Mon avis : Si les critiques parlent d’un film fort et émouvant, j’y ajouterais qu’il est assez dur aussi.

Zain vit dans une famille démunie. Aucun des enfants n’est déclaré à l’Etat civil et aucun d’entre eux ne va à l’école. Ils travaillent, de petits boulots dans la rue qui permettent à la famille de survivre.

Ils vivotent jusqu’au jour où ses parents « consentent » à marier leur fille de onze ans. Zain s’y oppose et se retrouve à la rue. De là va commencer une errance, un combat pour survivre. Il y aura des rencontres, bonnes ou mauvaises sur son chemin, des choix à faire, mais surtout énormément d’indifférence dans le regard des gens.

Et puis, arrive un tragique événement, la mort de sa sœur(spoiler), et Zain pète les plombs et se retrouve en prison. C’est de là qu’il lancera sa plainte contre ses parents.

Le film commence par le début de ce procès et puis, de longs épisodes de la vie de Zain s’intercalent entre chaque morceau de ce procès. Un procès fait à la société dans laquelle il vit, finalement.

À voir, en connaissance de cause.

signature

Instantanés de début d’année

Le bonheur est fait de petites choses, toutes petites choses simples pour qui sait les percevoir… Voici mes petites perles de ce début d’année.

  • Après avoir repoussé plusieurs fois le moment de faire le ménage, j’ai enfin retroussé mes manches. Mission accomplie !
  • Rencontrer Sa sœur, qui est là pour quelques jours.
  • Connaître une semaine d’affluence au boulot mais ne pas se sentir trop submergée pour autant. Ça doit jouer le fait que les dossiers étaient plutôt simples et les gens agréables. Sans oublier les quelques compliments sur mon boulot.
  • Les pralines de janvier à picorer (hum hum) avec les collègues.
  • Cette proposition d’une amie de faire un grand voyage cette année. Ce ne sera pas possible pour moi, mais ça nous laisse un an pour préparer et organiser ça l’année prochaine.
  • Faire une sieste le vendredi après-midi. Ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé et j’en avais vraiment trop besoin.
  • Le sauvetage familial quand Il a connu un souci de gsm, a laissé un message sur le Whats*pp famille et que sur cinq minutes, j’ai reçu deux sms et un appel de ma mère et mes sœurs pour me demander de me connecter.
  • Se lever pas trop tard ce matin et passer à la boulangerie acheter croissant et pain au chocolat et un pain pour la semaine.
  • Savourer cette soupe de brocoli qui est juste divine.

Et vous, vous retenez quoi de ce début d’année ?

signature