Le coup de fil du vendredi

Vendredi. Mon coloc’ est sur le point de partir pour le weekend, mon gsm sonne. J’arrive trop tard pour décrocher mais je vois que c’est notre médecin de famille qui a appelé. Un poil inquiète (je pense d’abord à mon père, qui a fait un malaise cardiaque il y a quelques années), je le rappelle.

Il est sur le point de partir pour quelques jours et il voulait nous contacter avant, au cas où et comme il m’a appelée car il n’arrivait pas à joindre mes parents. Il m’annonce que mon grand-père ne va pas bien du tout. Cela fait déjà deux-trois jours qu’il ne s’alimente plus (il semble penser que je dois être au courant mais j’apprendrai par la suite que même ma mère n’avait pas été prévenue). Il est maintenant inconscient et sous morphine, c’est très probablement la fin. Et vu le malaise qui règne dans la famille (j’en ai déjà parlé un peu ici et , principalement), il voulait nous prévenir.

Je raccroche. Un peu sous le choc. Même si nos relations se sont vachement dégradées ces deux-trois dernières années et que ça doit faire maintenant un peu plus d’un an qu’on n’est plus en contact (à l’exception d’une visite au home, il y a un à deux mois), ça reste mon grand-père.

J’appelle ma mère. Qui n’était absolument pas au courant. Ni le home, à qui elle a pourtant bien demander de la prévenir en cas de souci, ni ma grand-mère ou ma tante ne l’ont prévenue. C’est hallucinant !

Mais laissons de côté les « raisons » de ce « silence ». Il m’a fallu un peu de temps pour encaisser le choc, pour en comprendre les implications. Mon grand-père n’en a sans doute plus pour longtemps et même si j’ai l’impression d’avoir perdu le grand-père de mes souvenirs d’enfance et d’adolescence depuis quelques années déjà, là, ça devient juste irréversible. L’espoir, la possibilité d’un retour en arrière n’est plus possible. Je ne retrouverai plus jamais le grand-père que j’ai aimé et celui qui s’en ira probablement bientôt m’a terriblement déçu ces dernières années. C’est sans doute ça le plus difficile à accepter, le fait qu’il n’y aura pas de « happy end » de dernière minute. Car, au final,  cela fait longtemps qu’il ne va pas bien et que ce soit pour lui ou pour un autre, vivre dans l’état dans lequel je l’ai vu la dernière fois, je pense que la fin est plutôt une délivrance (mais ça n’engage que moi).

Et puis, ce qui m’a énormément touché aussi, c’est l’appel de ma sœur. Celle qui considère qu’elle n’a plus de grand-parents depuis cet incident. Elle dit être indifférente à la situation mais voulait savoir comment j’allais, comment j’avais pris la nouvelle, moi qui avait un lien particulier avec mes grand-parents.

Bref, une page de ma vie, une époque de ma vie va se tourner définitivement dans les jours à venir probablement.

signature

Advertisements

One thought on “Le coup de fil du vendredi

  1. Ping : Foutue semaine | Et cr0quer la vie...

Ajouter votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s