Ya tayr el tayer (The Idol)

Comme souvent pour ce genre de films, c’est d’abord un titre, une affiche qui m’ont donné l’envie d’aller le voir. Et puis, le côté différent de ce genre de films, ceux dont on entend trop peu parler et qui atteigne une audience restreinte. Au-delà des blockbusters que me permet de voir l’abonnement au cinéma, j’apprécie aussi énormément ces découvertes.

Synospis : Mohammed Assaf et sa sœur sont depuis leur enfance sous le charme de la musique. Alors qu’il était encore un enfant, ils ont commencé à chanter lors de mariage. Mais maintenant qu’il a 25 ans, Assaf a d’autres ambitions musicales. Il veut participer à l’émission TV `Arab Idol`, pour laquelle il devra faire un voyage dangereux de la bande de Gaza vers l’Egypte. Sans passeport, en passant clandestinement la frontière, il prend un risque énorme pour passer cette audition qui lui ouvrira finalement les portes du succès. En 2013, il donne à sa patrie une sensation de victoire en chantant ‘Ali al-Keffiyeh’, l’hymne officieux de la Palestine. Malgré la pression, il offrira un moment unique de fierté nationale et plein d’espoir à tout un peuple.

 

Mon avis : Un film tourné entre la bande de Gaza, l’Égypte et la Jordanie, déjà, c’est un énorme dépaysement qui vaut le détour. Malgré la difficulté de la situation, les images qui semblent avoir été tournées à Gaza sont magnifiques (je pense notamment à cette plage où Assaf, sa sœur et leurs amis pêchaient).

Difficile, la vie l’est dans la bande de Gaza, mais cela n’empêche pas les enfants de jouer, de rêver et d’explorer toutes les voies de la débrouille pour réaliser ces rêves. Sans tomber dans le misérabilisme ou la rancœur, le film nous présente les aspects compliqués de la vie quotidienne dans cette petite bande de terre : la difficulté d’obtenir les traitements médicaux, les petits boulots, les coupures d’électricité…

Assaf devra donc surmonter bien des obstacles pour obtenir le sésame, le billet bleu qui ouvre la porte des auditions et du plateau télé mais peu à peu, il devra aussi apprendre à gérer cette pression énorme, le poids de tout un peuple qui croit en lui et qui attend de lui qu’il fasse entendre sa voix et la leur.

Un drame, magnifique quand même, inspiré d’une histoire vraie et qui vaut la peine d’être vu !

signature

Advertisements

One thought on “Ya tayr el tayer (The Idol)

  1. Ping : La Route d’Istanbul | Et cr0quer la vie...

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s